Emma dans la nuit - Montagne russe émotionnelle

29/03/2018

Titre : Emma dans la nuit

Auteur : Wendy Walker

Editions : Sonatine

Prix : 21,00 €

Parution : 15 février 2018

Nombre de pages : 304 pages

Genre : Thriller

Résumé : Les sœurs Tanner, Emma, 17 ans, et Cass, 15 ans, sont devenues tragiquement célèbres depuis leur inexplicable disparition de la communauté calme et aisée où elles ont grandi. Trois ans après les faits, Cass frappe à la porte de chez ses parents. Interrogée par le FBI, elle raconte l’enlèvement dont sa sœur et elle ont été victimes et décrit une mystérieuse île où elles auraient été retenues captives. Emma y serait toujours. Mais la psychiatre qui suit cette affaire, le Dr Abigail Winter, doute de sa version des faits. En étudiant sa personnalité, elle découvre, sous le vernis des apparences, une famille dysfonctionnelle. Que s’est-il réellement passé trois ans auparavant ? Cass dit-elle toute la vérité ?

.

Ce thriller m’a bien surprise. D’après la quatrième de couverture, je m’attendais à lire un cas de disparition assez classique, ce qui était exactement ce que je recherchais. Eh bien finalement, l’auteure m’a bien eue et a transformé cette simple histoire de disparition en un thriller bien plus haletant dont la fin vous laissera bouche bé.

Ce que j’ai beaucoup aimé, ce sont les flash-back. L’auteure alterne les chapitres “classiques” où l’on suit l’enquête, et des chapitres de flash-back pour éclairer certains passages de l’enquête. Elle les introduit toujours au bon moment et ils sont tous très utiles pour que l’on comprenne mieux la situation.

Les chapitres ne sont pas toujours du point de vue de Cass puisqu’on a aussi pas mal de chapitres du point de vue du Dr. Abigail Winter. C’est vraiment super intéressant puisque Abigail a souffert du comportement narcissique de sa mère depuis son enfance et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle est devenue psychologue. Elle a écrit toute une thèse sur le narcissisme, son hérédité, comment le reconnaître, etc. pour pouvoir aider d’autres enfants qui ont souffert comme elle. Au fil des explications d’Abigail, on comprend qu’elle essaye de déterminer si la mère de Cass souffre de narcissisme ou non, d’où le fait que le point de vue d’Abigail est si intéressant.

Cass est une grande manipulatrice. Non seulement avec les enquêteurs et sa famille, mais aussi avec le lecteur. Bien que l’on soit dans sa tête, elle nous cache énormément de choses qu’elle ne révèle qu’au fur et à mesure via les flash-back. Elle nous donne tout de même quelques indices qu’elle ne donne à personne d’autre mais on est autant dans le noir qu’Abigail. C’est un vrai tour de force de l’auteure puisque l’on est tout de même à la première personne du singulier, ce qui rend la manipulation d’autant plus difficile.

Pour conclure, c’est l’aspect psychologique le plus intéressant dans ce thriller puisque l’enquête en elle-même est un peu tirée par les cheveux et que ce n’est pas le meilleur thriller du monde. Les personnages étaient très intéressants à analyser et j’ai beaucoup aimé les différents points de vue, mais il est vrai que l’enquête n’est pas des plus palpitantes et finit par devenir prévisible. 

.

Alicia, alias Cupcake, jeune étudiante en anglais, passionnée de lecture depuis la plus tendre enfance mais aussi de films et de séries. Je passe le plus clair de mon temps le nez plongé dans les bouquins, que ce soit pour la fac (les classiques américains et brittaniques n’ont plus aucun secret pour moi!) ou pour le plaisir (faut bien de temps en temps!). Mes genres préférés sont le policier, l’épouvante, le fantastique et le young adult même si je ne suis ouverte à tout !
Parmi les romans préférés on a Les âmes vagabondes (Stephenie Meyer), Fangirl (Rainbow Rowell), Avant toi (Jojo Moyes) et bien sûr la saga Harry Potter ! Que de styles différents, donc.
Et puis, comme je l’ai dit, j’adore les films et si je pouvais vivre dans un cinéma je le ferais !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *