L'effet Pygmalion - Une histoire de robots surprenante

10/02/2018

Titre : L'Effet Pygmalion

Auteur : Christophe Lambert

Editions : Bayard

Prix : 12,90€

Parution : 24 janvier 2018

Nombre de pages : 256 pages

Genre : Science-fiction / Jeunesse

Résumé : Ned, 16 ans, petit génie solitaire, porte un exosquelette depuis l'enfance.
Son domaine : l'intelligence artificielle.

Lawrie, 50 ans, inventeur à la pointe de l'innovation technique, vit reclus dans sa tanière avec ses créatures.
Sa spécialité : les robots.

Après avoir lancé un défi à la communauté scientifique, Ned tente de convaincre Lawrie de s'associer à lui.
Leur mission : créer un humanoïde si parfait que personne ne pourra le distinguer d'un être humain.
Mais parfois, il suffit que l'amour s'en mêle pour que tout dérape...

.

D’habitude, je ne suis pas du genre à lire des romans concernant les robots, ça n’est pas trop mon truc, mais la quatrième de couverture me semblait sympathique et m’intriguait beaucoup. De plus, le roman était court donc je n’avais rien à perdre.

Dès les premières pages, j’ai su que j’allais beaucoup aimer. Le personnage principal, Ned, est atteint d’une maladie rare qui le force à devoir porter un exosquelette dès qu’il sort de chez lui puisque ses os sont trop fragiles. Il ressemble donc lui-même à un robot et se sent exclu du monde entier. Il a donc pris pour passion l’intelligence artificielle, un domaine dans lequel il excelle et qui le rend connu à l’échelle locale. Ses parents s’inquiètent pour lui puisqu’il n’a pas d’amis et s’enferme dans son monde, mais Ned est un génie et se sent incompris.

C’est alors que, sur un coup de tête, il fait le pari, durant une conférence retransmise en direct à la télé, qu’à la prochaine cérémonie, il y aura dans la foule un robot tellement parfait que personne ne pourra faire la différence avec un humain. Pari osé, même pour un génie comme Ned, mais c’est ce qui pimente l’histoire et permet de garder le lecteur captivé.

Il s’associe donc à Lawrie, un scientifique spécialisé en robotique qui a fait scandale pour avoir créé des robots de plaisir, mais qui reste très doué. Ce personnage est celui qui m’a le plus touchée, puisqu’il lutte contre son addiction à l’alcool qui a fait suite à un événement assez traumatique. Il est bourru, râleur, pas franchement chaleureux mais touchant, et j’ai adoré le découvrir.

Ce que j’ai aussi beaucoup aimé, c’est le dynamisme de ce livre. Il est court mais complet. Chaque chapitre apporte son lot de rebondissements, sans s’étaler sur des scènes inutiles. Ça se lit vite, c’est bien écrit et l’histoire est franchement prenante. Ça a vraiment été une très bonne surprise, bien que la fin soit très prévisible.

Pour conclure, je vous dirai que c’est un livre rapide à lire, très sympathique, avec de l’amitié, de l’amour, de la tolérance. Les personnages évoluent, sont uniques, sont intéressants. L’histoire est dynamique, bien qu’il n’y ait pas énormément de rebondissements. Seule la fin m’a un peu déçue, mais elle semblait logique et ne gâche pas non plus le roman. 

.

Alicia, alias Cupcake, jeune étudiante en anglais, passionnée de lecture depuis la plus tendre enfance mais aussi de films et de séries. Je passe le plus clair de mon temps le nez plongé dans les bouquins, que ce soit pour la fac (les classiques américains et brittaniques n’ont plus aucun secret pour moi!) ou pour le plaisir (faut bien de temps en temps!). Mes genres préférés sont le policier, l’épouvante, le fantastique et le young adult même si je ne suis ouverte à tout !
Parmi les romans préférés on a Les âmes vagabondes (Stephenie Meyer), Fangirl (Rainbow Rowell), Avant toi (Jojo Moyes) et bien sûr la saga Harry Potter ! Que de styles différents, donc.
Et puis, comme je l’ai dit, j’adore les films et si je pouvais vivre dans un cinéma je le ferais !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *