Dans l'Ombre - Un très bon polar historique !

30/04/2018

3

Titre : Dans l'Ombre

Auteur : Arnaldur Indridason

Editions : Points

Prix : 8,00 €

Parution : 8 février 2018

Nombre de pages : 392 pages

Genre : Policier

Résumé : Un représentant de commerce est retrouvé dans un petit appartement de Reykjavik, tué d’une balle de Colt et le front marqué d’une croix gammée avec son propre sang. Rapidement les soupçons portent sur les soldats étrangers qui grouillent dans la ville en cet été 1941. Deux jeunes gens sont chargés des investigations : Flovent, le seul enquêteur de la police criminelle d’Islande, ex-stagiaire à Scotland Yard, et Thorson, l’Islandais né au Canada, désigné comme enquêteur par les militaires parce qu’il est bilingue.

.

Je passe mon temps à dire que je n'aime pas les thrillers et les romans policiers. Ce qui est vrai. Mais j'ai malgré tout un petit faible pour ce genre dès lors qu'il est transposé dans une autre époque. Il faut dire que je suis une froussarde de l'extrême et que j'éprouve un besoin absolu, à la limite de la compulsion, de voir les coupables enfermés, sans quoi je m'engage vers des nuits remplies de cauchemars.

Ce que j'aime dans les polars historiques, c'est que d'une part, mathématiquement, le coupable est très loin de moi, il appartient à une autre époque et ne vient pas hanter mes rêves. D'autre part, les polars historiques sont souvent l'occasion de décrire la société à une période donnée et je crois bien que c'est ce que j'apprécie le plus.

Alors quand j'ai vu qu'un auteur islandais historien de formation sortait un polar historique – moi qui rêve de visiter l'Islande, je n'ai pas pu passer à côté.

Et alors, Dans l'Ombre, ça donne quoi ?

J'ai beaucoup apprécié ce roman qui m'a beaucoup appris sur l'Islande durant la Seconde Guerre Mondiale. Il me semblait que le pays était resté neutre pendant toute la durée du conflit, mais la réalité n'est pas si simple. En effet, au printemps 1940, les troupes britanniques, craignant une invasion de l'île par les nazis, ont décidé d'aller occuper l'Islande en premier. Elles sont soutenues et relayées à l'été 1941 par les troupes américaines. La neutralité affichée de l'Islande était donc plutôt relative.

C'est à cette époque qu'Indridason plante le décor de son roman, premier d'une trilogie qui se déroulera pendant la guerre. Avec son récit, il nous fait découvrir le chaos provoqué par l'arrivée massive de soldats britanniques et américains et les répercussions, aussi bien sociales que politiques, que celle-ci entraîne. L'auteur met en avant la création de polices et de tribunaux militaires dédiés à prendre en charge d'éventuels crimes commis par des soldats, les problèmes de communication entre les différentes instances, l'économie parallèle mise en place autour des soldats (ouvertures de dancings, création de blanchisseries pour s'occuper des uniformes, ...). Les changements dans la société touchent surtout les femmes et sont résumés en un seul mot murmuré à voix basse par des voisins indiscrets : la situation.

Être dans la situation, pour une femme, c'est fréquenter un soldat étranger. Qu'il s'agisse là du début d'une idylle, d'un moyen d'obtenir des cigarettes ou un emploi, ou encore de l'espoir d'une vie meilleure après la guerre, peu importe : ces femmes sont dans la situation.

C'est là le décor du récit proposé par l'auteur. Dans le chaos ambiant, la découverte du cadavre d'un représentant commercial assassiné à son domicile fait grand bruit. D'autant que les indices trouvés sur place laissent présager beaucoup de choses : en effet, le coupable a cru bon d'utiliser le sang de la victime pour lui dessiner une croix gammée sur le front. Par ailleurs, les enquêteurs découvrent que l'arme du crime est un Colt, l'arme des soldats américains, ainsi qu'une capsule de cyanure dissimulée dans la valise du représentant... Complot ? Espionnage ? Infiltration ?

J'ai beaucoup apprécié le fait que presque jusqu'à la fin du récit, les enquêteurs suivent plusieurs pistes. Trop souvent, dans les romans policiers, on ne suit qu'une ou deux pistes au début et assez rapidement on tombe sur la bonne piste qu'il convient ensuite de démêler comme on peut. Ici, Indridason nous propose un récit où les actes passés des différents personnages jouent contre eux et où tout le monde a finalement l'air suspect.

En tant que lecteur, on voit bien à quel point il peut être difficile pour les enquêteurs de faire la part des choses entre le vrai et le faux, mais aussi entre ce qui est lié à l'enquête et ce qui ne l'est pas. Une menace voilée vieille de plusieurs années est-elle un motif pour suspecter quelqu'un ? Les erreurs d'adolescence sont-elles en rapport avec le présent ?

Bref, je ne peux que vous recommander ce livre si vous aimez ramer aux côtés des enquêteurs !

.

1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *