Je te dois tout le bonheur de ma vie - Un roman émouvant sur la vie de Leonard et Virginia Woolf

10/01/2018

Titre : Je te dois tout le bonheur de ma vie

Auteur : Carole D'Yvoire

Editions : Le livre de poche

Prix : 8,90€

Parution : 2 novembre 2017

Nombre de pages : 224 pages

Genre : Biographie

Résumé : « Bloomsbury m’enchante, il est la vie même. »

Dans un récit inédit, vivant et abondamment illustré, Carole d’Yvoire raconte les premières années et la rencontre de deux êtres fascinants : Virginia Stephen et Leonard Woolf, dont l’union sera symbolisée en 1917 par la naissance de la maison d’édition Hogarth Press.
Sont ainsi célébrés dans ce texte émouvant une période activité artistique foisonnante et ceux qui, face au tragique, choisissent l’affirmation de la vie, d’une « vie intense et triomphante ».

Inclus : des extraits de lettres, une nouvelle de Virginia Woolf et une nouvelle inédite de Leonard Woolf.

.

Après avoir étudié les œuvres de Virginia Woolf au lycée et à la fac, j’ai trouvé en ce livre une opportunité de me plonger dans la vie d’une auteure qui me fascine. Virginia était une femme très tourmentée, qui a eu une vie incroyablement triste et dramatique, et qui a su trouver dans l’écriture un petit coin de paradis. C’est la raison pour laquelle je voulais lire ce roman. 

Ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est que l’auteure prenne le temps de faire la biographie de Leonard et Virginia séparément, de leur naissance à leur rencontre. Elle les traite comme des personnes individuelles, et non pas comme un couple, ce que j’ai aimé. Je voulais vraiment comprendre qui étaient ces deux personnes séparément pour voir l’influence qu’ils ont eu l’un sur l’autre lors de leur rencontre. 

Leonard Woolf semble avoir eu une vie agréable, bien que marquée par certains drames, et semblait être sain d’esprit. Je ne savais rien de lui mais grâce à ce livre, j’en ai appris beaucoup, et je comprends mieux pourquoi Virginia l’a choisi. Virginia, de son côté, a eu une vie aussi dure que ce que j’imaginais. Elle n’était plus du tout saine d’esprit, surtout en comparaison de sa sœur, Vanessa. J’ai d’ailleurs été contente d’en apprendre plus sur toute sa famille, pas seulement Virginia. L’auteure a vraiment poussé ses recherches et nous permet de faire la connaissance des proches de Virginia et Leonard, ce qui explique beaucoup de choses pour Virginia notamment. Elle a été marquée et influencée par de nombreuses personnes autour d’elle. 

Leur histoire d’amour est très étrange mais je suis contente d’avoir pu la découvrir dans ce livre. L’auteure garde un point de vue objectif et ne fait que relater les faits, sans prendre parti. J’ai été bercée par sa plume, à travers la vie tumultueuse de Virginia et l’amour infini de Leonard. C’est un livre très émouvant, sans fioritures, aussi cru que la vie de ces deux êtres. 

Dernier point positif : le livre contient de nombreuses photos, ce qui rend la lecture très agréable. J’ai été très heureuse de pouvoir voir à quoi ressemblaient toutes les personnes dont parle l’auteur, même celles de la famille éloignée de Leonard et Virginia. C’est toujours sympathique d’avoir un support visuel sur lequel s’appuyer.

Comme vous l’aurez compris, ce livre a été une très bonne découverte et un très bonne lecture. Bien qu’il soit un peu court, il est très complet et permet de plonger dans la vie d’un couple tumultueux mais passionné. Je n’ai qu’une envie à présent : lire d’autres romans sur Virginia Woolf. 

.

Alicia, alias Cupcake, jeune étudiante en anglais, passionnée de lecture depuis la plus tendre enfance mais aussi de films et de séries. Je passe le plus clair de mon temps le nez plongé dans les bouquins, que ce soit pour la fac (les classiques américains et brittaniques n’ont plus aucun secret pour moi!) ou pour le plaisir (faut bien de temps en temps!). Mes genres préférés sont le policier, l’épouvante, le fantastique et le young adult même si je ne suis ouverte à tout !
Parmi les romans préférés on a Les âmes vagabondes (Stephenie Meyer), Fangirl (Rainbow Rowell), Avant toi (Jojo Moyes) et bien sûr la saga Harry Potter ! Que de styles différents, donc.
Et puis, comme je l’ai dit, j’adore les films et si je pouvais vivre dans un cinéma je le ferais !
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *