La Disparue de la cabine n°10 - Tant de bruit pour si peu...

17/03/2018

3

Titre : La Disparue de la cabine n°10

Auteur : Ruth Ware

Editions : Fleuve Noir

Prix : 20,00 €

Parution : 11 janvier 2018

Nombre de pages : 432 pages

Genre : Thriller

Résumé : Une semaine à bord d'un yacht luxueux, à sillonner les eaux du Grand Nord avec seulement une poignée de passagers. Pour Laura Blacklock, journaliste pour un magazine de voyage, difficile de rêver d'une meilleure occasion de s'éloigner au plus vite de la capitale anglaise. D'ailleurs, le départ tient toutes ses promesses : le ciel est clair, la mer est calme et les invités très sélects de l' Aurora rivalisent de jovialité. Le champagne coule à flot, les conversations ne manquent pas de piquant et la cabine est un véritable paradis sur l'eau. Mais dès le premier soir, le vent tourne. Laura, réveillée en pleine nuit, voit la passagère de la cabine adjacente être passée par-dessus bord. Le problème ? Aucun voyageur, aucun membre de l'équipage ne manque à l'appel. L' Aurora poursuit sa route comme si de rien n'était. Le drame ? Laura sait qu'elle ne s'est pas trompée. Ce qui fait d'elle l'unique témoin d'un meurtre, dont l'auteur se trouve toujours à bord...

.

On peut dire que ce roman a fait un véritable buzz lors de sa sortie en VO. Traduit dans plus de quarante langues et en cours d'adaptation cinématographique, La Disparue de la cabine n°10 est présenté comme la nouvelle Fille du train. Emballé par tous les éloges qu'il a reçus, j'ai donc également décidé de me laisser tenter par ce livre qui fait tourner toutes les têtes. Et pour cela, je remercie évidemment les éditions Fleuve Noir. Malheureusement, j'ai été très déçu par ma lecture. Laissez-moi vous expliquer pourquoi !

Tout avait pourtant bien commencé. La scène d'introduction, particulièrement prenante, m'a captivé dès la première phrase. J'ai à la fois été intrigué et agréablement surpris. Intrigué car le prologue laissait présager une suite haletante, et surpris par le personnage principal, Laura, au caractère bien trempé. Mais rapidement, l'histoire a pris un tournant que je n'ai pas apprécié, voire pas compris. Alors que Laura semblait être un protagoniste prometteur, elle a fini par perdre tout intérêt en prenant des décisions plus stupides les unes que les autres et en devenant ô combien agaçante. 

En ce qui concerne les autres personnages, il y en avait tout simplement (beaucoup) trop. Les trois quarts n'ont rien apporté à l'histoire (pour ne pas dire n'ont servi à rien), quant aux autres je les ai trouvés particulièrement stéréotypés. Pour vous dire, à l'heure où je rédige cette chronique (une semaine après avoir terminé le roman), je ne me rappelle plus d'aucun nom... chose qui, pourtant, ne m'arrive jamais. 

Et alors l'énorme défaut de ce livre, c'est son intrigue. Quel manque d'originalité ! On dirait un hommage à Agatha Christie totalement raté. Puis, c'est le genre de romans qu'on écrivait dans les années 1950 ! Je considère qu'avec tous les excellents thrillers actuellement sur le marché, on ne peut plus se permettre de baser une histoire sur un suspense dont l'issue est prévisible dès le départ et face à laquelle on se dit : tout ça pour ça ? Et je ne vous parle pas du "twist" final qui m'a clairement fait penser à un épisode d'Arabesque. Alors je n'ai rien contre cette série, mais j'ai vraiment eu l'impression de m'être fait avoir...

En conclusion, vous l'aurez compris, je n'ai pas apprécié ma lecture et j'avoue ne toujours pas comprendre toute l'effervescence autour de La Disparue de la cabine n°10... Je suis d'ailleurs particulièrement curieux d'avoir votre avis si vous l'avez lu, n'hésitez donc pas à m'en faire part dans les commentaires ! Si toutefois vous avez adoré ce roman, sachez que son auteur, Ruth Ware, sera présente aux Quais du Polar à Lyon les 6, 7 et 8 avril prochain ! Une occasion de faire dédicacer votre exemplaire et d'en discuter avec elle.

.

1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *