La Cité de l'Oubli - Une excellente dystopie !

07/12/2017

Titre : La Cité de l'Oubli

Auteur : Sharon Cameron

Editions : Nathan

Prix : 17,95 €

Parution : 12 octobre 2017

Nombre de pages : 468 pages pages

Genre : Young Adult, Dystopie

Résumé : Tous les douze ans, ils oublient. Pas moi.
Tous les douze ans, les habitants de Canaan subissent un phénomène mystérieux : ils perdent la mémoire et oublient qui ils sont. Ceux qui n'ont pas consigné leurs souvenirs dans leur journal perdent leur identité et deviennent des parias. Les autres se reconstruisent grâce aux informations qu'ils redécouvrent dans leur journal.
Nadia, 16 ans, cache un lourd secret : il y a douze ans, elle n'a pas oublié. Elle se souvient du chaos qui a saisi la cité, tout comme elle se rappelle que son père a falsifié les journaux de sa mère et de ses sœurs pour les abandonner... À l'approche du nouvel Oubli, elle redoute que sa famille soit de nouveau éclatée. Pour éviter cela, elle doit percer le secret de ce phénomène, avant que tout le monde ait oublié.

.

Bien que la dystopie soit moins présente aujourd’hui dans nos librairies, c’est un genre littéraire que j’apprécie toujours autant. J’aime par conséquent me plonger de temps à autre dans un bon roman situé dans un monde futuriste, soumis à des pressions sociales et placé sous un régime politique particulier (pour ne pas dire totalitaire). La thématique de La Cité de l’Oubli m’avait tout de suite attiré de par son originalité car justement elle sortait des sentiers battus des dystopies classiques. Et autant vous dire que j’ai passé un excellent moment de lecture qui a frôlé le coup de cœur ! Merci donc aux éditions Nathan pour leur envoi qui m’a rappelé à quel point j’aimais la science-fiction et ses nombreux sous-genres ! 

Je vais commencer par aborder brièvement les points négatifs car ils ne sont finalement pas très nombreux. Le premier concerne certains éléments de l’intrigue que j’ai devinés assez rapidement (mais je vais vous expliquer dans la suite de cette chronique pourquoi cela ne m’a pas tellement dérangé). Le second et dernier bémol concerne ces personnages – dont un en particulier – sur lesquels l’auteure a décidé de ne pas vraiment s’attarder alors qu’elle aurait franchement dû ! Le faire aurait rendu son histoire beaucoup plus complexe et travaillée, mais ce n’est qu’un détail qui sera peut-être corrigé dans le tome suivant (si tome suivant il y a ?).

Je vous faisais part plus tôt des quelques événements prévisibles qui, d’habitude, ont tendance à nuire à ma lecture. Ici, « cette révélation » (bien que présumable dès le départ) permet en fait à l’auteure d’emmener son histoire là où on ne l’attendait pas. Pendant que l’attention du lecteur est détournée par un aspect précis, c’est en réalité ailleurs que se déroule l’action. Le retournement de situation principal arrive donc à point nommé pour tout chambouler et provoquer la surprise.

Je me suis beaucoup attaché au personnage principal (Nadia) dont la personnalité n’est pas similaire aux 90% des héroïnes actuelles dans la littérature Young Adult. Ses réactions sont profondément humaines et même si ses actes ne sont pas toujours réfléchis, ce sont eux qui font d’elle une personne comme vous et moi. Une personne qui fait des erreurs mais sait également s’en servir pour se relever et avancer.  
D’autres personnages m’ont également plu et touché, Gray notamment, dont l’histoire assez mystérieuse m’a intrigué un bon moment ! La relation qu’il va construire avec Nadia est complexe, stimulée par des non-dits tout en étant sincère et attendrissante.

Concernant l’intrigue, j’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteure s’est servie de cette thématique de « l’oubli » pour en faire un roman à la fois original et prenant. Le style, très fluide, rend la lecture agréable et rythmée, faisant ainsi de La Cité de l’Oubli un véritable page turner
J’évoquais la possibilité d’un tome 2 car j’ai vu sur Goodreads qu’il était sorti aux États-Unis. Mais en soi, l’histoire telle qu’elle se termine ici pourrait se suffire à elle-même. Certains aspects bénéficieraient néanmoins d’être approfondis et je pense qu’avec une suite, l’auteure aurait l’occasion de boucler la boucle en répondant à toutes les questions.

Bref, La Cité de l’Oubli est une excellente dystopie qui risque de vous surprendre. Surtout si, comme moi, vous avez déjà lu toutes celles présentes sur le marché !  

 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *