To The Bone

17/07/2017

Titre : To The Bone

Réalisateur : Marti Noxon

Avec : Lily Collins, Keanu Reeves, ...

Genre : Drame

Durée : 1h47

Nationalité : Américaine

Sortie : 14 juillet 2017

Résumé : Ellen a 20 ans et est anorexique. Elle a passé la plus grande partie de sa vie à suivre différents programmes afin de se soigner. Déterminée à l'aider, sa famille l'envoie dans un centre spécialisé dirigé par un médecin non conventionnel. Surprise par les règles du centre et charmée par son nouvel entourage, Ellen va tenter de se reconstruire et s'accepter.

.

To The Bone (Jusqu’à l’os), distribué par Netflix et disponible depuis le 14 juillet sur la plateforme, traite des troubles alimentaires, plus particulièrement celui de l’anorexie mentale, thème peu abordé dans le monde du cinéma puisque plus ou moins tabou dans notre société.
En effet, le film est sujet à polémique. Certains articles dénoncent le fait qu’il représente un risque par rapport aux personnes vulnérables qui pourraient être influencées et se servir de ce qu’elles voient dans le film pour se faire du mal. Je ne suis absolument pas d’accord avec cette polémique, même si je la comprends. Parce que déjà, il y a le web qui, nous le savons, est une mine d’informations, et aussi parce que personne ne s’inquiète, par exemple, de savoir ou non si la banalisation de la violence dans les films peut influencer des personnes psychologiquement instables et dangereuses.
Il est important que ce genre de problème, qui touche des milliers de filles et de garçons, soit traité au cinéma, car rendre tabou un problème ne fait que le renforcer.
Dès le début du film, nous apprenons que celui-ci a été créé « par et avec » des personnes ayant souffert de troubles alimentaires. En effet, la réalisatrice Marti Noxon s’est inspirée de sa propre expérience pour parler d’un sujet difficile à aborder et dont la protagoniste est atteinte : l’anorexie mentale. Lily Collins, qui interprète le rôle principal, a elle même souffert d’anorexie durant son adolescence. Elle explique d’ailleurs dans différentes interviews que ce fût un rôle bien différent à jouer, la ramenant en arrière.

Dans ce film, nous rencontrons Ellen, une jeune femme de 20 ans atteinte d’anorexie mentale. Elle a participé à de nombreux programmes pour essayer de s’en sortir, mais aucun n’a fonctionné. Sa famille décide, vraisemblablement comme une dernière chance, de l’envoyer dans un centre spécialisé dirigé par un médecin (Keanu Reeves) aux méthodes bien différentes de celles qu’Ellen a déjà pu voir. En effet, elle intègre une maison nommée « La Frontière » où plusieurs jeunes personnes, toutes souffrantes de troubles alimentaires (boulimie, anorexie, …), essayent de s’en sortir, de se reconstruire, ensemble. Ils sont plus ou moins libres dans le sens où ils ne sont pas obligés de manger par exemple, mais ils peuvent gagner des points et obtenir des autorisations de sortie s’ils agissent « bien », s’ils agissent de façon à aller mieux. 

Autant vous dire que j’ai tout de suite ressenti de l’empathie envers Ellen, et c’est la force du film. Car même si nous savons qu’elle a grandi dans une famille complètement brisée : un père absent (et pour le coup, nous ne le voyons pas du film) ; une mère ayant des problèmes de dépression ; une belle-mère qui parle trop, mais qui est là, elle, au moins ; et que l’un des dessins d’Ellen qu’elle publie sur Tumblr aurait conduit au suicide d’une jeune fille anorexique, les raisons de son mal-être sont peu abordées, voire très floues. On imagine juste et c’est ce que j’apprécie. Car avons-nous véritablement besoin de détails ? Est-ce qu’en en sachant si peu, Ellen devient moins légitime à être malade ? Non, évidemment que non. J’imagine que c’est le souhait de la réalisatrice : éveiller notre empathie. Si nous connaissons une personne atteinte d’un problème de ce type, il faut simplement être présent et lui tendre la main, plutôt que d’essayer de comprendre pourquoi, il faut plutôt chercher à comprendre comment elle peut s’en sortir. Les scènes sont plutôt lentes, comme si Marti Nixon voulait que nous prenions le temps de regarder son film, de regarder les visages de ces personnages pour essayer de comprendre ce qu’il se passe dans leur esprit. De plus, l’image est très douce, tout comme les musiques que nous pouvons entendre. 

Il y a Ellen, mais il y a aussi d’autres personnages dont le traitement est tout aussi superficiel, voire encore plus, comme le Dr. William Beckham que nous voyons peu (et c’est bien dommage car il est le créateur de cette maison), mais j’aime ses différentes interventions. Il est porteur de messages que j’apprécie beaucoup (et dont je parlerai plus bas). Luke, joué par Alex Sharp II, le « patient » le plus proche d’Ellen, est très touchant car on devine que son humour et sa positivité envers les autres ne sont qu’une façade et qu’il souffre en réalité beaucoup.

Le film a beau être un drame, l’humour sarcastique d’Ellen m’a fait beaucoup rire et certaines répliques sont géniales. Comme écrit plus haut, il y a aussi de belles citations et les différents messages du film me plaisent beaucoup, particulièrement celui qui dit qu’il faut se prendre en main si nous voulons être heureux. J’aime l’idée que c’est nous qui décidons, contrôlons, qui avons le choix de l’être. Alors bien sûr, ce n’est pas aussi simple, loin de là, mais c’est rassurant de se dire que notre bonheur ne tient qu’à nous.
C’est un film qu’il faut voir, car il est porteur d’espoir et que c’est important pour les personnes qui souffrent de près ou de loin de troubles alimentaires. 

.

La salle obscure aux sièges rouges : c’est mon refuge, la SF et le fantastique c’est ce que je préfère. Quand je n’y suis pas, un thé et me voilà prête pour lire, enchaîner les épisodes d’une série ou jouer à League Of Legends avec les potes.
5 I like it
0 I don't like it

One Comment

  1. Etant frontalement concernée par la problématique, ce film ne m'a pas laissée indifférente...
    J'en parle ici
    https://mademoiselleestcommetoutlemonde.wordpress.com/2017/08/28/film-to-the-bone-netflix/

    Bonne journée !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *