Ces nazis qui ont échappé à la corde - Dense mais complet

23/01/2018

Titre : Ces nazis qui ont échappé à la corde

Auteur : Jean-Paul Picaper

Editions : L'Archipel

Prix : 24,00 €

Parution : 8 novembre 2017

Nombre de pages : 464 pages

Genre : Historique

Résumé : Avril-mai 1945. Le IIIe Reich est aux abois. Comment échapper à la corde ou au peloton d’exécution ? Cyanure ou revolver, le suicide paraît un bon moyen : solution choisie, entre autres, par Himmler et Göring, comme par Hitler et Goebbels. Ceux qui ne peuvent s’y résoudre se volatilisent, tel Heinrich Müller, chef de la Gestapo. Certains, Wernher von Braun ou Reinhard Gehlen, choisissent de vendre leurs services aux Alliés. D’autres, comme Alois Brunner, Adolf Eichmann, Klaus Barbie ou Joseph Mengele, parviennent à fuir en Égypte, en Syrie ou en Amérique du Sud.
Mille gibets n’auraient pas suffi pour châtier les criminels nazis. Le nombre de ceux qui payèrent leurs crimes de leur vie après la chute d’Hitler fut dérisoire : quatre-vingt-une pendaisons de hauts responsables dans les cinq à six années suivant la guerre, à Nuremberg, en Pologne, en Tchécoslovaquie, en Russie ou en Ukraine. Ainsi qu’en France, où ils furent plutôt fusillés. Mais comment identifier les subalternes qui avaient carte blanche pour perpétrer des massacres « sur ordre » ?
Plongeant dès 1990 dans les archives de la Stasi et les archives fédérales allemandes, Jean-Paul Picaper est parti sur les traces de ces criminels de guerre, pour exhumer les vestiges de leur déroute, de leur disparition et de leur mort. Ce livre est le récit de cette vaste enquête, nourrie de témoignages et de révélations sur l’attitude machiavélique de Staline et sur l’assistance accordée aux coupables par d’honorables institutions religieuses et politiques.

.

Pour être tout à fait honnête, je ne m’attendais pas à lire un roman aussi dense en informations, noms, concepts, etc. Je m’attendais à un roman historique écrit à la manière d’une fiction afin que le lecteur passe un moment agréable sans difficulté de compréhension, mais ce n’est pas du tout l’expérience que vous aurez ici. A moins d’être fan d’Histoire et de cette période, vous allez avoir du mal à suivre. 

Personnellement ça ne m’a dérangé que pour les premières pages, après j’ai réussi à m’y habituer et à le lire sans problème. L’auteur a très clairement fait ses recherches et semble très confiant dans ce qu’il avance. Il nous donne toutes les informations, jusqu’aux plus petits détails, ce qui peut parfois être de trop. Personnellement je ne parle pas allemand, et tous les noms allemands des divisions, sous-divisions, partis politiques, etc. m’ont complètement perdue. Mais au moins, si vous faites un travail de recherche, vous êtes sûrs de trouver toutes les informations dont vous avez besoin. 

Je n’ai pas grand-chose de plus à vous dire. C’est un très bon roman historique sur les nazis, Hitler, la manière dont ils se sont tous influencés les uns les autres, comment certains ont gravi les échelons ainsi que tout ce qui se passait derrière le rideau et personnellement, j’ai appris énormément de choses sur cette période. Même si on l’a étudié pendant des années, on ne connaît jamais un événement sur le bout des doigts. Grâce à ce livre, j’ai l’impression d’avoir beaucoup de connaissances sur les nazis. Mais encore une fois, c’est un livre très dense, très compact en informations qui peut être assez difficile à lire. Soyez prévenus. 

.

Alicia, alias Cupcake, jeune étudiante en anglais, passionnée de lecture depuis la plus tendre enfance mais aussi de films et de séries. Je passe le plus clair de mon temps le nez plongé dans les bouquins, que ce soit pour la fac (les classiques américains et brittaniques n’ont plus aucun secret pour moi!) ou pour le plaisir (faut bien de temps en temps!). Mes genres préférés sont le policier, l’épouvante, le fantastique et le young adult même si je ne suis ouverte à tout !
Parmi les romans préférés on a Les âmes vagabondes (Stephenie Meyer), Fangirl (Rainbow Rowell), Avant toi (Jojo Moyes) et bien sûr la saga Harry Potter ! Que de styles différents, donc.
Et puis, comme je l’ai dit, j’adore les films et si je pouvais vivre dans un cinéma je le ferais !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *