Oscars 2018 - Cérémonie et palmarès, on vous dit tout

08/03/2018

Dans la nuit du 4 au 5 mars avait lieu la grande messe du cinéma américain qui a récompensé les films de l’année 2017. Retour sur le palmarès et les temps forts de la soirée.

 

La baisse d’audience

Cette année, l’académie célébrait les 90 ans de la cérémonie des Oscars, l’un des événements nationaux et internationaux les plus suivis du monde. Si les acteurs de l’industrie du cinéma étaient au rendez-vous sur le tapis rouge et que les robes et les smokings étaient de sortie, on ne peut pas en dire autant du public. Avec seulement 26,5 millions de téléspectateurs américains devant leur écran, la cérémonie enregistre sa pire audience depuis 1974. En comparaison avec l’année dernière, qui avait cumulé environ 32,9 millions de téléspectateurs, cela représente une baisse de 19%. Ce score désastreux s’explique par plusieurs facteurs.

Comme en France avec les César, la cérémonie dure trop longtemps pour réussir à conserver jusqu’au bout du programme ses spectateurs (environ 4h, le tout entrecoupé de pages de pub à répétition). Il y a aussi le choix des films mis en avant par l’académie. Que ce soit parmi les gagnants ou les nommés de la soirée, très peu de films récompensés sont parvenus à dépasser les 60 millions de dollars de recettes sur le box-office américain. Et puis il y a l’apparition d’un nouveau mode de consommation dans l’audiovisuel : les streaming, replay et réseau sociaux sont des concurrents directs de la télévision. ABC, le diffuseur historique de l’événement, a vu son public déserter sa chaîne. En France, c’est la chaîne Canal+ qui possède les droits de diffusion et qui, contrairement auc César, le diffuse en crypté, ce qui pousse naturellement le public non-abonné à se tourner vers internet et ses bons tuyaux.

 

Le palmarès

Cette année aura été plutôt généreuse avec les différents challengers de la cérémonie puisque malgré les nominations multiples de certains films, il n’y a pas eu de razzia et tout le monde est reparti plus ou moins avec un prix. Malgré tout, il y a un grand gagnant. Avec ses 13 nominations, La forme de l’eau de Guillermo del Toro repart de la soirée avec 4 statuettes, dont celles tant convoitées du Meilleur film et du Meilleur réalisateur, une première pour le réalisateur mexicain. Cocorico, en plus de ses décors, le film remporte aussi l’Oscar de la Meilleure musique pour le compositeur français Alexandre Desplat, qui reçoit ce prix pour la seconde fois de sa carrière. Visiblement très heureux, Guillermo del Toro a tout de même vérifié lui-même que l’enveloppe contenait bien son nom. Un geste compréhensif en souvenir de la catastrophe de l’année dernière, où Faye Dunaway et Warren Beatty s’étaient trompés de lauréats. Comme pour conjurer le sort, c’est à nouveau eux qui ont remis le prix du Meilleur film.

Three Billboards – Les Panneaux de la vengeance se contente de l’Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle pour Sam Rockwell et de celui de la Meilleure actrice pour Frances McDormand, déjà honorée de ce prix en 1997 avec le film « Fargo ». L’actrice, qui semblait blasée à l’annonce de sa victoire, n’a pas hésité dans son discours à remercier et à encourager les hommes de la profession, avec une pointe d’ironie, à porter un regard plus sérieux sur les projets défendus par des femmes : « Ne venez pas nous en parler ce soir à l’after party mais plutôt dans les jours suivants dans notre bureau ou le vôtre ! » Elle a ensuite invité les femmes de l’assistance dont les actrices Meryl Streep, Margot Robbie et Saoirse Ronan, qui concouraient contre elle, ainsi que la réalisatrice Greta Gerwig et la directrice de la photo de Mudbound, Rachel Morrison, à se lever pour être ovationnées par le public. Un moment fort et symbolique.

Comme on pouvait s’y attendre pour son rôle de Winston Churchill dans « Les Heures Sombres », Gary Oldman a reçu ce soir-là et pour la première fois de sa longue carrière l’Oscar du Meilleur acteur. Il a chaleureusement remercié sa mère de 99 ans. Les prix plus techniques se sont répartis entre « Dunkerque» de Christopher Nolan et « Blade Runner 2049 », qui a permis à Roger Deakins d’enfin recevoir la statuette pour son travail photographique.

Déception française et réussite Disney

Sans surprise, le film d’animation Pixar « Coco » fait un carton plein en raflant l’Oscar de la Meilleure chanson avec son titre « Remember me » et du Meilleur film d’animation. Malheureusement, le film documentaire « Visages, villages » d’Agnès Varda et de l’artiste JR ainsi que le court-métrage d’animation « Garden Party » des étudiants de Mopa d’Arles repartent bredouilles.

 

Des discours politisés

Lupita Nyong’o et Kumail Nanjiani (Photo de Kevin Winter/Getty Images)

Comme chaque année, la politique et les questions de société se sont invitées sur le devant de la scène, avec des discours et des interventions certes mesurées mais tout de même poignantes et ponctuées d’humour et d’autodérision. Tout en étant évoqué mais jamais nommé, Donald Trump et sa politique ont été critiqués. On retiendra en particulier le discours de Lupita Nyong’o et Kumail Nanjiani, sur le thème des immigrés : « Nous sommes des rêveurs, nous avons grandi en rêvant de travailler un jour au cinéma, les rêves sont à la base d’Hollywood, les rêves sont la base de l’Amérique, et ainsi de suite pour tous les dreamers, nous sommes avec vous. »

Ashley Judd, Annabella Sciorra and Salma Hayek Kevin Winter/Getty Images/AFP

L’affaire Weinstein était forcément de sortie avec l’intervention de 3 victimes directes de l’ex-producteur à succès qui faisait la pluie et le beau temps dans le milieu : Ashley Judd, Annabella Sciorra et Salma Hayek. Ces actrices ont affirmé que grâce aux révélations récentes sur le harcèlement sexuel et aux mouvements #MeToo et Time’s Up, « tout le monde a maintenant une voix pour exprimer quelque chose qui se déroule depuis toujours, pas seulement à Hollywood, mais dans toute la société ».

Sur ces deux sujets brûlants, le présentateur de la soirée, Jimmy Kimmel, qui animait pour la seconde fois la cérémonie, n’a pas hésité à mouiller sa chemise, en faisant l’apologie de l’homme (ou la statue) du cinéma le plus respectable de la profession. « Oscar est l’homme le plus aimé et le plus respecté d’Hollywood. Et il y a une très bonne raison pour cela. Regardez-le. Il garde ses mains là où tu peux les voir. Ne dit jamais un mot grossier et surtout, il n’a pas de pénis.». Il a démontré que les mentalités avançaient doucement mais sûrement en citant deux succès du box-office comme exemples. «Black Panther» et «Wonder Woman» sont des succès massifs, ce qui est presque miraculeux parce que je me souviens d’une époque où les grands studios ne croyaient pas qu’une femme ou un réalisateur issu d’une minorité pouvait mettre en scène un film de super-héros. Et la raison pour laquelle je me souviens de cette époque, c’est parce que c’était au mois de mars de l’année dernière ».

 

MEILLEUR FILM 
Call Me by Your Name 
Les Heures sombres 
Dunkerque 
Get Out 
Lady Bird 
Phantom Thread 
Pentagon Papers. 
La Forme de l’eau 
Three Billboards : les panneaux de la vengeance

MEILLEUR RÉALISATEUR 
Christopher Nolan – Dunkerque
Jordan Peele – Get Out
Greta Gerwig – Lady Bird
Paul Thomas Anderson –Phantom Thread
Guillermo del Toro – La Forme de l’eau

MEILLEUR ACTEUR 
Timothée Chalamet – Call Me by Your Name
Daniel Day-Lewis – Phantom Thread
Daniel Kaluuya – Get Out
Gary Oldman – Les Heures sombres  
Denzel Washington – L’Affaire Roman J.

MEILLEURE ACTRICE 
Sally Hawkins – La Forme de l’eau
Frances McDormand – Three Billboards : les panneaux de la vengeance
Margot Robbie – Moi, Tonya
Saoirse Ronan – Lady Bird
Meryl Streep – Pentagon Papers

MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND RÔLE 
Willem Dafoe –The Florida Project
Woody Harrelson – Three Billboards : les panneaux de la vengeance
Richard Jenkins – La Forme de l’eau
Christopher Plummer – Tout l’argent du monde
Sam Rockwell – Three Billboards : les panneaux de la vengeance

MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND RÔLE 
Mary J. Blige – Mudbound
Allison Janney – Moi, Tonya
Lesley Manney- Phantom Thread
Laurie Metcalf – Lady Bird
Octavia Spencer – La Forme de l’eau

MEILLEUR SCÉNARIO ADAPTÉ 
Call Me by Your Name 
The Disaster Artist 
Logan 
Le Grand Jeu 
Mudbound

MEILLEUR SCÉNARIO ORIGINAL 
The Big Sick 
Get Out 
Lady Bird 
La Forme de l’eau 
Three Billboards : les panneaux de la vengeance

MEILLEUR FILM D’ANIMATION 
Baby Boss 
Parvana 
Coco 
Ferdinand 
La Passion Van Gogh 

MEILLEURE PHOTOGRAPHIE 
Blade Runner 2049 
Les Heures sombres 
Dunkerque 
Mudbound 
La Forme de l’eau

MEILLEURE CRÉATION DE COSTUMES 
La Belle et la Bête 
Les Heures sombres 
Phantom Thread 
La Forme de l’eau 
Confident Royal

MEILLEUR MONTAGE 
Baby Driver 
Dunkerque 
Moi, Tonya 
La Forme de l’eau 
Three Billboards : les panneaux de la vengeance

MEILLEURS MAQUILLAGES ET COIFFURE 
Les Heures sombres 
Confident Royal 
Wonder

MEILLEURE MUSIQUE (bande originale) 
Dunkerque 
Phantom Thread 
La Forme de l’eau 
Star Wars : Les Derniers Jedi 
Three Billboards : les panneaux de la vengeance 

MEILLEURE CHANSON ORIGINALE 
Mighty River – Mudbound 
Mystery of Love – Call me by Your Name 
Remember Me – Coco 
Stand Up for Something – Marshall 
This Is Me – The Greatest Showman

MEILLEURS DÉCORS 
La Belle et la Bête 
Blade Runner 2049 
Les Heures sombres 
Dunkerque 
La Forme de l’eau

MEILLEUR MONTAGE DU SON 
Baby Driver 
Blade Runner 2049 
Dunkerque 
La Forme de l’eau 
Star Wars : Les Derniers Jedi

MEILLEUR MIXAGE DU SON 
Baby Driver 
Blade Runner 2049 
Dunkerque 
La Forme de l’eau 
Star Wars : Les Derniers Jedi

MEILLEURS EFFETS VISUELS 
Blade Runner 2049 
Les Gardiens de la Galaxie : vol. 2 
Kong : Skull Island 
Star Wars : Les Derniers Jedi 
La Planète des singes : Suprématie

MEILLEUR FILM EN LANGUE ÉTRANGÈRE 
A Fantastic Woman (Chili) 
The Insult (Liban) 
Loveless (Russie) 
On Body and Soul (Hongrie) 
The Square (Suède)

MEILLEUR LONG-MÉTRAGE DOCUMENTAIRE 
Abacus : Small Enough to Jail 
Faces Places 
ICarus 
Last Men in Aleppo 
Strong Island

MEILLEUR COURT-MÉTRAGE DOCUMENTAIRE 
Edith+Eddie 
Heaven Is a Traffic Jam on the 405 
Heroin(e) 
Knife Skills 
Traffic Stop

MEILLEUR COURT-MÉTRAGE D’ANIMATION 
Dear Basketball 
Garden Party 
Lou 
Negative Space 
Revolting Rhymes 

MEILLEUR COURT-MÉTRAGE DE FICTION 
DeKalb Elementary 
The Eleven O’Clock 
My Nephew Emmett 
The Silent Child 
Watu Wote/All of Us

En résumé :

4 / 13 : La Forme de l’eau
3 / 8 :
Dunkerque
2 / 2 :
Coco
2 / 5 :
Blade Runner 2049
2 / 6 :
Les Heures sombres
2 / 7 :
Three Billboards

Hello !!! Moi c’est Greycie alias Satshy. Comme la plupart de mes camarades, je n’ai pas reçu non plus de lettre pour Poudlard mais les Vacances au Camps des sangs-mêlés dans le bungalow d’Athéna me semblaient plus attrayantes ^^
Enfant des années 90, née sous le signe du taureau et du mouton (calendrier lunaire), je suis du genre déterminée et espiègle. Etudiante en Master cinéma, je me définis comme une enthousiaste. Dès que j’ai une passion, je m’y livre à fond (cheval, cuisine, manga, Japon, voyage, danse classique, etc.), tout y passe depuis deux décennies. Je suis donc une touche à tout mais la passion qui accapare tout mon temps actuellement (et pour longtemps), c’est la littérature. Romance, fantasy, BD, contemporain, manga, historique, science-fiction, … Je lis, que dis-je, dévore de tout ; avec une nette préférence pour le genre dystopie et le young adult. Couplé avec le cinéma, c’est le combo gagnant pour s’évader vers d’autres horizons.
Mes bouquins préférés sont la saga « Percy Jackson » avec les « Héros de l’Olympe » de Rick Riordan ainsi que « Orgueil & préjugés » de Jane Austen. Côté séries, ce sont Once Upon a Time et Outlander et pour le 7ème art la Saga Star Wars et l’adaptation encore une fois de Orgueil et préjugés de 2005.
4 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *