Incubation #1 - Une dystopie menée d'une main de maître

31/01/2018

Titre : Incubation

Auteur : Laura DiSilverio

Editions : DreamLand

Prix : 16,90€

Parution : novembre 2017

Nombre de pages : 352 pages

Genre : dystopie, YA

Résumé : Dans un monde ravagé par des vagues d’épidémies, la maîtrise de la population est devenue vitale. Dès leur naissance, les enfants sont donc enlevés à leurs parents et élevés ensemble dans des infrastructures spécifiques, où ils sont formés pour remplir le rôle qui leur correspond le mieux dans la société. Le jour de ses 16 ans, Everly va enfin pouvoir réaliser son rêve et rencontrer ses parents biologiques.

.

Depuis quelques temps, j’ai fait une pause dans la lecture de dystopies young adult parce qu’à force d’en lire régulièrement, il y avait des schémas que je n’en pouvais plus de voir et de revoir et de revoir encore. Bien sûr, il y a le triangle amoureux qui m’a beaucoup fait grincer – mais comme je crois que c’est un sentiment assez partagé par beaucoup de lecteurs, je trouve que les auteurs font de leur mieux pour sortir de ces clichés ! – mais le pire reste certainement pour moi le problème de la description physique du héros (ou de l’héroïne). J’ai remarqué que beaucoup de dystopies YA étaient narrées à la première personne, mais ça pose un problème considérable pour aider le lecteur à se représenter le personnage principal – puisque le lecteur est dans sa tête. Personnellement, c’est l’un des moyens de contourner ce problème qui m’exaspère au plus haut point : la scène du miroir. Mais si, vous savez, cette scène où l’héroïne (le plus souvent) se regarde dans le miroir et se décrit physiquement – en général en se comparant à d’autres membres de sa famille, de préférence parfaits en tous points et / ou disparus. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais ce type de procédé me fait vraiment grincer des dents, au point que j’avais arrêté de lire de la dystopie YA.

Avec Incubation, c’était quitte ou double : je ne voulais ni triangle amoureux, ni scène du miroir.

Et alors, verdict ?

Vous l’aurez deviné à la note que j’ai donnée à ce livre, mais c’est une victoire pour moi !

L’auteur a savamment évité ladite scène du miroir et j’ai pu souffler et profiter tranquillement du roman sans avoir à serrer les dents tout au long du récit.

Mieux encore, j’ai découvert un univers que j’ai trouvé vraiment cohérent et bien construit. Dans Incubation, le monde dans lequel évoluent les personnages n’est autre que le nôtre qui aurait à peine mal tourné. Ici, pas de groupes extrémistes qui font régner la terreur comme par exemple dans le road trip post-apocalyptique Sirius. Dans l’univers que nous présente Laura DiSilverio, certains insectes nuisibles et notamment les sauterelles ont appris peu à peu à résister aux pesticides appliqués à foison sur les récoltes. Les conséquences de cette résistance accrue ? Une population d’insectes de plus en plus nombreuse, des récoltes ruinées et pas assez de nourriture pour tout le monde. Les dirigeants ont donc eu l’idée de transférer les récoltes sous dômes pour les protéger des nuisibles et de contrôler les naissances humaines pour s’assurer que la population mondiale ne meure pas de faim. C’est simple, complètement crédible et diablement efficace et à mon sens, ça participe grandement à faire basculer complètement le lecteur dans le roman. Par rapport à l’univers qui nous est présenté, toutes les décisions prises par l’État font sens – ou semblent faire sens ! – et j’ai beaucoup apprécié cet aspect du roman.

Au niveau des personnages, Everly est une jeune fille attachante qui n’a jamais réellement remis en cause l’organisation de la société dans laquelle elle évolue. C’est la révélation du secret de ses deux meilleurs amis qui va la faire basculer et remettre en question la vie qu’elle a menée jusque-là.

J’ai eu un peu plus de mal avec son ami Wyck qui m’a moins convaincue… Cela dit, je pense que les prochains tomes nous en apprendront plus sur lui et je dois bien avouer que j’ai hâte de voir si mes théories se vérifient !

Car oui, bonne nouvelle, Incubation est le premier tome d’une trilogie déjà terminée. Il n’y a plus qu’à attendre que les éditions DreamLand sortent la suite et si je ne me trompe pas trop, il me semble que le tome deux est prévu pour le printemps 2018. En somme, vous n’avez plus d’excuse pour ne pas vous lancer !

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *