Sauvage - Un récit qui manque cruellement d'imagination

05/03/2018

Titre : Wind Dragons, tome 1 : Sauvage

Auteur : Chantal Fernando

Editions : Editions City

Prix : 16,90 €

Parution : 17 janvier 2018

Nombre de pages : 320 pages

Genre : Romance, New adult

Résumé : Lorsque Faye surprend son petit ami avec une autre femme, son monde s’écroule. Pour se venger, elle fait alors une chose stupide en couchant avec le frère de celui-ci. Dexter est un biker tatoué ultra-sexy, un véritable mâle alpha qui dirige un gang de motards. Les univers de Faye et de Dexter sont à des années-lumière l’un de l’autre. Elle est étudiante en droit avec un avenir. Lui a un passé criminel. Elle est une fille plutôt bon chic bon genre. Lui est un bad boy qui rejette toutes les règles. Désormais, Faye a un problème : après sa nuit torride avec Dexter et une chevauchée fantastique en moto, elle est complètement accro. Les sensations fortes, la liberté, l’adrénaline, la sensualité débridée… Impossible de revenir en arrière. La sage jeune femme va vivre la plus grande aventure de sa vie !

.

Oser se mettre en danger en sortant de sa zone de confort n’est pas une chose facile à faire, surtout quand il s’agit de nous divertir. Il faut faire preuve de courage et de détermination pour aller à la découverte de l’inconnu. N’ayant jamais lu de livre ayant ce genre de couverture très explicite sur son contenu, je me suis laissé tenter par le roman de l’écrivaine australienne Chantal Fernando. Ne dit-on pas que les apparences sont trompeuses ? La new romance ou new adult est loin d’être un genre littéraire que j’affectionne. Mais un livre, c’est comme un mets à l’aspect étrange : si tu n’as pas goûté, tu ne peux pas affirmer que tu n’aimes pas. Alors téméraire comme je suis, je me suis lancée dans la trilogie des dangereux bikers du gang de Madame Fernando et j’en ressors… assez mitigée, pour ne pas dire déçue, pour les raisons que je vais développer ci-dessous.

L’histoire est simple comme bonjour. Depuis toujours, la petite Faye a toujours eu une relation particulière avec son voisin et ami d’enfance, Dexter. Malgré une différence d’âge de 5 ans, la petite fille vouait une admiration sans bornes au ténébreux garçon. Les années ont passé et en l’absence de ce dernier, la jeune fille, devenue un joli brin de jeune femme, a poursuivi son bout de chemin. Désormais étudiante en fac de droit et en couple avec Éric, le frère de Dex, Faye a sa vie toute tracée… jusqu’au jour où elle surprend son petit ami dans une posture pas très catholique avec une autre fille. Dévastée, Faye quitte Éric et part se changer les idées dans un club peu recommandé pour les gentilles filles dans son genre. Mais Faye n’en a que faire, elle veut s’amuser et oublier l’humiliation d’avoir été trompée. C’est au cours de cette soirée qu’elle retrouve une vieille connaissance qui n’est autre que son ami d’enfance Dex. Un Dex toujours aussi ténébreux, mais qui traîne une sulfureuse réputation en étant membre d’un gang de bikers. Complètement sous le charme, la jeune fille se laisse entraîner dans une folle nuit dans les bras de ce dernier. Le résultat de cette torride mésaventure ne tarde pas à se voir. Faye se découvre enceinte et voit sa vie basculer. Rejetée par sa famille, il lui faudra désormais compter sur elle-même pour assumer cette grossesse. C’est oublier que pour faire un enfant, il faut être deux, et que Dex compte bien participer à cette aventure.

À la lumière du résumé, on constate clairement que le récit de Chantal n’obtiendra pas la palme de l’originalité. C’est une intrigue vue et revue, dont chaque événement ou retournement de situation est prévisible. Cela n’empêche pas le livre d’avoir sa dose de suspense et de moments touchants ou tristes. Étant une new romance destinée à un public mature, le livre est volontairement explicite sur les scènes de sexe, et malheureusement l’auteure est allée dans la facilité en employant un langage cru et en multipliant les scènes gratuites d’exhibition. Résultat : les descriptions manquent de charme, d’imagination ou même (j’ose dire) de créativité. La plume de l’écrivaine est simple et facile à suivre, mais ne se démarque pas vraiment, elle n’a pas une identité marquée et on peut affirmer sans rougir que la manière de raconter n’est ni sexy, ni glamour, juste crue et brute. Un choix sans doute conscient et voulu de la part de Chantal Fernando, mais qui ne réussit pas à nous embarquer et à faire naître des émotions chez le lecteur par rapport à la relation compliquée et pas si ambiguë de Dex et Faye. Néanmoins, l’histoire est sympathique à suivre, on ne peut pas dire que l’on s’ennuie grâce aux personnages de l’intrigue.

Le livre repose essentiellement sur l’interaction des deux protagonistes principaux, Dex et Faye. Faye Connor est le genre de personnage féminin qui sur le papier m’horripile. C’est une gentille étudiante en droit de 23 ans, ambitieuse et bien dans ses baskets, mais qui se coltine au quotidien une mère castratrice qui a la fâcheuse manie d’émettre des jugements négatifs sur tout ce que sa fille entreprend. Mais au fur et à mesure du récit, on lui découvre une volonté de fer, un sacré caractère et un sens de l’humour et de la repartie qui font sourire. L’auteure n’est pas tombée dans le cliché de la fille un peu trop prude ou niaise. Faye est bien dans son corps et s’assume totalement, que ce soit sur ses choix personnels, ses relations ou même sa féminité. C’est aussi une grande gueule qui n’hésite pas à faire entendre sa voix.
Dans un autre registre, mais tout aussi connu, Dexter Black alias « SIN », vice-président des Wind Dragons, est le beau ténébreux. Il suinte le danger et le mâle dominant, c’est un vrai bad boy sans le côté connard. Il est autoritaire, violent et très sexy. Comme on pouvait s’y attendre, derrière les tatouages et la mauvaise réputation qu’il porte se cache un jeune homme protecteur, tendre et facile à vivre. Malgré ses propres blessures, c’est un personnage qui va de l’avant en traçant sa propre route. L’auteur nous dépeint un homme secret mais loyal envers sa nouvelle famille, et qui a le sens des responsabilités.

En plus de ces deux personnages, le livre introduit de nombreux personnages secondaires plutôt attachants et mémorables. Mais malheureusement, même avec tout le potentiel de ses personnages, l’auteure peine à sortir quelque chose d’intéressant avec eux. Le problème vient du fait que les personnages et leur situation ne sont pas exploités au maximum, et qu’on se retrouve avec trop de zones d’ombre. À titre de comparaison, After d’Anna Todd, une série de livres que je ne porte pas dans mon cœur mais qui a un schéma narratif assez similaire, gère mieux les interactions entre les personnages principaux et secondaires. Elle exploite véritablement les conflits et les pousse au maximum, ce que Chantal Fernando ne fait pas. Elle reste trop en surface, que ce soit sur le conflit avec les parents, la rivalité fraternelle ou la gestion de la grossesse et des études, etc. Tout le récit et les dilemmes restent focalisés sur le couple en devenir de Faye et Dex, et l’introduction de l’étudiante en droit dans l’univers des bikers. Durant toute la lecture, on a l’impression d’être dans une sorte de huis clos car l’essentiel de l’histoire se déroule au sein du club, ce qui est dommage vu le potentiel de l’histoire.

Concernant les thèmes et sujets abordés, le livre se focalise sur la signification de la famille et les préjugés véhiculés par l’image. En choisissant de lire ce bouquin, j’espérais en découvrir un peu plus sur l’univers des bikers qui m’est, comme pour Faye, complètement inconnu et forgé sur des images assez négatives. Je ne peux pas dire que j’ai été transportée par l’expérience, mais je l’ai trouvée plaisante. L’aspect communauté à la fois hiérarchisée et libre m’a plu, les règles de vie qui régissent toutes les relations, qu’elles soient amoureuses ou fraternelles, m’ont beaucoup amusé mais aussi touché d’une certaine manière. J’ai notamment apprécié la manière qu’a le livre de développer le sens aigu de la famille qu’il peut y avoir dans ce genre de groupe. Mais je regrette que ce monde ne soit pas confronté à celui de Faye, avec par exemple l’introduction d’amis de fac de la jeune fille.

En conclusion, le premier tome de la trilogie de Wind Dragons, Sauvage, de Chantal Fernando, est dans sa forme un roman déjà vu dans son genre, ce qui bien sûr n’est pas un défaut en soi mais qui le devient quand l’auteur ne s’émancipe pas ou ne fait pas preuve de créativité dans le fond. Même si je ne me suis pas ennuyée en lisant ce livre et que je l’ai terminé relativement vite, cette histoire est loin d’être une perle. Je regrette le manque d’imagination de l’auteur et le fait que certaines situations ne soient pas plus exploitées ou développées, surtout quand on voit la petite taille du livre. On se dit qu’il y avait la possibilité de prolonger l’histoire d’une bonne centaine de pages.

.

Hello !!! Moi c’est Greycie alias Satshy. Comme la plupart de mes camarades, je n’ai pas reçu non plus de lettre pour Poudlard mais les Vacances au Camps des sangs-mêlés dans le bungalow d’Athéna me semblaient plus attrayantes ^^
Enfant des années 90, née sous le signe du taureau et du mouton (calendrier lunaire), je suis du genre déterminée et espiègle. Etudiante en Master cinéma, je me définis comme une enthousiaste. Dès que j’ai une passion, je m’y livre à fond (cheval, cuisine, manga, Japon, voyage, danse classique, etc.), tout y passe depuis deux décennies. Je suis donc une touche à tout mais la passion qui accapare tout mon temps actuellement (et pour longtemps), c’est la littérature. Romance, fantasy, BD, contemporain, manga, historique, science-fiction, … Je lis, que dis-je, dévore de tout ; avec une nette préférence pour le genre dystopie et le young adult. Couplé avec le cinéma, c’est le combo gagnant pour s’évader vers d’autres horizons.
Mes bouquins préférés sont la saga « Percy Jackson » avec les « Héros de l’Olympe » de Rick Riordan ainsi que « Orgueil & préjugés » de Jane Austen. Côté séries, ce sont Once Upon a Time et Outlander et pour le 7ème art la Saga Star Wars et l’adaptation encore une fois de Orgueil et préjugés de 2005.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *