J’ai avalé un arc-en-ciel – Immersion dans la culture américaine adolescente

28/05/2017

Titre : J’ai avalé un arc-en-ciel

Auteur : Erwan Ji

Éditeur : Nathan

Prix : 16,95 €

Parution : 2 mars 2017

Nombre de pages : 396 pages

Genre : Young Adult

Résumé : Je m’appelle Capucine, mais on m’appelle Puce. J’ai dix-sept ans, la peau mate et un accent de Montpellier. Enfin, l’accent, c’est quand je parle français. Je vis aux États-Unis depuis que j’ai trois ans. Cette année, il m’est arrivé un truc phénoménal. Retournement de vie, frisson géant, secousse cosmique… Vous appelez ça comme vous voulez, mais la vérité… c’est que j’ai avalé un arc-en-ciel.

 

Je remercie tout d’abord les éditions Nathan pour l’envoi de ce livre. C’est l’avis de Smellslikerock qui m’a convaincue de découvrir ce roman (au passage, je vous recommande chaudement ce blog). Et je peux vous dire qu’en dehors de deux ou trois petites choses, je ne regrette pas ma décision car ce livre a été une très bonne lecture, très agréable, idéale pour se détendre et surtout, parfaite pour les personnes comme moi qui sont friandes d’en apprendre plus sur la culture américaine.

 

Dans ce livre nous suivons le quotidien de Capucine, aka. Puce, au sein de son école privée. Pour faire court, ce roman n’a pas réellement d’autre but que de nous faire plonger dans la culture américaine, ou plus précisément de nous conter le mode de vie d’une partie des ados américains, et ce à travers les yeux d’une jeune fille de 17 ans. Mais ce livre, c’est aussi une histoire d’amour « arc-en-ciel » (en dehors de la couverture, vous saisissez la référence ?).

 

Comme je vous l’ai fait comprendre, c’est comme si on faisait un court séjour aux USA en lisant ce livre. C’est très dépaysant, car on aurait presque l’impression d’y être vraiment vu toutes les choses que nous apprend Puce sur le fonctionnement de son école privée. C’est comme si nous aussi on vivait l’année scolaire là-bas (en très accéléré évidemment). J’ai adoré la présence des expressions et termes typiquement américains (les titres des chapitres et dans l’histoire-même), dont certains que je ne connaissais pas du tout. J’ai plutôt bien accroché à la plume de l’auteur, même si comme le roman est censé reprendre les billets d’un blog, c’est beaucoup Puce qui parle, qui raconte, qui décrit, qui explique, etc. et j’ai regretté qu’il n’y ait pas plus de dialogues par moments. Heureusement, c’est quelque chose qu’on oublie vite car Puce, le personnage principal, est totalement adorable.

 

Et justement, j’ai beaucoup, beaucoup aimé Puce, principalement car je me suis énormément identifiée à elle. Comme moi, elle est Potterhead, lectrice inconditionnelle, elle adore manger et procrastiner, elle ne se maquille pas et préfère le confort quand il s’agit de mode, bien qu’elle aime s’apprêter un peu plus pour certaines occasions. Elle voudrait plus tard aimer son travail, que cela n’ait pas l’air d’un travail, et nous partageons la même expérience de premier amour. Là où nous sommes différentes (mais c’est pour le mieux), c’est qu’elle a beaucoup de connaissances (elle ne fait pas partie des Populaires ou des Nerds, mais tout le monde semble la connaître), un petit cercle d’amis très soudés, mais aussi et surtout, Puce est toujours positive et ne se démonte jamais. J’ai adoré suivre ses aventures !

J’ai également apprécié le personnage d’Aiden, ouvertement originale et qui sort vraiment du lot. En ce qui concerne les 3 amis les plus proches de Puce (Sara, Vaneck et Soupe), je les ai trouvés sympathiques, mais pas autant que Puce ou Aiden.

 

Après, on peut tout de même reprocher certaines petites choses à ce roman, en commençant par le fait qu’on a l’impression que tout est rose, que « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ». En effet, dans l’école privée de Puce, il n’y a aucun cas de harcèlement, d’abus, de violence, etc. que ce soit au niveau physique ou verbal. Alors certes, le but de l’auteur était peut-être tout simplement d’écrire un livre feel-good, ce qui est tout à fait louable, mais dans le même temps cela devient tout de suite moins fidèle à la réalité des choses (enfin je suppose, je ne vis pas aux USA et je ne vais pas dans une école privée, voilà voilà…). C’est peut-être le lot dans les écoles privées (et encore, sûrement pas dans toutes), mais ce n’est certainement pas le cas des lycées publics et autres, d’après moi.

 

Deux autres petits détails m’ont également dérangée. Tout d’abord, le nombre de personnages secondaires qui est quand même « important », du coup j’ai parfois eu un peu de mal à situer qui était qui au début. Et ensuite, j’ai trouvé qu’en avançant dans le roman, l’auteur se focalisait davantage sur les histoires de cœur, les petits tracas quotidiens des ados que sur la culture américaine en elle-même (même si ça n’a pas rendu la lecture désagréable pour autant). Mais ce ne sont que des détails !

 

En bref, « J’ai avalé un arc-en-ciel » est fait pour vous si vous aimez plonger dans le quotidien des ados, et plus particulièrement d’ados américains afin de découvrir leurs traditions, mœurs et autres. C’est un livre un peu « doudou » qui vous fera passer un moment de détente très agréable. J’ai personnellement hâte de découvrir les prochains romans de l’auteur !

Petite belge âgée de 25 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *