Harry Styles – Un clip totalement décalé pour « Kiwi »

09/11/2017

Au fur et à mesure des mois, Harry Styles s’affirme de plus en plus en solo et cela transparaît tout particulièrement dans la réalisation de ses clips, dont le dernier en date, « Kiwi », vient tout juste de sortir. Il nous a teasé durant plusieurs jours, prouvant une nouvelle fois qu’il est le roi de la promo bien ficelée. Alors, on vous prévient tout de suite, si vous n’êtes pas friands d’enfants turbulents, de chiots et de cupcakes, on vous conseille vivement de passer votre route…

Aucun doute, Harry Styles sait se dépatouiller pour mener à bien sa carrière. Depuis sa sortie en mai, son premier album est un succès (n’hésitez pas à jeter un œil à notre chronique à ce sujet), sa tournée mondiale se joue à guichets fermés et chaque chose qu’il touche se transforme en or… Quoi ? On en fait un petit peu trop ? À peine.

Après le fabuleux et très aérien clip de « Sign Of The Times » qui l’avait propulsé au rang d’artiste décalé, ce n’est pas sa toute dernière vidéo qui va venir infirmer la règle.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=9wg3v-01yKQ]

Dans celle-ci, l’artiste nous plonge dans une atmosphère très vintage. Le décor est planté dès le début et un message d’annonce vient donner le ton « Aucun enfant ou animal n’a été blessé durant le tournage de ce film ». Hum… Ok… Ça commence bien. Nous découvrons une petite fille -Beau Gadsdon, récemment vue dans le film Rogue One : A Star Wars Story– affublée d’un costume à fleurs, qui rappelle étrangement celui du chanteur, marchant à vive allure dans un couloir d’école. Les plans suivants montrent ses petits camarades aux dents acérées, prêts à en découdre, les mains remplies de… Non, attendez. De cupcakes ? Une pile monstrueuses de pâtisseries en tout genre se trouve au centre de la pièce où les chérubins semblent attendre qu’on leur donne le feu vert pour soit tout dévorer, soit tout gaspiller. Le choix sera vite fait puisque celle qui fait office de leader finit par déclencher la bataille qui va faire rage jusqu’à la fin de la vidéo.

Cependant, à ce stade du clip, une question subsiste. Mais où est Harry ? Il faut en effet attendre 2min10 pour que le chanteur fasse enfin une apparition -bien trop courte- à l’écran. Se voulant comme le représentant de l’autorité, on se dit immédiatement à son regard noir qu’il va sévir face à l’indiscipline qui règne dans ce gymnase, mais pas du tout. Monsieur Styles envoie une meute de chiots se joindre au festin tout en poussant un cri de guerre inaudible. D’accord… Tout va bien dans le meilleur des mondes.

On récapitule. Enfants. Cupcakes. Harry Styles. Chiots. On pourrait croire que l’artiste a tout mis en œuvre pour que nous craquions encore plus. Il ne manquerait plus que la fossette.

Des clans se forment, certains se peignent des stries de chocolat sur le visage, des stratégies militaires se mettent en place, certains cupcakes deviennent des grenades dégoupillées… Tant pis pour le costume Gucci. Bref, un vrai champ de bataille. D’ailleurs, ne serait-ce pas un petit clin d’œil aux début cinématographiques du jeune homme dans « Dunkerque » ?

Le clip se termine sur une photo de classe des enfants couverts de glaçage, au milieu desquels Harry a fini par faire régner l’ordre. Enfin presque… La fossette ! Son petit sourire vient couronner le tout, comme s’il nous disait ouvertement que briser les règles de temps en temps n’a jamais fait de mal à personne.

Soulevons tout de même l’énorme décalage entre les paroles de la chanson qui parle clairement d’une femme qui clame sa grossesse et l’assume avec les images que nous avons sous les yeux. Le non-conformisme à l’état pur. Du Harry, tout simplement.

Le projet a été mené par le duo Chris Barrett et Luke Taylor (connus sous le pseudonyme « Us »), dont la patte artistique se ressent dans le traitement des images et la colorimétrie sombre et usée.

Harry n’a pas fait le choix de ce nouveau single pour rien puisque le titre est certainement le mieux accueilli de l’album en live. Le public en redemande et le scande à tue-tête, allant même jusqu’à lancer des fruits sur scène, manquant de blesser l’artiste qui a d’ailleurs glissé sur un kiwi pas plus tard qu’il y a quinze jours à Londres.

La créativité excentrique du jeune homme de 23 ans n’a pas fini de nous surprendre et on a vraiment hâte de le retrouver sur scène le 13 mars prochain à l’AccorHôtel Arena de Paris.

Deux plumes curieuses et passionnées qui fusionnent déjà dans l’écriture d’un roman. Nos goûts éclectiques nous mettent constamment en quête de nouveauté. Nous adorons activer nos méninges dans une harmonie créative et la musique est souvent le fil conducteur qui nous lie. Alors, pourquoi ne pas bousculer nos habitudes pour partager notre ressenti dans ce domaine ?
6 I like it
1 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *