Rien ni personne - Une histoire inattendue

27/03/2017

Titre : Rien ni personne

Auteur : Lorris Murail

Editeur : Sarbacane

Prix : 15,50 €

Parution : Février 2017

Nombre de pages : 225 pages

Genre : Littérature jeunesse

Résumé : Jeanne, son rêve, c’est de partir. Loin, en Thaïlande. Malgré son jeune âge, elle vit seule dans une cabane reculée, au bord d’une falaise. C’est qu’elle ne supporte plus vraiment les gens, elle est fâchée avec le monde entier. Ce qui la calme, c’est d’enfourcher son vélo, seule, et de pédaler le plus qu’elle peut. Un jour alors que son itinéraire l’a menée dans la forêt, elle se retrouve nez à nez avec une vieille dame, assise sur une souche d’arbre. Une vieille qui ne parle pas, qui ne la regarde pas, qui ne la comprend pas. Jeanne voudrait l’abandonner et reprendre son chemin, comme avant. Mais elle n’y parvient pas et embarque cette grand-mère perdue avec elle, sans trop savoir pourquoi.

 

Quand j’ai vu ce livre, j’ai d’abord craqué sur la couverture, que je trouve vraiment très réussie et qui soulève en même temps plein de questions. Ensuite j’ai vu que le roman avait été écrit par Lorris Murail, dont j’ai depuis très longtemps envie de lire des romans. Du coup, j’ai un peu été obligée de me lancer dans celui-ci !

Je pense que je vais avoir du mal à parler de ce roman sans trop en révéler, parce qu’il est réellement hors norme pour un ouvrage de littérature jeunesse, je trouve. Vous l’aurez compris, il retrace la rencontre improbable de deux femmes aussi perdues l’une que l’autre, chacune à leur manière.

D’un côté, il y a Jeanne. Une jeune fille encore mineure qui a semble-t-il fui son foyer, sans que le lecteur sache réellement pourquoi. Jeanne, elle se veut dure, féroce même. C’est pour ça qu’elle s’est fait tatouer un dragon sur l’épaule. Elle voudrait faire peur à tout le monde, surtout aux hommes, elle voudrait en imposer. Et elle en impose. Même à la boxe thaï, sa passion au-dessus de tout, elle en impose. Et même aux garçons de son club qui n’osent plus se battre contre elle. Il faut dire que Jeanne encaisse les coups comme si elle ne sentait pas la douleur. C’est un roc, elle est imbattable. Sauf que derrière tout ça, Jeanne est une jeune femme déjà abîmée par la vie, hantée par ses propres démons.

De l’autre côté il y a Al. Enfin, « Al », c’est le nom que Jeanne lui a donné à cette vieille dame, parce qu’elle ne parle pas, et qu’elle est visiblement atteinte de la maladie d’Alzheimer. Impossible pour la jeune fille de savoir d’où vient cette mamie égarée dans la forêt, ni comment elle a atterri là. Alors, faute de mieux, c’est Jeanne qui lui raconte son histoire, en attendant d’avoir, un jour peut-être, le récit de la sienne.

J’ai beaucoup aimé le roman, qui aborde des thématiques difficiles et en même temps primordiales : la jeunesse, la vieillesse, le fossé entre les deux. Quelque part, Jeanne et Al sont chacune d’un côté de la « vie d’adulte » où tout va bien, où tout est bien réglé. Et aucune d’entre elle ne semble pouvoir rentrer dans cette case.

S’il y a, à mon sens, quelques longueurs dans le roman, c’est contrebalancé par le fait que le lecteur en apprend de plus en plus à la fois sur la vie de Jeanne et, aussi, sur la vie d’Al. L’intrigue autour de leur passé à toutes les deux nous pousse à terminer le livre assez rapidement, parce qu’on a envie d’en savoir plus sur ces deux femmes.

Un beau roman émouvant, que je vous recommande vraiment.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *