La vie à mille décibels – Plongée dans les pensées d’une ado atteinte du syndrome d’Asperger

24/09/2017

Titre : La vie à mille décibels

Auteur : Rachael Lucas

Editions : Albin Michel Jeunesse

Prix : 15,00 €

Parution : 4 octobre 2017

Nombre de pages : 320 pages

Genre : Jeunesse, Maladie

Résumé : Grace est une jeune fille pleine d'humour et d'empathie, une introvertie, une hypersensible. Elle sait depuis l'enfance qu'elle est atteinte du syndrome d'Asperger, une forme d'autisme.
Alors qu'elle s'apprête à fêter ses seize ans, le quotidien et la routine qui la rassuraient volent en éclats : sa soeur est en pleine crise d'adolescence, son père sans cesse en déplacement, ... Sans compter Gabe, le garçon qui lui plait.
Pourtant, il est temps pour Grace de plonger dans cette vie qui l'attend, de découvrir qui elle est et de prouver au monde ce dont elle est capable.

.

Je remercie Albin Michel Jeunesse pour l’envoi de ce livre, à paraître le 4 octobre. C’est en lisant son résumé que j’ai eu envie de découvrir « La vie à mille décibels », et plus particulièrement Grace, cette jeune ado atteinte du syndrome d’Asperger (d’autant plus que j’avais tout récemment visionné la série Netflix « Atypical », qui a comme personnage principal un ado autiste, et que j’avais adorée). Malheureusement, cette lecture m’a plus laissée de marbre qu’autre chose. Principalement en cause : une histoire trop « jeunesse » à mon goût.

 

De quoi ça parle ?

Grace, bientôt 16 ans et atteinte du syndrome d’Asperger, est en plein dans l’adolescence, une période déjà pas facile mais quand en plus la famille s’y met… Entre un père toujours en déplacement pour son travail de photographe, une mère qui passe tout son temps avec sa meilleure amie de l’époque de la fac et une petite sœur de 13 ans qui entre elle aussi dans l’adolescence et semble cacher des choses, la jeune fille voit son quotidien passablement bousculé. Et comme si cela ne suffisait pas, il semble que Gabe, le garçon pour qui elle craque, se rapproche d’elle petit à petit. Et c’est dans cette période remplie de changements que Grace souhaite plus que tout être « dans la norme »… Même si elle ne le sera jamais vraiment.

 

Les idées, les thèmes abordés

« […] C’est comme si tu vivais avec les cinq sens au volume maximum en permanence, la vie à mille décibels […] »

Le thème principal de ce roman, c’est évidemment le syndrome d’Asperger puisque Grace, le personnage principal, en est atteinte et que le roman nous est narré de son point de vue. Pourtant, j’ai trouvé que l’auteur n’avait pas forcément bien su représenter ce trouble autistique. Certes, on se rend bien compte tout au long de notre lecture que Grace n’est pas comme tout le monde, ne pense pas forcément toujours de manière logique, etc. mais par moments on a aussi l’impression qu’elle est « normale » (normale dans le sens : pas atteinte du syndrome d’Asperger), et j’ai trouvé ça dommage, comme si l’auteur n’avait pas réussi ou osé aller jusqu’au bout. J’ai également eu ce ressenti d’inachevé pour d’autres parties de l’intrigue, comme la relation entre la mère de Grace et son amie de la fac, ou encore à la fin du roman, avec ce qu’il se passe avec Leah, la sœur de Grace. Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous spoiler, je vous laisse découvrir cela par vous-mêmes et vous faire votre propre avis.

 

La plume de l’auteur

On sent que l’écriture de l’auteur est destinée à un public jeune, elle est fluide et le livre se lit relativement vite. Du moins, lorsqu’on est intéressé par les thèmes abordés. Car si j’étais très intéressée par l’aspect « syndrome d’Asperger », j’ai été beaucoup moins emballée par tout le côté « équitation », qui pour moi est ce qui donne définitivement un aspect bien trop jeunesse à l’histoire. C’est vraiment dommage car en dehors de cela, on sent le vécu derrière la plume, l’auteur sait de quoi elle parle même si elle n’est pas elle-même atteinte du syndrome d’Asperger (contrairement à sa mère et à sa fille). Et c’est peut-être justement parce qu’elle n’en est pas atteinte qu’elle n’arrive pas à encore mieux retranscrire la maladie sur papier que cela. Pour le reste, j’ai trouvé certains passages assez longs, il ne se passait pas forcément grand-chose car on est beaucoup dans la tête de l’héroïne, dans ses pensées et on se dit qu’on n’aimerait vraiment pas être à sa place.

 

Les personnages

On est ici dans la tête de Grace, qui est donc atteinte du syndrome d’Asperger, et chez qui tout est exacerbé en permanence. Une odeur, un son, presque n’importe quoi peut lui poser problème et provoquer une crise. Alors j’ai certes eu de la peine pour elle, mais malheureusement à aucun moment je n’ai réussi à m’attacher à Grace.

Concernant les autres personnages, j’ai assez bien apprécié Anna, la meilleure amie de Grace, ainsi que sa grand-mère. Toutes deux sont très importantes pour Grace, l’auteur parvient à nous le faire très bien ressentir. Par contre, je n’ai pas du tout apprécié la mère de Grace, j’ai trouvé son comportement vraiment incompréhensible et inadmissible pendant la plus grosse partie du roman. Enfin, vu à quel point il a été peu approfondi, je suis restée totalement indifférente et hermétique au personnage de Gabe.

 

En conclusion

Un livre qui trouvera certainement son public, mais je n’en fais malheureusement pas plus partie que cela. Plume trop jeunesse, thèmes qui ne m’intéressent personnellement pas, sujets pas traités à fond, … Ca se laisse tout de même lire, mais je l’ai lu une fois et cela m’a personnellement suffi.

.

Petite universitaire belge âgée de 24 ans, je passe plus de temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries qu’à bosser mes cours. Egalement fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’ado. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *