La Horde - Un roman diablement fascinant

06/03/2018

Titre : La Horde

Auteur : Sibylle Grimbert

Editions : Anne Carrière

Prix : 18,00 €

Parution : 5 janvier 2018

Nombre de pages : 216 pages

Genre : Littérature fantastique

Résumé : Ganaël rêvait depuis des siècles de posséder un être humain quand il a rencontré Laure, 10 ans, une petite fille vive, drôle, si douce. Maintenant il est en elle, et il raconte son irrésistible prise de pouvoir sur Laure. Bientôt, il pourra lui apprendre la cruauté, la voracité, l’absence totale de pitié qu’il est venu répandre dans le monde. Mais les humains sont un peuple étonnant : rien ne se passera comme prévu – ce sera pire.

.

Merci aux éditions Anne Carrière pour la découverte de ce récit, composé de façon originale et terriblement convaincante !

 

Le roman s’ouvre sur la scène la plus touchante qui soit : le sommeil d’une enfant. Équilibre parfait entre sagesse et innocence, il sera pourtant rompu par l’arrivée d’un souffle malfaisant, renversant tout sur son passage, à commencer par un simple jouet. Souffle malfaisant, esprit noir, maladie dégénérative ? Les hypothèses se bousculent dans la tête du lecteur qui comprend que quelqu’un ou plutôt quelque chose de sombre s’introduit physiquement dans le corps de la petite Laure, sans percevoir réellement de quoi il s’agit.

Baptisé par un nom humain et des comportements de la même nature, Ganaël est un démon qui a pris possession d’une petite fille de dix ans. Tel un faux ange gardien, il a vu naître cette enfant, l’a vue grandir jusqu’à ce qu’elle soit en âge d’avoir une conscience pour ainsi agir et être guidée par lui qui, grandissant en même temps qu’elle, impose à Laure un pouvoir de décision de plus en plus grand et mauvais.

Petit à petit, la jeune et douce Laure cède la place à une petite fille sûre d’elle, non compatissante et cruelle. Tant et si bien que son entourage a du mal à la reconnaître et ne comprend pas comment certains événements tragiques ont pu se produire, Ganaël veillant toujours à ce que les actes de sa protégée ne soient jamais découverts. Son objectif est simple et grand : insérer le mal dans ce petit être, puis dans un autre après elle, et ainsi de suite, jusqu’à ce qu’il atteigne l’ensemble de l’humanité. Car le démon naît un jour mais jamais ne meure : il se réincarne.

Mais ce plan machiavélique était sans compter sur la réaction excessive de Laure à l’imprégnation physique, fusionnelle, de Ganaël. Comme un enfant apprend à marcher, Laure apprend à voir le monde et son rapport aux autres de façon égoïste et protectrice pour subvenir à sa propre survie. Ses parents deviennent ses subordonnés, ses amis des obstacles à sa propre évolution qu’il faut supprimer. Alors que Ganaël était fier de l’œuvre qu’il accomplissait avec Laure, l’évolution de cette dernière dégénère à tel point que plus personne ne peut la contrôler. Pas même le propre démon qui l’a créée.

Fascinant jeu de miroir, La Horde propose un univers fantastique, dans lequel l’enfance et l’innocence sont progressivement séparées. A travers cette histoire de démon qui s’insinue dans une petite fille jusqu’à lui retourner complètement le cerveau, Sibylle Grimbert montre avec talent et horreur à la fois la malléabilité d’êtres humains en pleine construction. Le surnaturel se mélange au réel à tel point qu’on finit par ne plus bien distinguer l’équilibre de dominant/dominé entre un petit souffle nuisible et une enfant douce et serviable rapidement devenue froide et cruelle.

 

Un roman hypnotisant, original, à travers lequel le lecteur pourra vivre une expérience inédite : vivre « dans la tête » d’un démon. Grâce à la plume tranchante et sans détours de Sibylle Grimbert, les notions de bien, de mal, d’être humain, de souffle démoniaque finissent par se confondre pour donner un récit terriblement fascinant.

.

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture (et la pierre philosophale pour les plus chanceux) !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *