« Page Turners », la communauté young adult Milan et Bayard

16/10/2017

Lancée il y a plus de deux ans par les Éditions Milan rejointes en juin 2017 par Bayard Éditions, la plateforme « Page Turners » représente aujourd’hui une communauté montante dans l’univers des romans à destination des jeunes adultes. Everything, everything, The sun is also a star, Six of crows, … autant de titres d’actualité qui font parler d’eux et qui prennent de l’ampleur grâce au travail des professionnels du livre mais également des blogueurs qui, de plus en plus, jouent un rôle non négligeable dans la prescription de ces ouvrages.

Dans cette perspective, des moyens nouveaux sont mis en place afin de fédérer le plus de lecteurs possible autour de cette littérature à destination des adolescents et des jeunes adultes. NiNeHank a pu rencontrer Agathe Mérel, directrice du service Marketing de Bayard et de Milan, qui nous a présenté le projet « Page Turners ».

 

Qu’est-ce que « Page Turners » ?

« Page Turners » est une plateforme mise en ligne en juin 2016 par les éditions Milan qui présente des romans destinés aux adolescents et aux jeunes adultes. Avant la création de cette plateforme, il existait chez Milan une seule collection pour ce public, la collection « Macadam », mais nous cherchions avec « Page Turners » à créer un univers (et non restreint à une collection), donc un projet plus ouvert qui accueillerait des genres littéraires différents (romance, dystopie, horreur, …).

Par ailleurs, Milan était surtout connu sur le marché du livre pour ses documentaires jeunesse et ses livres d’éveil, et non pour ses publications de fiction, beaucoup moins nombreuses. Depuis le début de l’année 2017, une nouvelle ligne éditoriale se développe en fiction chez Milan et la communication change, se dynamise.

Il faut savoir que Milan appartient au groupe Bayard, qui est un acteur majeur sur la fiction. On connaît notamment Bayard pour des séries comme Chair de poule, L’épouvanteur ou encore Miss Peregrine. L’association Milan-Bayard en 2017 a donc permis de rassembler toutes les forces en termes d’édition et de communication au sein d’une même communauté : « Page Turners ».

 

En quoi « Page Turners » est-elle une communauté ?

« Page Turners » offre une possibilité aujourd’hui en développement dans quelques maisons d’édition : un échange direct avec les lecteurs. La plateforme intègre une communauté de blogueurs : grâce à une « community manageuse », Sara Boudjoghra, des liens privilégiés sont tissés avec eux, qui leur permettent de découvrir les nouveautés et d’accueillir leurs critiques.

De nombreuses actions sont menées autour des publications : une présence forte sur les réseaux sociaux, des Facebook Live, des jeux concours, des projections de films en avant-première, …

Mais, outre cet aspect promotionnel, « Page Turners » permet un accompagnement des publications. Certains romans pour adolescents nécessitent d’être accompagnés pour toucher les lecteurs et les prescripteurs, ce qui est rendu possible par « Page Turners ».

 

Comment « Page Turners » est-elle accueillie par le public ?

Nous travaillons avec une cinquantaine de blogueurs partenaires, qui suivent nos sorties et interagissent avec nous. Nous renouvelons notre partenariat tous les ans, et chaque année les blogueurs sont toujours plus nombreux à présenter leur candidature !

Depuis juin 2017, « Page Turners » s’est développée et élargie en accueillant les romans publiés chez Bayard, à destination d’un public adolescent et young adult. Cette évolution a permis à la plateforme de prendre beaucoup d’ampleur, notamment grâce à la sortie au cinéma du film Everything, everything adapté du roman éponyme de Nicola Yoon qui avait rencontré un certain succès. Aujourd’hui, « Page Turners » représente sur le web et les réseaux sociaux une communauté de 11 600 lecteurs actifs.

 

Et pour la suite ?

De nombreuses nouveautés sont attendues par la communauté « Page Turners » dans les catalogues Bayard et Milan :

Wonder Woman (Leigh Bardugo) : Ce titre paru le 1er septembre est le premier titre d’une nouvelle série consacrée aux super-héros. L’originalité de cette série : chaque tome est écrit par un auteur reconnu qui offre sa propre vision d’un super-héros. Dans ce livre, par exemple, Leigh Bardugo (connue pour la série Six of Crows, parue chez Milan en 2016 et 2017) imagine l’adolescence de Wonder Woman.

Résumé : Quand un bateau explose au large de l’île de Themiscyra, où vivent les Amazones, la princesse Diana enfreint les lois de sa communauté et recueille Alia, une jeune fille de 17 ans comme elle. Mais cette dernière est une Warbringer, une semeuse de discorde sur laquelle pèse une malédiction. Le destin de Diana se trouve lié à celui d’Alia. Un retour aux origines de Wonder Woman.

 

The Rain (Virginia Bergin) : dans cette dystopie, l’imaginaire se mélange aux préoccupations d’une adolescente. La Terre est atteinte d’un mal, une pluie mortelle. L’héroïne Ruby erre dans ce monde apocalyptique à la recherche de son père, seul survivant de sa famille, elle aussi atteinte par ce fléau.

Résumé : Ruby passe la soirée avec ses amis quand le monde bascule. La radio diffuse en boucle un message d’alerte : « Protégez-vous de la pluie, c’est une question de vie ou de mort ». La petite bande court se mettre à l’abri, mais l’un d’entre eux décide d’affronter les gouttes. Aussitôt, les parties de son corps exposées à l’eau sont en sang. Ruby réussit à rentrer chez elle et retrouve Rebecca, sa mère, Simon, son beau-père et Henri, son petit frère. Malgré toutes leurs précautions, Rebecca et Henri meurent. Simon décrète une interdiction totale d’utiliser l’eau. La pluie ne cesse de tomber. Il n’y a plus de téléphone ni d’internet. Selon les informations, un nuage de poussière porteur d’un virus se serait abattu sur la terre. Une pluie acide brule la peau et fait exploser les cellules. Un matin, le ciel est bleu. Ruby et Simon s’aventurent dans la ville et découvrent des scènes de pillages, cadavres, voitures entassées. Le temps de revenir à la maison, Simon crache le sang… Désormais, Ruby est seule et décide de rejoindre son père à Londres. Un long périple commence. Quand elle arrive enfin, la maison est vide mais Ruby découvre un mot de son père daté du 23 juin disant qu’il reviendra le 26. Sept semaines plus tard, Ruby a organisé sa survie et elle attend toujours…

 

 Heart Breakers (Ali Novak) : dans cette série sur un boys band, chaque musicien fera l’objet d’un tome. Fiction et réflexion se mêlent : le premier tome raconte l’histoire d’amour entre une adolescente apprentie écrivain et le chanteur d’un groupe de musique. Il pose notamment la question de la place de l’amour dans une relation médiatisée.

Résumé : Pour consoler Cara, leur sœur atteinte d’un cancer, Stella et Drew décident de se rendre à une séance de dédicaces de son groupe préféré, « Les Heartbreakers », pour lui rapporter un autographe. Dans un café, Stella rencontre un bel inconnu. Quelle n’est pas sa surprise quand elle découvre qu’il s’agit d’Oliver, le chanteur du groupe favori de sa sœur… Le garçon invite Stella et son frère à passer la soirée avec le groupe. Passionnée de photographie, Stella fait des clichés de la soirée. Oliver se montre charmant avec elle, mais la jeune fille se méfie. Quelques jours plus tard, l’attaché de presse des Heartbreakers appelle Stella pour lui proposer de les suivre en tournée, pour les prendre en photos et les poster sur un blog. Stella refuse, car elle craint de trop s’éloigner de sa sœur. Pourtant, Cara la force à accepter. Stella est donc séparée de sa sœur, et obligée de revoir Oliver. Leur attirance est évidente… Mais le chanteur est-il sincère ?

 

 Malcom X (Ilyasah Shabazz, Kekla Magoon) : ce documentaire-fiction co-écrit par la fille de Malcom X raconte de façon inédite l’enfance de ce dernier. Comment cet homme qui a grandi dans une famille tout à fait banale a pu tomber dans la délinquance et se convertir à l’islam, devenant le défenseur de la cause noire que tout le monde connaît ?

Résumé : Les parents de Malcolm ont toujours poussé à réaliser ses rêves. Mais comment Malcolm Little peut-il continuer à espérer après le meurtre de son père et l’internement de sa mère en hôpital psychiatrique ? D’autant que ses professeurs lui rient au nez lorsque Malcolm leur confie vouloir devenir avocat. Devenu orphelin, privé de ses frères et sœurs, Malcolm décide de fuir ce monde dominé par les blancs, d’abord à Boston, chez sa demi-sœur, pour s’étourdir de musique, d’alcool et de danse, avant de partir à Harlem, et de devenir un escroc accompli. Emprisonné pour vol à l’âge de 20 ans, Malcolm découvrira la religion musulmane, rencontrera la foi et deviendra Malcolm X, grand prêcheur militant pour la défense du peuple noir.

 

 Je voulais juste te dire (Emily Trunko) : cet ouvrage est né d’un Tumblr, une jeune femme y publie les lettres qu’elle a écrites étant adolescente mais qu’elle n’a jamais envoyées, et demande à sa communauté de faire de même. Le phénomène prend une très grande ampleur. Bayard reprend le concept dans un ouvrage illustré par l’artiste américaine Lisa Congdon et rassemble les meilleures lettres. Un deuxième tome est déjà prévu, dans lequel l’éditeur demandera aux lectrices de se joindre au jeu et d’envoyer leurs lettres, dont les plus belles seront également publiées.

Résumé : Emily Trunko est une bloggeuse américaine. Il y a quelques années, elle a ouvert un tumblr où les gens viennent publier les lettres qu’ils n’ont jamais osé envoyer. Cet ouvrage est un recueil des plus belles lettres. L’ouvrage est divisé en différents chapitres : Lettres à moi-même ; lettres au monde ; lettres d’amour ; lettres aux amis ; à la famille ; lettres touchant à la perte, au deuil ; à la tromperie…Ce sont majoritairement des adolescents qui écrivent : à leurs petit(e)s ami(e)s, à des ami(e)s, à leurs parents, à un professeur, à eux-mêmes… Le spectre est très large et peut aller d’un dyslexique qui encourage d’autres dyslexiques à ne rien lâcher, comme un jeune qui fait son coming out auprès de ses parents, une jeune fille qui étudie le compte instagram de sa mère biologique sans oser la contacter, une autre qui écrit à son corps qu’elle détestait et qu’elle a appris à aimer, mais aussi des lettres d’amour, des cœurs brisés, des amitiés perdues… Certains parlent des petits problèmes du quotidien (maman, j’aimerais qu’on passe plus de soirées ensemble), d’autres de drames plus lourds (papa, comment vais-je faire quand tu vas mourir ?).Les sujets abordés sont très variés et parlent aux adolescents de situations et de sentiments universels.

 

 Sombres étoiles (Malorie Blackman) : auteure du roman à succès paru chez Milan Entre chiens et loups,, Malorie Blackman livre pour la première fois un roman de science fiction qui met en scène une histoire d’amour a priori impossible

Résumé : Nous sommes au XXIIe siècle. Dans l’espace, les guerres de clans font rage, et le danger est partout. Pourtant, même perdue dans les étoiles, l’étincelle de l’amour peut naître… Depuis qu’un virus a terrassé l’ensemble de l’équipage, dont leurs parents, les jumeaux Vee et Aidan vivent seuls à bord de leur vaisseau spatial. Jusqu’au jour où ils reçoivent un message de détresse provenant de la planète Barros 5. Là vivent Nathan, sa mère Catherine, et d’autres drones, rejetés de la Terre et envoyés sur la planète Callisto pour travailler dans des mines. Tous se sont sauvés, mais, échoués en plein territoire mazon, une espèce qui hait les humains, ils sont en danger de mort. Les jumeaux les secourent, et, malgré sa méfiance envers les drones – caste considérée comme inférieure –, Vee ne tarde pas à tomber sous le charme de Nathan. Mais leur amour a-t-il une chance dans ce contexte où tout les oppose, où le seul avenir possible pour Nathan est de rejoindre Mendela Prime tandis que la jeune fille n’a qu’un désir : revenir sur Terre? D’autant que, à bord du vaisseau, les hommes meurent mystérieusement les uns à la suite des autres…

 

 You don’t know my name (Kristen Orlando) : dans ce roman d’espionnage, une adolescente élevée par un groupe secret de la CIA acquiert durant son enfance toutes les habitudes des espions. Alors qu’elle grandit dans le rejet du modèle inculqué par ses parents, ceux-ci disparaissent brusquement. Elle part à leur recherche et devient elle-même une espionne. On retrouve ici un thème cher à la période de l’adolescence : la construction de l’identité en opposition au modèle familial.

Résumé : Les parents de Reagan, 17 ans, font partie des Black Angels, une division secrète de la CIA spécialisée dans la libération des otages et la lutte contre les attaques terroristes. Reagan a passé sa vie à changer d’identité du jour au lendemain, à mentir à ses rares amies, voire à éviter toute forme d’intimité avec les gens qu’elle rencontre. Entraînée depuis sa plus tendre enfance au combat à mort et aux armes, elle est censée, le moment venu, rejoindre à son tour les rangs de l’agence. Cependant, Reagan n’est pas sure de vouloir marcher sur les traces de ses parents. Surtout depuis qu’elle connaît Luke, son nouveau voisin : tomber amoureuse de lui n’a jamais fait partie du programme… Mais des événements inquiétants se multiplient autour de Reagan. Elle se sent surveillée. Lorsque ses parents sont enlevés par un baron de la drogue, lui-même ancien Black Angel, elle n’a plus le loisir de s’interroger sur son avenir : elle part à leur recherche avec Luke et les Black Angels. Une aventure dangereuse, dont Reagan sortira meurtrie. Avec un seul objectif désormais : la vengeance.

 

 Maudits soient-ils (Courtney Alameda) : inscrit dans la veine frisson horreur, ce roman raconte l’histoire de Malicia, la descendante d’Abraham Helsing, le chasseur de monstres dans Dracula. Malicia est dans une école qui vise à pourchasser les monstres. Chacun a un don et le sien est de capturer leur âme au moyen d’un appareil photo. Mais elle devient l’objet d’une malédiction lancée par les monstres : des chaînes lui poussent sous la peau. Elle est destinée à mourir en sept jours si le sortilège n’est pas brisé. Elle doit donc retrouver le monstre à l’origine du sortilège et le combattre.

Résumé : Malicia Helsing est la descendante d’Abraham Van Helsing, le célèbre chasseur de monstres (créé par Bram Stoker dans son roman Dracula). Cet héritage génétique fait d’elle une tétrachromate : elle a le don de voir l’aura des morts. Armée de son appareil photo, elle capture l’essence des démons qui s’attaquent régulièrement à San Francisco. Jusqu’au jour où l’horreur s’abat sur elle. Un démon, qui semble en savoir long sur la famille Helsing, jette sur Malicia et ses trois meilleurs amis, spécialistes comme elle en exorcisme, une malédiction qui les tuera en sept jours. Dès lors commence un terrible contre-la-montre… Chaque jour, une chaîne grandit sous leur peau, menaçant de rompre leurs organes pour finir par les étrangler. Et ce n’est pas tout : son propre père, directeur de l’académie Helsing, la pourchasse, craignant que cette malédiction contamine tous les habitants de la ville. Pour sa survie, Malicia n’a d’autre choix que de combattre la créature la plus puissante qu’elle ait jamais rencontrée.

 

 Grisha (Leigh Bardugo) : il s’agit d’un préquel de la série Six of Crows chez Milan (tome 1 publié en 2016, tome 2 en juin 2017) qui a connu un vif succès. Dans ce nouveau titre, le personnage de Grisha est développé : une héroïne aux pouvoirs particuliers.

Résumé : Depuis des siècles, le royaume de Ravka est divisé par le Shadow Fold, épaisse nappe de ténèbres peuplée de créatures sanguinaires. En tant que cartographe pour la Ire armée, Alina doit le traverser pour la première fois. Aussitôt, des volcras l’attaquent. Elle est sauvée par Mal, son meilleur ami, dont elle est secrètement amoureuse et qui, à son tour, se retrouve acculé par les créatures. Elle émet alors malgré elle une lumière puissante, qui repousse les volcras. Dès lors, son destin prend une autre tournure : Alina est l’Invocatrice de lumière, celle qui pourrait vaincre le Shadow Fold et rendre la paix au royaume. La voilà emmenée à la capitale, au Little Palace, où elle entame son apprentissage aux côtés des Grisha, caste de magiciens qui gouverne le royaume avec le roi, et du plus puissant d’entre eux, le Darkling. Mais les intrigues de la cour sont moins simples qu’il n’y paraît, et Alina ignore où est censée aller son allégeance : au roi ? Au Darkling, qui semble nourrir pour elle des plans mystérieux ? Tandis que l’avenir de la Ravka repose sur ses épaules, la jeune femme doit à la fois découvrir les secrets des Grisha, et ceux de son coeur…

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture (et la pierre philosophale pour les plus chanceux) !
3 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *