La Momie - Que vaut le premier reboot du Dark Universe ?

27/06/2017

Titre : La Momie

Réalisateur : Alex Kurtzman

Avec : Tom Cruise, Sofia Boutella, Russell Crowe, Annabelle Wallis, Jake Johnson, ...

Genre : Horreur, Action, Aventure, Fantastique

Durée : 1h50

Nationalité : Américain

Sortie : 14 juin 2017

Résumé : Bien qu’elle ait été consciencieusement enterrée dans un tombeau au fin fond d’un insondable désert, une princesse de l’ancienne Égypte, dont le destin lui a été injustement ravi, revient à la vie et va déverser sur notre monde des siècles de rancœurs accumulées et de terreur dépassant l’entendement humain. Des sables du Moyen Orient aux pavés de Londres en passant par les ténébreux labyrinthes d’antiques tombeaux dérobés, La Momie nous transporte dans un monde à la fois terrifiant et merveilleux, peuplé de monstres et de divinités, dépoussiérant au passage un mythe vieux comme le monde.

Les remakes ont le vent en poupe. Revisiter des films mythiques est devenu une constante, surtout à Hollywood, mais difficile d’éviter la comparaison avec les films originels et les polémiques qui vont avec. L’annonce d’un remake, c’est une entreprise à double tranchant : autant il est accueilli avec bienveillance par certains nostalgiques, autant il attire les foudres d’autres personnes. Et pour cause, comme pour les adaptations littéraires, les fans des premiers films restent attachés à l’esprit de ces productions d’antan et ne tiennent pas à les voir profanées par des studios désirant faire du chiffre. Mais malgré cela, n’oublions pas que faire un remake c’est avant tout l’occasion d’actualiser et de renouveler le genre grâce aux avancées techniques, mais surtout c’est un véritable défi pour les réalisateurs.

Plus qu’un film c’est tout univers et un genre que les studios Universal tente de remettre au goût du jour. La Momie réalisé par Alex Kurtzman est le point départ, et les studios ont mis les moyens pour séduire le plus grand nombre avec une mise en scène ambitieuses et un panel de stars plutôt haute gamme. Mais est-ce suffisant pour convaincre le public et donner une chance à cette nouvelle franchise ?

Chez Universal, ça ne rigole pas, on mise sur des pointures du cinéma pour incarner les mythiques monstres des studios. Ainsi, Johnny Depp (l’Homme Invisible) et Javier Bardem (le monstre de Frankenstein) rejoignent l’équipe.

Le Dark Universe ?

Le projet du Dark Universe consiste à remettre sur le devant de la scène les monstres mythiques qui on fait les beaux jours d’Universal Studios dans les années 30, tels que Dracula, le monstre de Frankenstein ou encore l’Homme invisible. A l’image de l’univers Marvel, chaque monstre devrait faire en quelque sorte l’objet d’un film dans le genre « origin story » et ils seraient amenés à se croiser dans d’autres. C’est une sympathique idée, en espérant que les scénaristes ne tombent pas dans la facilité avec des versus comme on a pu le voir avec Alien et Predator. La Momie a donc la lourde charge d’entamer le marathon, mais plus que les autres monstres, elle souffre d’un handicap : la comparaison avec la trilogie de Stephan Sommers. Car pour la plupart des spectateurs, la saga des années 2000 a marqué les esprits avec un trio de personnages emblématiques (Rick O’connell, Evelyne et Jonathan Carnahan joués respectivement par Brendan Fraser, Rachel Weisz et John Hannah), une momie charismatique (Imhotep) sous les traits d’Arnold Vosloo et bien sûr une intrigue bien ficelée ponctuée par de l’humour et de l’action.

Le trio de la saga des années 2000: Brendan Fraser, Rachel Weisz et John Hannah. Une sacrée équipe qui fait de l’ombre au nouveau trio.

L’intrigue de base est la suivante. Alors qu’il travaille dans le désert du Moyen Orient pour l’armée, Nick Morton se lance à la recherche de trésors antiques à piller avec son compère Chris Vail. Après avoir affronté une milice de la région, ils tombent sur le tombeau d’une princesse égyptienne qui n’est pas tout à fait à sa place. La momie qui y repose répond au nom d’Ahmamet, une princesse d’Egypte condamnée à être enterrée vivante pour régicide. Déshéritée par son père, le pharaon, au profit de son jeune frère, la jeune femme avait invoqué le dieu de la mort Seth qui lui avait octroyé des pouvoirs surnaturels afin de lui permettre de se venger et de récupérer le trône. En exhumant le sarcophage, Nick et la jolie archéologue Jenny Halsey réveillent malencontreusement la créature qui est bien décidée à déverser sur le monde des siècles de rancœur. Mais pour ça, il lui faut terminer un rituel et donc trouver un hôte pour le dieu de la mort.

Comme dit plus haut, cette nouvelle version de la Momie est très ambitieuse mais souffre de la comparaison avec ses prédécesseurs. Le problème s’accentue avec la direction que le film tente de prendre dans la construction de ses personnages. Ils reproduisent les mêmes types de personnages que dans la version précédente avec le pilleur de trésors badass mais pas très moral, la jolie archéologue un peu coincée et le comique relief. Cela saute aux yeux, il n’y a aucune prise de risque sur ce plan-là. Malheureusement, les acteurs ne sont pas à la hauteur et sont même parfois ridicules. Le problème ne vient pas du fait de reprendre les types mais que les héros du film n’ont pas une identité visuelle et une personnalité qui leur soient propre et donc originale.

Tout le contraire de la Momie, sur laquelle la production a tout misé. Ahmamet, interprétée par Sophia Boutella (qu’on a pu voir dans Star trek ou Kingsman), a un design recherché et original. C’est un rôle qui lui va comme un gant, elle est à la fois sexy, effrayante et touchante grâce à un background simple mais bien travaillé. Tom Cruise, comme toujours, s’est beaucoup investi mais peine à convaincre avec ses répliques douteuses. Malgré tout, on sourit quand même à certains moments. Les autres acteurs (Annabelle Wallis et Jake Johnson) sont presque oubliables, il est presque impossible de s’attacher à eux tant ils s’enlisent dans le sur-jeu. Dans un second plan, le film introduit le docteur Jekyll, interprété par le grand Russel Crowe qui propose un personnage imposant (pas loin de Hulk) à la morale intéressante. Le film ne tombe pas dans l’idée du gentil docteur qui veut sauver le monde du mal, mais développe un personnage sombre et complexe aux ambitions effrayantes. Sa présence permet d’exposer le principe et les enjeux du Dark Universe sur la question du mal.

On regrettera que la mythologie égyptienne ne soit pas suffisamment utilisée. D’une manière générale, l’Egypte n’est pas mise à l’honneur, on n’y met d’ailleurs jamais les pieds de tout le film, et donc on ne retrouve pas du tout le folklore, l’esprit ou même l’ambiance des lieux. Mais en contrepartie, le film explore d’autres endroits. Premièrement, adieu les années 30 : le film est contemporain aux spectateurs et commence dans la région du Moyen Orient (l’ancienne Mésopotamie) et investit les événements actuels avec les tensions qu’on leur connait pour ensuite se poursuivre en grande partie à Londres. Le Caire et ses habitants sont donc épargnés de tempêtes de sable et de destructions.

L’intrigue ne casse pas des briques mais n’est pas pour autant mauvaise. Elle expose des enjeux plus complexes que « sauver le monde » et amorce certaines questions sur les futurs films de la licence, tout en concluant celles de la Momie. Dans l’avancée de l’histoire, on constate avec étonnement que Nick (Tom Cruise) n’est pas du tout le moteur de l’action et qu’il ne maîtrise rien. Il subit, ce qui donne lieu à des moments comiques. L’autre point fort du film, c’est son traitement des codes des genres (action et horreur). Les scènes d’action sont sympas (mention spéciale pour la scène de l’avion) et celles d’horreur valent le coup d’œil. Je trouve par contre que le côté aventure ne ressort pas beaucoup et que l’humour, même si certaines blagues ou moments sont drôles, n’a pas l’effet recherché. Le film se prend trop au sérieux pour qu’on puisse y croire et n’a pas le charme d’un Indiana Jones ou de la Momie de 1999. Concernant la conclusion de l’intrigue, je l’ai trouvée intéressante et inattendue.

Je salue le travail des effets spéciaux et surtout des lumières qui permettent de bien voir les scènes dans l’obscurité tout en respectant l’ambiance sombre de certains lieux. Les décors ne sont pas en reste, notamment pour le tombeau de la princesse. Là où la version de 1999 était restée sur le concept du tombeau truffé de pièges, la version de 2017 s’en échappe pour se centrer sur un confinement de la Momie technique et original.

En conclusion, La Momie d’Alex Kurtzman a du mal à trouver sa place entre ses ambitions et son envie de se référer à ses prédécesseurs. Ses personnages manquent d’envergure mais le pari de miser sur une femme trompée fonctionne très bien. En contrepartie, le film nous offre des scènes d’action stylées et réinvestit honorablement les codes de l’horreur. Malgré les points négatifs, c’est un lancement plutôt correct et on a qu’une hâte, découvrir les autres monstres de cette nouvelle licence. En espérant que cette fois-ci, les personnages seront plus attrayants.

.

Hello !!! Moi c’est Greycie alias Satshy. Comme la plupart de mes camarades, je n’ai pas reçu non plus de lettre pour Poudlard mais les Vacances au Camps des sangs-mêlés dans le bungalow d’Athéna me semblaient plus attrayantes ^^
Enfant des années 90, née sous le signe du taureau et du mouton (calendrier lunaire), je suis du genre déterminée et espiègle. Etudiante en Master cinéma, je me définis comme une enthousiaste. Dès que j’ai une passion, je m’y livre à fond (cheval, cuisine, manga, Japon, voyage, danse classique, etc.), tout y passe depuis deux décennies. Je suis donc une touche à tout mais la passion qui accapare tout mon temps actuellement (et pour longtemps), c’est la littérature. Romance, fantasy, BD, contemporain, manga, historique, science-fiction, … Je lis, que dis-je, dévore de tout ; avec une nette préférence pour le genre dystopie et le young adult. Couplé avec le cinéma, c’est le combo gagnant pour s’évader vers d’autres horizons.
Mes bouquins préférés sont la saga « Percy Jackson » avec les « Héros de l’Olympe » de Rick Riordan ainsi que « Orgueil & préjugés » de Jane Austen. Côté séries, ce sont Once Upon a Time et Outlander et pour le 7ème art la Saga Star Wars et l’adaptation encore une fois de Orgueil et préjugés de 2005.
3 I like it
0 I don't like it

3 Comments

  1. C'est très dommage que tu fasses beaucoup de fautes d'orthographe car elles ralentissent la lecture. C'est con parce que ton article est vraiment bien. J'ai pris deux phrases comme exemple :

    Plus qu’un film c’est tout univers et un genre que les studios Universal tente (*tentent) de remettre au goût du jour. La Momie réalisé par Alex Kurtzman est le point départ, et les studios ont mis les moyens pour séduire le plus grand nombre avec une mise en scène ambitieuses (*ambitieuse) et un panel de stars plutôt haute gamme (*haut de gamme).

    Tu devrais te relire avant de publier ou si tu ne sais pas faire autrement, demander à un autre d'entre vous de vous relire :)

    • Bonjour je partage ton avis je ne brille pas par mon orthographe mais j'ai des choses à dire alors je fais comme je peux. Alors je vois bien les exemples que tu pointes du doigt maintenant que tu me les montres je l'ai voit très bien. Je t'assure que je me suis relu plus d'une dizaine de fois mais voilà ses erreurs qui te sautent aux yeux je ne peux pas les voir en amont pour la simple raison que je suis dyslexique. Pour pallier à ses problèmes nous avons une correctrice qui se charge de tout relire. Tu es simplement arrivée avant qu'elle ne passe par là. J'en suis désolée.

    • Je te prie de m'excuser pour mon indélicatesse, je me sens un peu idiote. D'autant que j'ai beaucoup aimé ton article, ça je te l'assure. Ce que je peux te conseiller, c'est peut-être d'attendre qu'elle passe par là avant de publier ton article parce que c'est vraiment dommage que ce que tu écris soit gâché par des fautes qui freinent la lecture :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *