Le purgatoire – Un voyage désagréable

09/09/2017

Titre : Le purgatoire

Auteur : Chuck Palahniuk

Editions : Sonatine

Prix : 20,00 €

Parution : 8 juin 2017

Nombre de pages : 400 pages

Genre : Humour noir, Fantastique

Résumé : A sa grande surprise, Madison, 13 ans, morte dans de mystérieuses circonstances, est allée directement en enfer. Lors d'une soirée d'Halloween, elle a néanmoins l'occasion de revenir sur terre. Cette petite parenthèse chez les mortels va être riche en événements. Madison va en effet essayer de combler quelques blancs de son histoire en enquêtant sur un horrible meurtre, dont elle est peut-être l'auteure, et tenter de savoir pourquoi elle a été damnée. Elle va surtout découvrir une conspiration millénaire, dans laquelle elle joue le rôle principal.
Chuck Palahniuk continue ici son épopée dantesque. Après Damnés, il remet en piste Madison, l'ado la plus cynique de la terre et de l'enfer. Une fois encore, il repousse les limites de la provocation et lacère méchamment les obsessions américaines, célébrité et religion en tête. C'est hilarant, sale, ça appuie où ça fait mal, bref, c'est du grand Palahniuk.

.

Je remercie les éditions Sonatine pour cet envoi. Après Orgasme, qui signait pour moi la découverte de Chuck Palahniuk et que j’avais assez bien apprécié (je lui avais attribué une note de 3,75/5), j’ai vu que l’auteur sortait un nouveau titre en juin 2017, et je me suis laissée tenter. Malheureusement, je n’ai pas apprécié cette nouvelle « expérience Palahniuk », et je vous explique pourquoi.

De quoi ça parle ?
Je n’ai pas lu le premier tome, Damnés (puisqu’il s’agit là d’une trilogie), mais apparemment, dans ce dernier, Madison, 13 ans, meurt et se retrouve directement en Enfer, où l’on suivra ses aventures. Dans ce second tome, Le purgatoire, Madison revient sur Terre sous une forme fantomatique. C’est l’occasion pour elle de mener un peu l’enquête et de découvrir pourquoi elle a été directement envoyée en Enfer après sa mort.

Les idées, les thèmes abordés
Avant toute chose, je tiens à vous dire qu’il est possible de lire ce second tome sans avoir lu le premier (c’était mon cas). Cependant, je vous conseille tout de même de les lire dans l’ordre car même si je n’ai à aucun moment été réellement perdue dans l’histoire, j’ai senti qu’il me « manquait » des informations à certains moments (par exemple, certains personnages du tome 1 sont abordés).
Ensuite, contrairement à ce qui nous est décrit dans le résumé présent sur la quatrième de couverture, la plus grande partie de ce second tome sert surtout à relater la vie passée de Madison, lorsqu’elle faisait encore partie du monde des vivants. Et on a plutôt l’impression que « l’enquête » (qui pour moi n’en est pas réellement une) est plus un prétexte menant à ce récit de vie qu’autre chose. Les passages abordant le passé de Madison sont vraiment ceux qui m’ont le plus plu.
Malheureusement, tout le reste de l’histoire, cette pseudo-enquête, m’a laissée indifférente, et m’a même ennuyée. Les parents de Madison, le fait de tourner la religion en ridicule, le « complot » millénaire, les chapitres écrits par Leonardlintellohades@autremonde.enfer, … Tout ça n’était évidemment pas précisé dans le résumé, mais si j’en avais su davantage sur le contenu, je crois que je n’aurais pas choisi de lire ce roman.

La plume de l’auteur
En ce qui concerne l’écriture, on retrouve cette touche si spéciale, bizarre et un peu lourde par moments, propre à Chuck Palahniuk. Sa plume est toujours aussi acérée et culotée, une fois de plus il ne mâche pas ses mots et parvient toujours à nous transmettre le fond de sa pensée de manière détournée, presque toujours via l’humour et/ou le cynisme.
De plus, il n’hésite pas à écrire ce que j’appelle des « scènes sales », qui vous dégoûteront, voire vous écœureront. Dans ce contexte, avec une enfant de 13 ans, certains trouveront ça osé, certains trouveront ça malsain, mais en aucun cas vous ne resterez indifférents.
Enfin, le livre est assez long (400 pages), mais renferme des chapitres relativement courts (les plus longs doivent faire une dizaine de pages), il se lit donc facilement en quelques heures (mais étalées sur quelques jours en ce qui me concerne).

Les personnages
Je vous parlerai ici principalement de Madison, puisque c’est le personnage principal de cette histoire. On peut facilement, sans se tromper, la classer dans la catégorie des personnages dits « anti-héros ». En clair : c’est un personnage qu’on aime détester. Fille de milliardaires ayant eu une enfance tout sauf normale entre des prises de Xanax, des changements de villes incessants et des parents ultra-médiatisés (et franchement tarés), elle se décrit elle-même comme une « snob passive-agressive ». Elle est cynique, menteuse et se croit supérieure parce qu’elle a grandi dans un luxe particulier (elle précise toujours bien les marques de ce qu’elle porte). Elle insulte toutes les autres filles de p**es ou de pét***es, alors qu’elle-même ne vaut pas mieux.
Malheureusement, même si effectivement elle se comporte par moments comme une fille de 13 ans, la plupart du temps je l’ai trouvée bien trop cynique pour être crédible. On sent que c’est un auteur adulte qui se cache derrière ce personnage, et justement il ne s’arrête pas à l’âge de Madison, non, il la fait parfois se comporter de la manière dont lui-même se comporterait, et ça m’a un peu gênée. Cette gêne aurait été inexistante si le personnage de Madison était adulte, or ce n’est pas le cas.

En conclusion
Au final, je salue une fois de plus le culot et les idées de l’auteur, mais pour Le purgatoire, ça ne l’a juste pas fait avec moi. En cause, une partie de l’histoire qui m’a franchement laissée de marbre, un résumé légèrement mensonger (il n’y a pas réellement d’enquête) et un personnage ne se comportant pas en accord avec son âge. Si toutefois vous aimeriez vous laisser tenter par ce titre, je vous conseille de lire Damnés avant, qui constitue le premier tome de la trilogie portant sur Madison Spencer. En ce qui me concerne, néanmoins, je compte bien continuer à découvrir Chuck Palahniuk à travers d’autres titres, mais je ne pense pas lire les tomes 1 et 3 de cette saga.

.

Petite universitaire belge âgée de 24 ans, je passe plus de temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries qu’à bosser mes cours. Egalement fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’ado. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *