Sans raison apparente

06/01/2018

Titre : Sans raison apparente

Auteur : Charlotte Bousquet

Editions : Pygmalion

Prix : 18,90€

Parution : 1 novembre 2017

Nombre de pages : 224 pages

Genre : Littérature contemporaine

Résumé : Après un parcours classique, Rachel est devenue une épouse modèle. Terne, fatiguée, elle sur(vit) et s'efforce péniblement de suivre les traces de sa mère, bourgeoise fortunée de la banlieue de Washington D.C. Jusqu'au jour où cette dernière se suicide. Sans raison apparente. Sa mort, l'enterrement, le défilé des oiseaux noirs, la jeune femme les subit dans un état second, comme au spectacle. Elle passe une journée à errer dans la maison parentale, se rend compte que sa mère n'a laissé aucune trace. Comme si cette dernière n'avait jamais existé. Sur le chemin du retour, Rachel voit des chevaux dans un champ. L'un d'eux, un grand palomino, se cabre au moment où la voiture les dépasse. Cela lui rappelle un rêve inachevé. Un rêve de voyage et de liberté.

.

Merci tout d’abord aux éditions Pygmalion pour la découverte de ce roman qui fut une belle surprise.

 

Sans raison apparente se présente comme un road-trip, ou plutôt un « horse-trip ». On suit le personnage de Rachel, une jeune femme errante à la recherche d’un sens à donner à sa vie suite à la mort brutale et inexpliquée de sa mère. Une rencontre ouvre le livre : celle de Rachel et de Djinn, jeune cheval fougueux, en apparence indomptable. Elle se lance alors dans un périple improvisé pour réaliser une quête impossible, non définie.

Rachel est un personnage instable. Moralement brisée, elle cherche à se reconstruire, à donner du sens à travers un environnement qu’elle ne maîtrise pas. Les paysages et les rencontres s’enchaînent et pourtant, une seule chose la fait avancer : son cheval. Savant mélange entre force et faiblesse, le caractère de Rachel se trouve bouleversé, mais surtout humanisé par cette relation particulière avec l’animal. Ils s’apprivoisent, se disputent, s’aiment…

Un tumulte de sentiments se déchaîne à travers les ligne. On ressent l’expérience de cavalière de l’auteure dans son écriture, dans la maîtrise et le choix des mots, à laquelle le lecteur ne peut rester insensible. Ces deux personnages brisés finiront par se reconstruire, petit à petit, et ensemble. La délicatesse et la force de leurs gestes, de leur comportement… C’est beau à lire et ça nous transporte.

Sans raison apparente est un livre court, un « horse-trip » qui nous fait voyager dans des paysages, des lieux qu’on imagine étendus, rêveurs, mais qui nous transporte dans les pensées de Rachel. Les chapitres alternent entre présent et passé : véritables lettres ou journal intime, elle dévoile dans de courts chapitres des paroles qu’elle adresse à sa mère, cette femme qu’on découvre complexe, cruelle, rarement satisfaite.

Comme si Rachel exprimait le besoin de s’adresser à sa mère morte avant de la laisser complètement partir et, ainsi, pouvoir s’épanouir. Le personnage ouvre son cœur, nous laisse apercevoir ses failles à travers cette relation mère-fille toxique, ce qui participe à tout l’attachement que le lecteur peut lui porter.

On ressent une grande maturité dans l’écriture de Charlotte Bousquet, aussi bien dans la construction et l’analyse fine des personnages, des relations humaines, que dans l’élaboration du récit. Le style est très marqué et, de fait, original : phrases courtes et longues s’alternent, comme si certains sentiments, certaines situations pouvaient se résumer à un ou deux mots. Cette écriture est alors porteuse d’un certain rythme, de phrases choc qui permettent de dynamiser une histoire qui pourtant s’inscrit dans une temporalité très étendue, créant ainsi un certain contraste et de l’intérêt à la lecture.

 

Sans raison apparente est un roman beau, touchant, rempli de sentiments, qui parlera à tous les amoureux du cheval, mais pas que. Au-delà de cette relation émouvante entre une cavalière et son compagnon de route, Charlotte Bousquet nous offre une magnifique leçon d’humanité.

.

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture (et la pierre philosophale pour les plus chanceux) !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *