Remember Yesterday - Un deuxième tome essentiel !

22/05/2017

Titre : Remember Yesterday

Auteur : Pintip Dunn

Éditeur : Lumen

Prix : 15,00 €

Parution : 6 avril 2017

Nombre de pages : 464 pages

Genre : Dystopie

Résumé : À seize ans, Jessa vit dans un monde au bord du chaos. Jusque-là, tout le monde recevait au seuil de l’âge adulte un souvenir sélectionné et envoyé par son futur moi, une carte de visite qui conditionnait la vie et la carrière de chaque individu. Mais, depuis quelques années, le processus a été interrompu. On ignore encore comment ces images étaient envoyées depuis l’avenir dans le présent, on sait simplement que la clé de cette découverte décisive, c’est Jessa elle-même.

Ses pouvoirs psychiques en font donc la plus précieuse des habitantes d’Eden City… mais elle se refuse absolument à aider les autorités, car elles ne sont pas étrangères au suicide de sa sœur, dix ans plus tôt. Assaillie par une série d’étranges appels à l’aide, Jessa décide de se laisser guider par ces visions, quitte à devoir collaborer avec Tanner Callahan, jeune scientifique de renom sur lequel reposent justement tous les espoirs de découverte du souvenir futur. Autrement dit, son ennemi juré.

Son instinct ne serait-il rien d’autre que la main implacable du destin ? Dans la veine de Minority Report, Remember Yesterday est une dystopie haletante, dont l’héroïne va devoir oser réécrire son histoire et défier le futur.

 

Souvenez-vous, j’avais grandement apprécié la lecture du premier tome de cette saga, Forget Tomorrow (mon avis ici), que j’avais trouvé prometteur et dont la fin m’avait littéralement choqué. J’étais donc très impatient de découvrir quelle direction l’histoire allait prendre et où l’auteure comptait nous emmener. Je remercie par conséquent les éditions Lumen pour leur envoi car j’ai, une nouvelle fois, passé un excellent moment de lecture
Attention, cette chronique peut éventuellement contenir des spoilers sur le tome précédent. 

10 ans après la fin de Forget Tomorrow, c’est sous le point de vue de Jessa – petite soeur de Callie – qu’on retrouve l’univers de Pintip Dunn. Même si l’action démarre dès les premières pages, l’auteure prend le temps de re-contextualiser son histoire en faisant des piqûres de rappel aux moments opportuns. J’ai très rapidement retrouvé l’ambiance de Forget Tomorrow, au rythme effréné et rebondissements incessants. La plume de Pintip Dunn est quant à elle toujours aussi efficace, fluide et agréable à lire. Bien que le style de l’auteure soit un peu quelconque, il a au moins le mérite d’aller à l’essentiel, éclipsant les longueurs et moments de flottement qui pourraient freiner la lecture. 

Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est le fait que Remember Yesterday ne souffre pas du syndrome bien connu du deuxième tome qui sert uniquement de passerelle entre le premier et le troisième. J’irais même plus loin en disant que cette suite est essentielle pour la compréhension de Forget Tomorrow. Je m’explique. Ce genre d’histoires qui jouent sans cesse avec le passé/présent/futur nécessitent une certaine rigueur pour fonctionner. Cela demande donc en amont un travail colossal pour faire en sorte que tous les événements concordent les uns avec les autres et que l’intrigue tienne la route. En lisant Remember Yesterday, je me suis donc rendu compte à quel point l’auteure maîtrisait son récit puisque dès le premier tome, elle avait déjà tout prévu. Et pas seulement la trame générale mais les détails qui vont avec ! Ici, on a donc des réponses à des questions qu’on ne s’était même pas posé en terminant Forget Tomorrow, et ça, c’est tout simplement génial !

Même si ce deuxième tome est un poil plus prévisible que le précédent, je l’ai tout de même préféré. On sent que l’auteure est devenue plus à l’aise dans son travail d’écriture et c’en est d’autant plus agréable pour le lecteur. Les événements s’enchaînent avec une fluidité déconcertante, ce qui fait qu’on dévore les 464 pages en un rien de temps ! La fin est moins surprenante que celle de Forget Tomorrow (en même temps c’était difficile de faire mieux) mais présage néanmoins un dernier tome explosif, d’autant plus que le personnage dont on va suivre le point de vue dans Seize Today (à paraître en octobre 2017 en VO) est particulièrement intriguant…

Malheureusement, comme pour Forget Tomorrow, j’ai eu vraiment beaucoup de mal avec certains points.
D’abord les personnages, auxquels je ne me suis pas spécialement attaché. Quelques scènes ont certes su m’émouvoir mais je n’ai, la plupart du temps, pas eu d’empathie envers eux. Je pense que c’est aussi lié au fait que l’auteure va trop à l’essentiel. A vouloir être constamment dans l’action, le récit manque cruellement de détails qui permettraient de s’immerger totalement. 
D’autre part, j’ai trouvé le potentiel de l’héroïne mal exploité par l’auteure. En effet, Jessa est capable de voir dans le futur et j’aurais tellement aimé que ce don serve plus régulièrement à la jeune fille. Au final, on peut compter sur les doigts d’une main le nombre de fois où elle fait appel à lui…
Et enfin, le gros point noir de cette histoire – comme cela a déjà été le cas pour Forget Tomorrow – c’est la romance. J’avoue qu’elle est beaucoup moins niaise que celle entre Callie et Logan mais elle est tout autant clichée. En plus d’être beau comme un dieu, Tanner est également « l’ennemi » de Jessa. Vous voyez donc « l’amour impossible » venir à des kilomètres et c’est tellement dommage de gâcher une si bonne dystopie avec une romance des plus stéréotypées.

Malgré les quelques défauts que je regrette sincèrement, j’ai tout de même passé un très bon moment de lecture. Je lirai donc évidement le dernier tome de cette saga en espérant qu’il soit à la hauteur de mes espérances bien que je voie d’ores et déjà la romance culcul la praline se profiler à l’horizon…

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *