Jumelles - Un thriller complexe

11/11/2017

Titre : Jumelles

Auteur : Saskia Sarginson

Editions : Le livre de poche

Prix : 8,10€

Parution : 4 octobre 2017

Nombre de pages : 448 pages

Genre : Thriller

Résumé : Isolte et Viola sont jumelles. Inséparables dans leur enfance, elles sont aujourd’hui des adultes très différentes : Isolte est rédactrice dans un magazine de mode et partage la vie d’un photographe en vue ; Viola, détruite par l’anorexie, se consume peu à peu sur un lit d’hôpital. Les deux sœurs se parlent à peine. Pourquoi leurs chemins ont-ils pris des directions différentes ? Quelle tragédie les a séparées ? Alors qu’elles tentent de démêler les fils du souvenir d’un été enfoui dans leur mémoire, les terribles secrets de leur passé remontent à la surface, menaçant de bouleverser leurs vies à jamais.

.

Merci tout d’abord aux éditions Le livre de poche (et à Emma en particulier) pour l’envoi de ce roman dont le résumé avait beaucoup attisé ma curiosité !

 

Présenté à de nombreuses reprises dans la littérature, le thème de la gémellité est au cœur du roman de Saskia Sarginson qui en porte d’ailleurs le titre. Jumelles est l’histoire de deux sœurs, Isolte et Viola, fusionnelles dans leur enfance, éloignées à l’âge adulte.

Avec le sous-titre de ce livre, « Elles étaient en tous points identiques, jusqu’à ce que l’impensable les sépare », Saskia Saginson impose dès lors une énigme : que s’est-il passé pour que cette relation si particulière entre les deux petites filles se dégrade ?

Qui dit jumelles dit deux êtres en apparence identiques mais que tout oppose. Isolte et Viola ne semblent pas déroger à cette règle : l’une est belle, attirante et exubérante ; l’autre est un peu ronde, discrète et peu sûre d’elle. Deux portraits somme toute très différents pour des jumelles.

Malgré tout, un lien indescriptible les unit, à tel point qu’elles s’en amusent et flirtent avec la légende que les gens s’inventent autour de la gémellité : quand l’une est mal en point, l’autre le ressent, même si elle est physiquement très éloignée de sa jumelle. Ce comportement en apparence anecdotique résume à lui seul toute l’atmosphère du roman de Saskia Sarginson : brouiller les pistes, confondre le lecteur et ses personnages, tel est le maître mot de l’auteure.

De la première page à la dernière, le lecteur est embarqué dans une histoire sombre que l’organisation du récit ne cessera d’obscurcir. Tel un roman choral, les points de vue et les époques alternent, créant ainsi un tourbillon dont il est difficile de se sortir. Tantôt présent à la troisième personne, tantôt passé à la première, nous sommes plongés dans l’intimité d’Isolte puis de Viola. Même si cette alternance est parfois difficile à suivre, elle représente une illusion parfaite de la fusion entre les deux sœurs : on ne sait plus distinguer l’une de l’autre.

Deux autres personnages viennent ajouter une touche d’importance au récit et renforcer un peu plus le thème central de la gémellité : aux jumelles faussement semblables s’ajoutent les jumeaux identiques. Gouvernées par un désir inépuisable de liberté, Isolte et Viola passent le plus de temps possible loin d’un foyer familial déchu. Elles rencontrent deux garçons de leur âge, qui mènent une vie reculée mais non moins ennuyeuse dans la forêt. A leur façon, Michael et John représentent une toute autre relation que celle qui lie les jumelles. Mais leur caractère en apparence similaire dissimule en réalité un meneur et un suiveur, dont l’équilibre sera remis en question…

Beaucoup de mystère règne donc autour de l’enfance de ces deux héroïnes qui sera dévoilée de façon très (trop) étalée jusqu’à la dernière page. On en apprend de plus en plus sur le caractère de chacune, ce qui a fait qu’elles sont devenues deux femmes diamétralement opposées. Toutefois, la complexité de la narration et la mauvaise gestion du rythme permettent difficilement de s’attacher aux personnages, voire même de les comprendre.

Malgré le développement progressif de l’intrigue, on garde constamment une distance certaine vis-à-vis des jumelles, ce qui empêche de rentrer entièrement dans le récit. Le temps s’étale, s’étiole pour s’accélérer lors du dénouement en l’espace de seulement quelques pages. La résolution tient debout : on y croit sans pour autant être terrifié, ce qui aurait dû être la réaction logique face à ce fameux événement de basculement dans l’intrigue. Finalement, la conclusion est à l’image du reste du roman : un bon exercice de style, mais qui manque d’émotion et d’intensité.

 

Un thriller au résumé aguichant, mais qui par la construction complexe de la narration et un étalement sans fin du récit peut facilement perdre le lecteur sans qu’il ne soit parvenu à s’attacher ou même à comprendre la nature de ces deux jumelles à l’enfance trouble. Une petite déception !

.

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture (et la pierre philosophale pour les plus chanceux) !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *