Les Yeux de Sophie - Non pas une mais deux très belles histoires !

18/11/2017

Titre : Les Yeux de Sophie

Auteur : Jojo Moyes

Editions : Milady

Prix : 18,90€

Parution : 20 octobre 2017

Nombre de pages : 660 pages

Genre : Romance, Historique

Résumé : « J'ai cru que c'était la fin du monde. J'ai cru que rien de bon ne pourrait plus m'arriver. Je ne mangeais plus, je ne sortais plus. Je ne voulais plus voir personne. Mais j'ai survécu. Contre toute attente, j'ai fini par surmonter l'insurmontable et, petit à petit, la vie m'a paru vivable. »

Paris, 1916. Sophie Lefèvre doit prendre soin de sa famille alors que son mari part pour le front. Quand la ville tombe entre les mains de l'armée allemande, au milieu de la Première Guerre mondiale, Sophie est contrainte de faire le service tous les soirs à l'hôtel réquisitionné par le nouveau commandant et ses hommes. À l'instant où l'officier découvre le portrait qu'Édouard a fait de sa femme, cette image l'obsède. Une dangereuse obsession qui menace la réputation, la famille et la vie de Sophie, et va la conduire à prendre une terrible décision.

Un siècle plus tard, à Londres, Liv Halston reçoit ce portrait en cadeau de la part de son mari avant de recueillir son dernier soupir. Sa vie est bouleversée de plus belle lorsqu'une rencontre de hasard lui permet de découvrir la véritable histoire de ce tableau.

.

J’avais eu une véritable révélation il y a quelques mois en lisant Sous le même toit de la même auteure, un roman dont la qualité m’a fait tomber amoureux de la plume de Jojo Moyes. J’étais par conséquent impatient de me plonger dans Les Yeux de Sophie, que j’espérais être tout aussi bon. Bien que ma précédente lecture demeure un cran au-dessus, j’ai tout de même passé un excellent moment en compagnie de Sophie et Liv, deux femmes courageuses aux destins étroitement liés. Je remercie donc naturellement les éditions Milady pour leur envoi qui vient compléter mon début de collection que je souhaite étoffer très rapidement avec d’autres titres ! 

Mon avis sera divisé en deux parties, à l’image de celles qui composent le roman. 
La première (200 pages) se concentre sur Sophie Lefèvre, une jeune femme qui habite en 1916 dans une petite ville française occupée depuis peu par les allemands. On découvre dès les premières pages une jeune femme qui doit gérer une vie qu’elle n’a pas voulu, en s’occupant notamment de sa sœur, des enfants de celle-ci et d’un hôtel (Le Coq rouge) pendant que son mari est parti au front.
J’ai tout de suite trouvé Sophie très attachante. Le premier chapitre pose directement les bases d’un contexte de guerre où la nourriture manque, les stratagèmes pour survivre se succèdent et les esprits s’échauffent rapidement. Au milieu de tout cela, la jeune femme fait preuve d’une maturité remarquable, se battant sans relâche afin de protéger les siens. 
Durant les dix chapitres qui composent cette première partie, on prend non seulement conscience d’une époque terrible, mais surtout, on découvre à quel point une situation telle que celle-ci peut changer un être humain… Allant jusqu’à lui faire faire des choix aux conséquences irréversibles…

La seconde partie intervient à la 210ème page et on se retrouve alors propulsé un siècle plus tard, en 2006, à Londres. Liv est une femme au bord du gouffre. Elle vient de perdre son mari, croule sous les dettes et peine à remonter la pente. Le deuil occupe une place particulièrement importante dans cette nouvelle intrigue. Liv essaye de rester forte mais on sent bien que ses nombreux problèmes la tirent vers le bas… Jusqu’à ce qu’une rencontre vienne tout chambouler… Un heureux hasard qui va lui redonner goût à la vie tout en éclaircissant le mystère que représente Les Yeux de Sophie, un tableau des plus intrigants que Liv a reçu de la part de son mari peu de temps avant qu’il ne décède…

Je ne vais pas vous le cacher, ce roman est un véritable page turner. La plume de Jojo Moyes est aussi envoûtante qu’efficace, son talent de conteuse n’étant depuis longtemps plus à prouver. Néanmoins, je dois avouer que j’ai eu un peu de mal au moment de la transition entre les deux parties. J’étais en effet tellement pris dans l’histoire de Sophie que basculer – à un moment des plus cruciaux, qui plus est – dans un tout autre contexte m’a un peu (voire beaucoup) décontenancé. J’ai mis plus de temps à m’attacher à Liv mais, rassurez-vous, la magie Jojo Moyes finit toujours par opérer. Il n’empêche que j’ai tout de même regretté ne pas retrouver Sophie (enfin, pas comme je l’aurais voulu), ce qui m’a laissé un goût d’inachevé en refermant le livre… 

Quoi qu’il en soit, Jojo Moyes a une nouvelle fois réussi le pari d’imaginer une intrigue solide, aux nombreux rebondissements et bénéficiant d’un rythme soutenu sur près de 700 pages ! Le roman aurait peut-être mérité d’être un brin peaufiné afin de gommer les quelques défauts qui m’ont empêché d’avoir le coup de cœur, mais il fait clairement partie de ces livres feel good qui permettent de réfléchir tout en passant un bon moment. 
A consommer sans modération donc !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *