Electric Wizard - Wizard Bloody Wizard

13/10/2017

Titre : Wizard Bloody Wizard

Groupe : Electric Wizard

Label : Spinefarm Records

Parution : 10 novembre 2017

Durée : 42

Nombre de titres : 6

Genre : Stoner Rock


On connait l’amour des anglais d’Electric Wizard pour Black Sabbath, le titre de leur nouvel album ne s’en cache pas puisqu’il fait référence au Sabbath Bloody Sabbath. Dès les premières notes de « See You In Hell », le ton est donné puisque le quatuor nous entraîne dans un heavy stoner, lent et pesant, qui s’inscrit dans la lignée de leurs glorieux aînés. La musique évoque aussi Cathedral par moments, puisant aux sources mêmes de ce courant en vogue depuis une vingtaine d’années. Avec six titres pour plus de quarante minutes, on comprend que chaque titre s’épanche avec d’opprimants délices le long de riffs d’une rare noirceur.

C’est le cas avec « Necromania » qui n’est pas sans rappeler, par moments, « War Machine » de Kiss, tandis qu’à d’autres, il évoque le Black Sabbath période Ozzy ou le groupe Sheavy. La voix d’écorché de Jus Oborn participe grandement à cette impression, tout en nous conduisant au fond d’un gouffre quasi psychédélique lorsque les guitares tissent d’étranges solos. Ce côté psychédélique est encore plus présent sur « The Reaper », la chanson la plus courte de l’album, qui s’appuie sur un orgue planant et quasi occulte, nous ramenant à la musique des années 1970.

Pourtant, ce moment presque léger est coincé entre les deux compositions écrasantes que sont « Heaar The Sirens Scream » sur lequel le tempo s’accélère parfois et le très sabbathien « Wicked Caresses » que l’on aurait pu trouver sur le Sabbath Bloody Sabbath. Le fan se retrouve en terrain connu, au milieu d’effluves diverses et d’ambiances seventies, ce qui se confirme sur la longue pièce qu’est « Mourning Of The Magicians » et qui clôt cet album sur ce qui ressemble à une longue jam hallucinée.

Sans accoucher d’un chef-d’œuvre, Electric Wizard nous livre un album classique, angoissant, lourd et gorgé de riffs distordus qui vous happent pour ne plus vous lâcher. Une excellente alternative à toute cette musique pré-écoutée que les radios et la télévision nous déversent à longueur de journée dans les oreilles.

.

Nourri au metal et à la littérature, je mêle mes deux passions en écrivant des romans et des nouvelles, un casque audio sur les oreilles. Se construire son propre univers, il n’y a rien de mieux !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *