Godless : une série Western poignante !

03/01/2018

Titre : Godless

Créée par : Scott Frank

Avec : Jack O'Connell, Michelle Dockery, Scoot McNairy, Merritt Wever, Thomas Brodie-Sangster, Sam Waterston, Tantoo Cardinal, Kim Coates, Jeff Daniels, ...

Format : 60 minutes

Diffusion : Netflix

Genre : Western

Résumé : Frank Griffin, un hors-la-loi semant la terreur dans l'Ouest américain des années 1880, traque Roy Goode, son ex-partenaire, devenu un ennemi. Durant sa quête, il se retrouve à La Belle, Nouveau Mexique - une ville entièrement bâtie et régie par des femmes.

Godless est un Western sublime et extrêmement réussi. Et pourtant, ce n’est pas le genre de films que je vais regarder de moi-même. Néanmoins, à chaque fois que je l’ai fait, je n’ai pas été déçue. C’est vraiment un genre trop peu mis en avant. Là, ce qui m’a attirée, c’est la présence de Michelle Dockery qui joue Alice et qui était l’un de mes personnages préférés de Downton Abbey. Ici, c’est dans un rôle radicalement à l’opposé que nous la retrouvons. Elle n’a plus rien à voir avec la bourgeoise de l’aristocratie anglaise du début du vingtième siècle. Ici, c’est une femme forte et rebelle, une veuve qui manage à elle seule un ranch et qui s’occupe de sa belle-mère indienne et de son fils, un métis qui a du mal à trouver sa place entre les deux cultures. Elle est impressionnante et crainte des habitantes et habitants de La Belle, la ville la plus proche. Une vraie cow girl. C’est bien simple, je suis tombée sous le charme d’Alice.

La bande-annonce a aussi fait son effet sur moi puisqu’elle est courte mais très efficace : on a l’impression que c’est une série centrée sur des femmes et franchement, pour un Western, ça aurait été original ! D’ailleurs, c’est pas beau de mentir comme ça, Netflix… Enfin, les critiques que j’ai vues çà et là ont eu raison de me convaincre et je ne l’ai pas regretté. Godless est une série géniale et addictive ! Les épisodes sont longs, et c’est tant mieux ! Tous les clichés d’un Western sont réunis : le shérif, le cowboy (ici en l’occurence une cowgirl), le saloon, la petite ville, les chevaux, les Indiens, … Mais c’est précisément ce qui fait que cette série est parfaite ! Et elle l’est d’autant plus qu’elle s’est débarrassée des clichés racistes de l’âge d’or du Western : ici, les Indiens et les noirs ne sont pas plus méchants ou sauvages que les blancs. Au contraire, puisque dans la série, Alice vit même avec une indienne, s’est mariée avec un indien et a un fils à moitié indien. Quant à la petite famille noire qui vit isolée non loin de La Belle, elle a ses bons comme ses mauvais membres. Le Western a évolué sur ce point-là, et c’est très bien comme ça !

Godless est une série féministe mais pas trop, et c’est tout à son honneur. Pour une fois, ça l’est subtilement et ce n’en est que mieux ! Ne vous méprenez pas, j’aime les séries qui sont ouvertement féministes, en revanche, celles qui le sont subtilement en faisant sous-entendre des messages sont d’autant plus réussies à mon goût (The Handmaid’s Tale, Alias Grace) que celles qui en surjouent (The Bold Type, GLoW). Selon moi, les deux meilleurs personnages de cette série sont des femmes : Alice bien sûr, mais aussi Mary Agnes (interprétée par Merritt Wever), qui s’improvise gardienne de la paix de la ville de La Belle. Jeune femme au très fort caractère mais très sensible au fond. Néanmoins, selon la majorité des spectateurs (cf. tvtime.com), celui qui remporte la palme du meilleur personnage, c’est Jack O’Connell qui joue Roy Goode, un hors-la-loi au grand coeur, qui est effectivement très touchant. 

Une scène est particulièrement criante et parlante sur la force des femmes. Je ne dévoile rien : si vous connaissez un peu le Western, vous savez que ça se termine toujours par une scène de combat armé finale. Dans celle-ci justement, alors que certains hommes se cachent par peur, les femmes, elles, se battent fièrement. Et cette fin… Bouleversante. Rares sont les séries qui me touchent en plein coeur et celle-ci a réussi. Mon coeur s’est arrêté durant les 40 dernières minutes du dernier épisode. La beauté de la scène et la musique (tandis que les voix et les coups de feu étaient silencieux) m’ont fait monter les larmes aux yeux.

À priori, il ne devrait pas y avoir de saison 2 mais je trouve cela fort regrettable. C’est une série tellement bonne que j’aimerais beaucoup revivre le plaisir de la regarder pour la première fois. Et une saison 2 pourrait le permettre même si, en effet, si le réalisateur reconnaît lui-même qu’il ne sait pas quoi raconter de nouveau, il vaut mieux éviter. Gardons cette perfection plutôt que de la salir avec une saison en trop.

.

Passionnée par les sushis, j’ai appris à maîtriser cet art en regardant mes séries télé préférées. Entre deux makis, je m’intéresse aussi à l’univers d’Harry Potter, de Disney, au cinéma et à la photographie. Sinon, est-ce que je vous ai dit que j’aimais les sushis ?
3 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *