Hantée – Une idée intéressante mais pas assez (bien) exploitée

12/09/2017

Titre : Hantée

Auteur : Christina Lauren

Editions : Pocket Jeunesse

Prix : 7,40 €

Parution : 6 juillet 2017

Nombre de pages : 400 pages

Genre : Young Adult, Romance, Fantastique

Résumé : Delilah a toujours été attirée par Gavin, mais un mystère entoure le garçon : on dit qu'il n'a pas de parents et que sa maison est hantée... Lorsque Gavin emmène Delilah chez lui, elle découvre en effet avec stupeur que les lieux sont capables de communiquer. Très vite, Delilah comprend que la maison est vivante... et qu'elle est prête à tout pour éliminer l'intruse.

.

Je remercie les éditions Pocket Jeunesse pour l’envoi de ce roman. Il me faisait de l’œil depuis bien longtemps, au moment de sa sortie en grand format déjà. J’ai donc sauté sur l’occasion de le recevoir quand j’ai vu qu’il sortirait en poche chez PKJ. Malheureusement, malgré un résumé alléchant et promettant quelque chose qui sortirait de l’ordinaire, je ressors vraiment mitigée de cette lecture.

 

De quoi ça parle ?

On suit ici Delilah, qui retourne dans sa ville natale après l’avoir quittée 6 ans auparavant. Ou plutôt, après que ses parents l’aient envoyée loin, dans un pensionnat privé, suite à son expulsion de l’école. À son retour, elle retrouve Gavin, le garçon qui la fait craquer depuis toujours. Mais alors qu’elle parvient enfin à se rapprocher de lui, il semble que la Maison de ce dernier ne l’entende pas de cette oreille… Oui, vous avez bien lu, la Maison !

 

Les idées, les thèmes abordés

C’est réellement le thème de la maison hantée, et même vivante, qui m’a attirée vers ce livre. Et je dois dire que dans l’ensemble, il est plutôt bien traité. J’ai eu l’impression de me retrouver dans une histoire mêlant le château de La Belle et la Bête et la maison hantée de Monster House (que j’avais regardé il y a peu, c’était du coup encore très frais dans ma mémoire). J’adore l’idée qu’une maison puisse tout faire à notre place… mais je flipperais quand même au vu de ce qu’on découvre au fur et à mesure de l’avancée de l’histoire ! La Maison est vraiment un personnage à part entière, certainement le personnage le plus intéressant de l’histoire. Par contre, j’ai vraiment trouvé qu’au niveau de la Maison justement, la fin était bâclée, trop simple et vraiment très prévisible. Aucune surprise à l’horizon, il y a là un manque d’originalité flagrant et c’est vraiment dommage.

Pour le reste, je ne suis pas forcément fan de l’histoire d’amour, qui est l’autre sujet principal de ce roman. Au final, quand on y repense après la lecture, tout reste très en surface. Et même si au début la tension sexuelle est bien existante entre Delilah et Gavin, et qu’elle monte crescendo, on a aussi l’impression à un moment qu’elle retombe tout à coup comme un soufflé.

 

La plume de l’auteur

J’ai vraiment eu un souci avec la plume de Christina Lauren. Je ne saurais dire pourquoi, mais j’ai trouvé l’écriture bizarre, et ça m’a dérangée du début à la fin. Peut-être à cause du choix du point de vue omniscient, ou parce qu’il s’agit d’un livre écrit à quatre mains et que j’ai parfois eu l’impression que ça partait dans tous les sens ? Car oui, si vous ne le saviez pas, 2 auteurs se cachent en réalité derrière Christina Lauren : Christina Hobbs et Lauren Billings.

J’ai également trouvé que bizarrement, malgré les innombrables sous-entendus sexuels, la plume manquait vraiment de piment (la faute au genre young adult, probablement…). La seule et unique scène de sexe est très sage, à des lieues de la personnalité de Delilah (je vous en parle dans le point suivant) et je n’ai pas trouvé ça très crédible.

Mais heureusement, l’alternance des « points de vue » (qui n’en sont pas vraiment puisque la narration n’est pas interne, mais nous suivons bien en alternance Gavin et Delilah) et des chapitres relativement courts en font une lecture assez rapide, malgré un côté addictif presque complètement absent.

 

Les personnages

En ce qui concerne Delilah et Gavin, les personnages principaux, j’ai apprécié certains points de leur personnalité, et d’autres un peu moins. Ainsi, j’ai aimé la fascination de Delilah pour tout ce qui est gore, sombre, etc., mais j’ai trouvé son côté entreprenant, aguicheur voire provocant assez dérangeant. Pour Gavin, j’ai aimé son côté sombre et mystérieux (tout ce qui plaît à Delilah, justement, qui nourrit une obsession pour lui depuis ses 9 ans), mais je l’ai trouvé beaucoup trop naïf par moments.  

Par contre, je n’ai pas du tout aimé les parents de Delilah, qui pour moi ne servent pratiquement à rien tout au long de l’histoire. Ils considèrent leur fille comme si elle avait toujours 9 ans alors qu’elle va en avoir 18, et j’ai trouvé ça énervant au possible. Même si c’est en partie ce qui rapproche Delilah et Gavin, le fait que chacun soit encore considéré comme un enfant : elle par ses parents, lui par sa Maison.  

 

En conclusion

J’ai aimé l’idée de la maison hantée / vivante, mais j’aurais aimé que le sujet soit exploité plus en profondeur, voire différemment (surtout pour le dénouement). De plus, j’ai eu du mal à me faire à l’écriture de l’auteur. En bref, c’est une lecture sympathique mais qui ne m’a pas autant transportée que je l’aurais voulu.

.

Petite universitaire belge âgée de 24 ans, je passe plus de temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries qu’à bosser mes cours. Egalement fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’ado. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *