L'hôtel hanté - Un classique du XIXème siècle

22/01/2018

Titre : L'hôtel hanté

Auteur : Wilkie Collins

Editions : L'Archipoche

Prix : 6,80€

Parution : novembre 2017

Nombre de pages : 239 pages

Genre : Policier

Résumé : Pour les médecins accourus à son chevet, pour les experts des assurances-vie venus enquêter sur place, la mort soudaine de lord Montbarry dans un palais vénitien, peu de temps après son mariage, n’a rien de suspect. « Sa Seigneurie » a succombé à une pneumonie aiguë. Sa femme et son beau-frère n’ont rien pu faire.
Les circonstances de cette mort, pourtant, soulèvent bien des questions. Pourquoi lord Montbarry avait-il délaissé la jeune Agnès et épousé l’intrigante comtesse Narona, malgré sa réputation d’aventurière ? À quoi joue exactement le baron Rivar, frère présumé de cette dernière, qui engloutit des sommes énormes dans ses expériences de chimie ? Ne serait-il pas plutôt… l’amant de la comtesse ? Enfin et surtout, qu’est devenu Ferrari, l’homme à tout faire du lord, dont on est sans nouvelle depuis le drame ?
Transformé en hôtel, le palais livrera-t-il un jour ses secrets ? Wilkie Collins met à l’épreuve les nerfs du lecteur, dont il anéantit sans cesse les déductions. Quitte à semer, au fil de l’intrigue, quelques indices surprenants…

.

Si vous n’êtes pas fans des romans du XIXème siècle (Charles Dickens, Jane Austen, etc) et de leur tendance à comporter de très longues descriptions, passez votre chemin. Mais moi, c’est exactement ce que j’adore. Je les étudie au quotidien depuis trois ans et j’aime beaucoup ces plumes « vintage » que l’on ne retrouve plus aujourd’hui. 

J’avais beaucoup entendu parler de Wilkie Collins mais je n’avais jamais sauté le pas et lu ses romans. Je savais juste qu’il écrivait plutôt dans le genre « horreur », ou du moins des romans à suspens avec un peu de paranormal. Et je n’ai pas été déçue. Dès les premières pages, on comprend que le paranormal fera partie intégrante de l’intrigue et que l’auteur va s’amuser à nous torturer jusqu’au bout. 

L’histoire est assez simple, un homme important meurt soudainement alors qu’il est avec sa femme en Italie, mais les circonstances de sa mort sont très floues. D’autant plus que l’un de ses employés a lui aussi disparu mystérieusement. En Angleterre, les gens commencent à se poser des questions et c’est là que les choses deviennent étranges… 

La scène d’ouverture est celle que je préfère. La comtesse Narona consulte un médecin afin qu’il l’aide à mieux comprendre cet étrange pressentiment qu’elle a. Elle sait qu’elle n’est pas folle mais elle sait aussi qu’elle a besoin de l’aide d’un médecin. On comprend alors instantanément que la comtesse Narona va avoir un rôle crucial et que cette histoire cache beaucoup de secrets. Mais l’auteur s’amuse avec nos nerfs et préfère nous conter l’histoire des personnages, leur passé, leurs liens, etc. Il étire le suspens à son maximum et ne nous glisse que quelques indices ici et là. 

Personnellement, j’ai beaucoup aimé le fait que le lecteur doive essayer de résoudre l’énigme. On est plongé dans l’intrigue, il y a du suspens et la plume de l’auteur est très agréable. J’ai passé un bon moment de lecture, même si ce n’était pas extraordinaire. C’est un bon classique à lire, surtout si vous aimez les romans comme Sherlock Holmes ou ceux d’Agatha Christie. 

.

Alicia, alias Cupcake, jeune étudiante en anglais, passionnée de lecture depuis la plus tendre enfance mais aussi de films et de séries. Je passe le plus clair de mon temps le nez plongé dans les bouquins, que ce soit pour la fac (les classiques américains et brittaniques n’ont plus aucun secret pour moi!) ou pour le plaisir (faut bien de temps en temps!). Mes genres préférés sont le policier, l’épouvante, le fantastique et le young adult même si je ne suis ouverte à tout !
Parmi les romans préférés on a Les âmes vagabondes (Stephenie Meyer), Fangirl (Rainbow Rowell), Avant toi (Jojo Moyes) et bien sûr la saga Harry Potter ! Que de styles différents, donc.
Et puis, comme je l’ai dit, j’adore les films et si je pouvais vivre dans un cinéma je le ferais !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *