Victoria - Une fiction historique ou l'Histoire fictionnée ?

09/12/2017

Titre : Victoria

Auteur : Daisy Goodwin

Editions : Milady

Prix : 18,20 €

Parution : 20 octobre 2017

Nombre de pages : 570 pages

Genre : Historique

Résumé : « À mes yeux, Madame, vous êtes en tout une reine. »

Alors qu'elle vient tout juste d'avoir dix-huit ans, Alexandrina Victoria devient reine de Grande-Bretagne et d'Irlande. Dès lors, la jeune souveraine surprend tout le monde : elle abandonne son prénom détesté pour adopter celui de Victoria, insiste pour avoir ses propres appartements et est déterminée à rencontrer ses ministres seul à seul. L'un d'entre eux, Lord Melbourne, devient très vite son secrétaire particulier. Il aurait peut-être pu devenir davantage... si tout le monde n'avait pas soutenu que la reine devait épouser son cousin, le taciturne prince Albert. Mais ce que Victoria ignore encore c'est qu'en amour comme en politique, il ne faut pas se fier aux apparences.

 .

Depuis le temps que j’avais envie de découvrir la bibliographie de cette auteure ! Je ne lis pas souvent des romans historiques mais c’est pourtant un genre qui m’intéresse de plus en plus, surtout si les faits relatés sont véridiques. En l’occurence, l’arrivée au pouvoir de la reine Victoria et les quelques années qui ont suivi son couronnement. Bien qu’ayant globalement apprécié ma lecture, je me suis tout de même rendu compte que certains aspects pouvaient me gêner dans ce type de « fictions ».
Je remercie néanmoins les éditions Milady pour leur envoi ! 

Alors, sachez tout d’abord que cette chronique est assez difficile à rédiger. Pour que vous puissiez comprendre mon ressenti, je me dois de vous faire part de ce que j’attends d’un roman en règle générale. Si je suis un grand amateur de thrillers, ce n’est pas pour rien : je veux être happé par ma lecture ! Avoir ce besoin de tourner les pages sans pouvoir m’arrêter et me coucher à trois heures du matin pour terminer mon bouquin. Le problème d’un roman historique qui se base sur des faits réels et les respecte est de créer du suspense, chose qui peut s’avérer difficile. Par conséquent, et ce bien que je n’étais pas incollable sur l’histoire de la monarchie britannique, j’avais tout de même quelques connaissances sur le sujet. Dès le départ donc, je n’ai pas été autant pris dans l’intrigue que je l’aurais souhaité… 
J’aimerais néanmoins souligner le fait que Daisy Goodwin a su rythmer son histoire avec des twists et des rebondissements souvent inattendus, ce qui a été particulièrement agréable au cours de ma lecture !

Les personnages, eux aussi, m’ont laissé quelque peu sceptique. D’un côté, j’ai adoré plonger au coeur du quotidien royal avec ses complots, manigances et trahisons. Victoria a cependant eu le don de m’agacer un bon bout de temps, notamment au début où son tempérament me rappelait fortement celui d’un enfant pourri-gâté. D’un autre côté, j’ai eu un gros problème d’ordre logique. Je ne savais tout simplement pas comment me positionner face à ce que je lisais. Est-ce que ce qui est écrit s’est réellement déroulé de la façon dont c’est décrit ? Est-ce que ces protagonistes ont vraiment existé et même si c’est le cas, leurs actes sont-ils représentatifs de ce qui s’est passé dans la réalité ? Autant vous dire que je n’ai toujours pas la réponse à mes questions… 

Pour terminer, j’aimerais aborder le style de Daisy Goodwin qui m’a beaucoup plu. Il est à la fois fluide et poétique. Les lieux sont décrits avec justesse (au point que j’ai plus d’une fois eu l’impression d’y être), les odeurs retranscrites avec précision. J’aurais tendance à dire qu’il s’agit là d’un livre feel good si on ne tient toutefois pas compte de certains passages où l’intensité dramatique était à son apogée. 

En somme, si vous êtes fan des romans historiques et que l’époque victorienne vous a toujours intrigué, alors lancez-vous ! Pensez néanmoins à vous positionner dès le départ quant à votre approche du roman : à savoir, considérez-vous qu’il s’agit d’une fiction basée sur des faits réels ou d’une retranscription des faits réels avec une touche de fiction ?

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *