L'enfer de Church Street - Original et mystérieux !

27/11/2017

3

Titre : L'enfer de Church Street

Auteur : Jake Hinkson

Editions : Gallmeister

Prix : 8,00 €

Parution : 17 août 2017

Nombre de pages : 204 pages

Genre : Drame, Suspense

Résumé : Geoffrey Webb est en train de se faire braquer sur un parking. Et cette situation lui convient bien, il en redemanderait même. À son agresseur, il propose un marché : empocher les trois mille dollars qui se trouvent dans son portefeuille, le dépouiller de tout s’il le faut, en échange de cinq heures de voiture jusqu’à Little Rock, Arkansas. Webb a besoin de se confesser. Ce braquage et ce pistolet pointé sur lui, il les mérite. Et il est prêt à expliquer pourquoi.

.

Les éditions Gallmeister m'avaient habitué à des récits où la nature occupait une place importante, et j'étais par conséquent curieux de découvrir une histoire de leur catalogue où une autre thématique (en l’occurrence la religion) serait davantage mise en avant. Attiré par la pastille du "Prix Mystère de la critique 2016", je me suis plongé dans L'enfer de Church Street avec l'espoir que le résumé (des plus alléchants) serait à la hauteur du livre en lui-même. Je dois avouer que la direction qu'a pris l'auteur m'a tout d'abord surpris (car assez éloignée de ce que j'avais imaginé) mais c'est satisfait que j'ai finalement refermé le bouquin, bien que sacrément déboussolé ! Je remercie donc chaudement la maison d'édition pour son envoi qui m'a totalement sorti de ma zone de confort tout en me faisant passer un très bon moment de lecture

J'aimerais commencer en abordant la structure très originale du récit. L'histoire démarre avec un homme sur le point de braquer Geoffrey Webb. On suit donc les pensées de ce criminel en apprenant rapidement ce qui le pousse à agir de la sorte. Cette entrée en matière m'a directement intrigué, étant particulièrement efficace pour susciter la curiosité du lecteur. Vient ensuite la rencontre entre Webb et ce fameux braqueur, et c'est là que la véritable intrigue démarre. Au bout des vingt premières pages, on se retrouve en effet propulsé des années en arrière, lorsque Webb n'a que onze ans. Celui-ci revient alors sur l'ensemble de sa vie, délivrant peu à peu une histoire aussi troublante que dérangeante...

Tout au long du roman règne un suspense parfaitement maîtrisé, participant ainsi à créer une ambiance quasi étouffante. Sans arrêt en quête de réponses, le lecteur ne cesse de tourner les pages pour avoir le fin mot de l'histoire. Petit à petit, Webb dresse un portrait de celui qu'il était qui dénote totalement avec celui qu'il est devenu, nous invitant de cette façon à nous interroger sur les raisons qui l'ont poussé à changer. Par ailleurs, le style de l'auteur est très fluide, sans fioritures, conférant sans conteste à L'enfer de Church Street le statut de page turner !

Malgré tous les bons points, j'ai noté un gros bémol qui a eu le don de m'agacer tout au long de ma lecture : le personnage principal. Autant vous dire que Webb et sa personnalité m'ont fait grincer des dents plus d'une fois. En plus de se plaindre (beaucoup), d'être égocentrique au possible et de vouloir tout contrôler, il justifie ses actes (pourtant graves) par la volonté de préserver son statut social. C'est donc à un protagoniste des plus antipathiques qu'on a affaire ici, auquel j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher.  

Je pense m'arrêter là pour ma chronique car il me serait difficile d'en dire beaucoup plus sans vous dévoiler des pans importants de l'intrigue. Vous conviendrez qu'il est difficile de parler d'un roman qui fait à peine 200 pages sans spoiler ! 
Je vous dirais simplement que si vous aimez les livres à ambiance dont les personnages sont des anti-héros aussi agaçants qu'intrigants, alors n'attendez plus : L'enfer de Church Street est fait pour vous ! 

.

1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *