Les Gardiens des Secrets - Un roman fantastique jeunesse réussi !

26/03/2018

Titre : Les Gardiens des Secrets

Auteur : Trenton Lee Stewart

Editions : Pocket Jeunesse

Prix : 16,90€

Parution : 19 avril 2018

Nombre de pages : 320 pages

Genre : Jeunesse, aventures, fantastique

Résumé : Au lieu d’aller à l’école, Ruben préfère mille fois explorer la Nouvelle-Ombrie. Parcourir les ruelles désertes, escalader les façades, se faufiler dans les moindres passages… Jusqu’au jour où il se retrouve coincé au sommet d’un immeuble abandonné et découvre une montre ancienne. Ruben n’est pas au bout de ses surprises : véritable trésor, cet objet suscite la convoitise de bien des gens. Ruben et sa complice d’aventure, Penny, vont devoir protéger leur trouvaille, coûte que coûte…

.

J’avais déjà entendu parler de Trenton Lee Stewart, l’auteur du Mystérieux Cercle Benedict, dont on m’avait dit le plus grand bien. On m’avait conseillé ses livres en me vantant des intrigues complexes et finement exécutées, une écriture soignée et une touche d’humour parfaitement équilibrée.

Forcément, quand les éditions Pocket Jeunesse m’ont proposé de recevoir les épreuves non-corrigées du nouveau roman de l’auteur, je me suis dit que ce serait l’occasion idéale de se faire une idée de sa plume. Du coup j’ai sauté sur l’occasion et accepté de recevoir leur dernier-né.

Et alors, Les Gardiens des Secrets, ça donne quoi ?

Effectivement, on m’avait dit juste : la plume de l’auteur est très agréable à lire, l’intrigue est originale et bien menée et surtout, surtout, l’univers est merveilleusement bien construit.

J’ai vraiment adoré le monde que l’auteur a mis en place dans ce roman. Le lecteur voit les choses par les yeux de Ruben, un petit garçon aventureux et parfois un peu naïf, mais les réactions du personnage nous transportent directement dans le monde dans lequel il évolue. En effet, Ruben et sa mère vivent en Nouvelle-Ombrie et – au fur et à mesure des pérégrinations de Ruben – le lecteur se rend compte que les libertés individuelles y sont quelque peu entravées. Sans plonger du côté de la dystopie, puisque le cœur du roman ne concerne en aucun cas les personnes au pouvoir en Nouvelle-Ombrie, l’auteur parvient à nous décrire un monde où la surveillance est généralisée. Cette surveillance ne se manifeste pas, comme on pourrait s’y attendre, par un sentiment très fort d’oppression du personnage principal, mais par un portrait de la vie quotidienne où chacun est mal à l’aise en permanence – parce que chacun sait qu’il peut être observé en permanence.

Pour moi, l’univers créé par Trenton Lee Stewart est vraiment le point fort de ce roman. Il est cohérent et bien construit, distille les informations de manière naturelle et donne au lecteur l’envie d’en savoir encore plus.

J’ai aussi pris un grand plaisir à suivre les aventures de Ruben, qui se débat entre la prudence que devrait lui inculquer la société dans laquelle il vit, sa curiosité naturelle d’enfant, son envie de protéger sa mère et sa faim d’aventures. Eh oui, tout ça !

Finalement, je n’ai qu’un seul regret par rapport à cet ouvrage, c’est qu’il s’agit d’un premier tome – ce que je ne savais pas au moment de me lancer dans ma lecture. Je m’explique : il ne s’agit pas d’un premier tome à la manière d’un tome de Harry Potter par exemple – où l’intrigue du tome est résolue à la fin du livre, même si une intrigue plus large va venir s’étaler sur les différents volumes de la saga. D’après ce que j’ai pu voir en ligne, l’oeuvre de Trenton Lee Stewart est un tome unique qui sera divisé en deux pour son édition française.

Bien sûr, cela ne modifie en rien la qualité de l’histoire. D’ailleurs, finalement quelle joie de savoir que l’aventure n’est pas tout à fait terminée et qu’on aura encore un tome à lire bientôt !

Mais de mon point de vue, le fait d’ignorer qu’il s’agissait d’un premier tome a quelque peu perturbé ma lecture. Il faut dire que l’écriture de Trenton Lee Stewart est assez posée et que l’auteur prend vraiment son temps. Amateurs de rebondissements à toutes les pages, vous risquez peut-être d’être déçus ! Cela dit, moi j’ai pris un grand plaisir dans cette plume calme et dans l’avancée tranquille de l’intrigue. Mais à partir des deux tiers du roman, j’ai commencé à être perplexe : où l’auteur allait-il nous emmener ? Comment allait-il avoir le temps de résoudre les problèmes auxquels Ruben était confronté en si peu de pages ? Par ailleurs, une vingtaine de pages avant la fin, voilà qu’apparaissent tout un tas de nouveaux personnages – dont Penny, la complice pourtant citée dans le synopsis.

Et puis la fin m’a complètement achevée : le personnage escalade quelque chose et tombe. Quoi ? Comment était-ce possible ? J’ai cherché et cherché la solution et finalement j’ai fini par comprendre : je n’avais pas lu tout le livre, seulement la première moitié par rapport à la version originale. Ouf !

Je vous le disais plus haut, j’ai eu la chance de recevoir des épreuves non-corrigées de l’ouvrage, j’imagine donc que sur la version définitive, les éditions Pocket Jeunesse feront figurer dans le roman le fait qu’il ne s’agisse que d’un premier tome, ce qui évitera à d’autres lecteurs de passer par les mêmes questionnements que moi.

En définitive, vous l’aurez compris, j’ai passé un excellent moment avec ce roman, même si mon plaisir a été un peu boudé par l’inquiétude par rapport à la fin du roman. J’ai cependant vraiment vraiment hâte de lire la fin de cette histoire, même si j’aurais préféré savoir directement qu’il s’agissait d’un premier tome !

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *