Malemort : l'avenir du rock français !

17/07/2017

Titre : Ball Trap

Groupe : Malemort

Label : Season Of Mist

Parution : 23 juin 2017

Durée : 38

Nombre de titres : 11

Genre : Rock


Salué par la critique il y a quelques mois lors de sa sortie en autoproduction, Ball Trap des Franciliens de Malemort bénéficie enfin d’une vraie distribution, appuyée par une structure professionnelle et propulsée par une promotion digne de ce nom. Et ce n’est que justice, car ce groupe de rock teinté de hard mérite que le plus grand nombre s’intéresse à lui. Dès les premières notes de « Ball Trap », le ton est donné : les guitares sont incisives, le chant, en français, joue avec les mots et les sonorités, la rythmique assure et les mélodies sont soignées. Que demander de plus ? Certainement que le reste de l’album suive. Et c’est le cas !

Car Malemort parvient à faire la synthèse de tout ce que le rock et le metal français ont pu faire d’excellent ces trente dernières années. On perçoit des éléments déjà présents chez Océan pour la manière d’écrire les textes (« Foutue Belle Jeunesse ») de Trust dans la violence revendicatrice (« Brûle », « Carnaval Cannibale »), Sortilège pour certaines intonations (« Mille Regards ») voire des premiers Téléphone pour les mélodies (« La Fille de Manchester ») et Noir Désir sur « Mon Nom ». Mais tout cela est fait avec une modernité, une inventivité, une personnalité et une classe qui font de Ball Trap un album indispensable. Car Malemort ne copie pas, il digère, réinvente, développe, réécrit, pour inventer une forme de post-rock français indispensable, à la fois coloré, intelligent et unique.

Pour tout dire, Malemort parvient même à donner une légitimité à la variété française sur « Carnaval Cannibale » en la nourrissant de rock, comme si les musiciens étaient parvenus à faire évoluer la musique sombre des années 1960 sans passer par la case paillettes. Les mélodies de ce morceau sont exceptionnelles et les guitares d’une rare justesse. Sans doute la meilleure chanson de cet album qui contient onze tubes en puissance.

Mais revenons à l’ensemble. Que dire de plus ? Onze titres pour moins de quarante minutes, c’est dire si le groupe va à l’essentiel ! Rythmes syncopés et chant punk rock sur « Ball Trap », introduction jazz rock avec une basse vrombissante sur « Foutue Belle Jeunesse », apports country et rock années ’50 sur l’excellent « Cabaret Voltaire » qui devrait passer en boucle sur les radios tant il possède toutes les qualités pour entraîner la France entière dans sa danse. Malemort est l’avenir du rock français, non seulement parce qu’il lance des ponts entre les genres, mais également parce qu’il le fait avec un talent unique.

Nourri au metal et à la littérature, je mêle mes deux passions en écrivant des romans et des nouvelles, un casque audio sur les oreilles. Se construire son propre univers, il n’y a rien de mieux !
3 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *