Le Bois des Ombres : Aussi passionnant que dérangeant.

14/01/2018

Titre : Le Bois des Ombres

Auteur : Barbara Dribbusch

Editions : Les Escales

Prix : 21,90 €

Parution : 5 octobre 2017

Nombre de pages : 352 pages

Genre : Mystère/Historique

Résumé : À la mort de sa grand-mère, Anne Südhausen hérite d'un mystérieux médaillon en argent et découvre, cachés sous le lit, une dizaine de cahiers d'écolier à la couverture noire. Un journal intime que sa grand-mère Charlotte a rédigé en 1943, lors de son séjour au Bois des Ombres.
En lisant ces carnets, Anne découvre un pan de la vie de sa grand-mère dont elle ignorait tout. Quel était ce Bois des Ombres, cette mystérieuse clinique autrichienne, dans laquelle sa grand-mère a vécu pendant la Seconde Guerre mondiale ? Quelles expériences psychiatriques, menées par les nazis, abritait-elle ? Qui était vraiment son énigmatique directeur ?
Alors qu'elle n'a qu'une hâte, avancer chaque jour un peu plus dans la lecture de ce journal, Anne se rend compte que deux des carnets ont disparu...
Un roman bouleversant où présent et passé s'enlacent, et où la petite histoire rejoint la grande.

.

Première fois que je me laisse tenter par un roman des Escales et autant vous dire que j’ai commencé très fort. Si vous cherchez une histoire émouvante, intrigante du début à la fin, mélangeant de façon parfaitement équilibrée le récit au passé et celui au présent, Le Bois des Ombres est fait pour vous ! Quant à moi, je remercie la maison d’édition pour son envoi. 

Je me suis dès le départ attaché aux personnages, que ce soit ceux qu’on rencontre en 2014, notamment Anne, ou en 1943, tout particulièrement Charlotte.
Chez la première, j’ai apprécié la simplicité et, finalement, l’humanité. Elle ne fait pas partie de ces héroïnes dont on retient le courage ou au contraire, la lâcheté. Pour tout vous dire, Anne est assez quelconque et c’est ce qui la rend justement si normale. Je trouve que dans la littérature contemporaine, les écrivains s’efforcent de plus en plus de mettre en avant des traits de caractère tout à fait louables mais qui en deviennent, à force, peu réalistes. Ici on a l’impression de côtoyer une personne comme vous et moi, qui traverse simplement une période délicate.
Charlotte, elle, représente la figure forte qui subit beaucoup mais n’arrête jamais de se battre. Son évolution est particulièrement remarquable car si la jeune fille qu’on rencontre au début du roman se replie énormément sur elle-même, la femme qui arrive détruite au Bois des Ombres finit par se relever…

Même si l’utilisation d’un journal intime pour situer l’action dans le passé est peu originale, elle n’en demeure pas moins très efficace. D’un chapitre à l’autre on vacille donc entre 2014 et 1943 avec un rythme soutenu, les deux parties étant aussi intéressantes l’une que l’autre. L’action du présent permet notamment de faire des pauses et de s’intéresser plus encore à celle du passé. Au fur et à mesure qu’Anne découvre l’histoire de Charlotte, le lecteur assiste à ses réactions et c’est justement ce qui crée cette empathie pour la petite fille qui ignorait tout de la jeunesse de sa grand-mère. 

Mais alors ce que j’ai adoré par-dessus tout, c’est la manière dont l’auteur est parvenue à démontrer l’influence d’Hitler dans un cadre que je n’avais encore jamais envisagé. On nous parle souvent de la propagande nazie sans jamais nous dévoiler le rôle des psychologues dans sa conception. En y réfléchissant pourtant, il semble logique que des spécialistes ont été réquisitionnés pour contrôler le peuple. Cela a donc été particulièrement intéressant (bien que très dérangeant) de découvrir toutes les techniques qui ont été mises en place afin de convertir un maximum de personnes au parti mené par le führer
Pour autant, et ce malgré l’horreur décrite, l’auteur n’essaye jamais d’apitoyer son lecteur ou de provoquer sa tristesse. J’ai l’impression qu’elle a uniquement souhaité raconter son histoire sans jugement ni compassion, de façon quasi journalistique

Pour terminer, j’aimerais tout de même faire une précision, il ne faut pas entamer Le Bois des Ombres en pensant qu’il s’agit d’un thriller car c’est plutôt un roman historique qui se base sur des faits réels et dont une partie de l’intrigue se situe dans le présent.
Un récit original avec évasion garantie en somme !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *