Depuis l'au-delà, entre polar et surnaturel

14/12/2017

Titre : Depuis l'au-delà

Auteur : Bernard Werber

Editions : Albin Michel

Prix : 22,00 €

Parution : 4 octobre 2017

Nombre de pages : 436 pages

Genre : Thriller

Résumé : Je me nomme Gabriel Wells. Je suis écrivain de romans à suspense. Ma nouvelle enquête est un peu particulière car elle concerne le meurtre de quelqu’un que je connais personnellement : moi-même. J’ai été tué dans la nuit et je me demande bien par qui. Pour résoudre cette énigme j’ai eu la chance de rencontrer Lucy Filipini. En tant que médium professionnelle, elle parle tous les jours aux âmes des défunts. Et c’est ensemble, elle dans le monde matériel, moi dans le monde invisible, que nous allons tenter de percer le mystère de ma mort.

.

Tout d’abord, un grand merci aux éditions Albin Michel pour l’envoi de ce livre qui m’a permis d'(enfin) découvrir un roman de Bernard Werber !

 

Composé comme un polar surnaturel, ce nouveau roman de Bernard Werber se présente comme un récit à la croisée des chemins, à la croisée des genres entre enquête policière et histoire de science-fiction. Composé également comme une mise en abîme de sa propre situation, Bernard Werber met en scène la mort d’un écrivain à succès. Cette ouverture funeste ne sera pourtant que le point de départ du roman dont la question principale – qui a tué Gabriel Wells ? – représentera la principale motivation du héros et, par extension, du lecteur.

On suit donc le personnage de Gabriel Wells, auteur de nombreux romans, dont un peu connu, « Nous les morts », contrairement à ses autres livres destinés à un large public. Dans celui-ci, l’auteur s’intéresse à une thématique bien particulière : la vie après la mort, dans l’au-delà. Le livre est un échec, il ne rencontre pas son public à l’exception de quelques lecteurs dont une certaine Lucy Filipini, une jeune médium qu’il croise sur sa route, présentement le jour de sa mort. Passionnée par cette thématique dont elle a fait son métier, elle sera son compagnon de route, son guide dans sa quête obsessionnelle sur le responsable de sa mort.

On retrouve dans ce nouveau roman la touche de Bernard Werber, à savoir le développement de personnages qui deviennent rapidement très attachants. Le duo Gabriel Wells / Lucy Filipini fonctionne très bien : motivés par un désir de séduction, d’amitié, de curiosité et de passion, ces deux compagnons se rencontrent par un concours de circonstances pour ne finalement plus se lâcher.

Leur fusion deviendra physique, littérale et prendra des allures burlesques dans des situations cocasses. Malgré le sérieux et la noirceur de la thématique du livre (on recherche l’assassin d’un écrivain à succès), le ton adopté reste toujours léger, enjoué et rempli d’humour, ce qui rend la lecture à la fois intense et légère.

 

La galerie de personnages qui gravite autour de ce duo est également teintée d’humour et d’émotions : tout au long de l’enquête, nous découvrons l’entourage de Gabriel Wells (son frère, son éditeur, son critique malveillant le plus acerbe, son ancienne compagne, …) et celui de Lucy Filipini.

Chacun possède un trait de caractère particulier, évitant la caricature ou les lieux communs. Ainsi, loin d’être une vieille dame dans une roulotte à l’allure bohémienne, la médium qui a le don de communiquer avec les morts est une jeune femme d’à peine trente ans, entourée de chats et hantée par le souvenir d’un amour disparu. Comme beaucoup d’autres, Lucy Filipini a une forte personnalité, mais également une faille qui la rend très attachante.

La thématique était également dangereuse : heureusement, le récit ne bascule à aucun moment dans la caricature. Loin des tables tournantes ou des incantations, les mondes imaginés par Bernard Werber sont construits et imbriqués de façon aussi réaliste qu’imaginative. Réincarnation, errance, âmes, vivants, … Toute une lexicologie de l’au-delà est mise en place de sorte que le lecteur s’y retrouve et participe aisément à la logique transmise par l’auteur dans son récit.

Les chapitres sont ponctués d’extraits de L’Encyclopédie du savoir relatif et absolu rédigé par Edmund Wells (on reconnaîtra le clin d’œil de l’auteur à son personnage principal) et de grands noms de la culture littéraire et scientifique, tels que Edison ou Conan Doyle qui font des apparitions occasionnelles. Réalité et imaginaire s’affrontent et composent un récit habilement construit, riche en tension et en émotion.

 

Avec Depuis l’au-delà, Bernard Werber signe un roman audacieux, à la croisée des genres, qui offre un agréable et passionnant moment de lecture !

.

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture (et la pierre philosophale pour les plus chanceux) !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *