Disney : les éléments "glauques" qu'on n'avait pas remarqués enfant !

24/05/2018

Quand on est petit, on regarde les dessins animés et les films d’animation avec les yeux de l’innocence et la seule chose que nous captons, c’est la magie qui s’en dégage. Quand on les re-regarde à l’âge adulte, on se rend compte que beaucoup d’éléments nous ont échappés (et c’est tant mieux), et ce ne sont pas les meilleures choses. On ne sait pas pour vous mais nous, certains détails nous ont mis mal à l’aise une fois que nous nous en sommes rendu compte. On vous prévient : faites demi-tour si vous ne voulez pas perdre la magie Disney !

1) La Belle et La Bête : le Syndrome de Stockholm

Nous commençons par celui-ci car c’est le plus évident et celui qui est revenu le plus souvent. En effet, nous le savons tous : La Belle et la Bête raconte l’histoire d’une jeune fille qui, pour sauver son père, décide de prendre sa place en tant que prisonnière d’une énorme et monstrueuse Bête qui vit dans un château où tous les objets sont vivants. Au fur et à mesure, elle découvre que la Bête n’est pas aussi méchante qu’elle ne le paraît et finit même par en tomber amoureuse. Et c’est justement là que la polémique est née : Belle est séquestrée contre son gré et pourtant, elle aime son kidnappeur ?! Cela s’appelle tout simplement le Syndrome de Stockholm. Et ce qui est une réelle « maladie » psychologique est ici romancé, ce qui a déplu à certains.

2) La Petite Sirène : un prêtre un peu trop « content » de marier Ursula

À gauche, la version pré-1999. À droite, la version post-1999. Non, vous ne rêvez pas ! Dans un Disney, il y a eu un sous-entendu sexuel ! Dans la scène où Ursula, déguisée en humaine, se marie avec le Prince Éric, le prêtre a… une érection !  Cette scène, qui a sauté aux yeux des parents et les a scandalisés, a forcé Disney à retirer tous ses VHS de la vente durant un temps, le temps de retirer cet élément glauque (et indigne d’être montré à des enfants) de La Petite Sirène. Si vous achetez un DVD aujourd’hui, vous ne tomberez pas dessus. En revanche, sur YouTube :

3) Blanche-Neige ou La Belle au Bois Dormant : agression sexuelle ?

Avant que vous nous agressiez (« oh mais y en a marre des gens qui voient le mal partout ! »), cette théorie n’a pas été développée par nous ! Nous vous invitons à taper sur Google « Blanche-Neige agression sexuelle » ou « La Belle au Bois Dormant agression sexuelle » et vous trouverez une pléthore de résultats. Pourquoi ? Parce que dans les deux cas, les deux jeunes femmes sont endormies et des hommes qu’elles ne connaissent pas (Blanche-Neige) ou à peine (Aurore) viennent et les embrassent sans s’assurer de leur consentement (en même temps, elles dorment, me direz-vous). Et c’est bien là le problème : pour certain.e.s, ces méchants hommes profitent que ces deux femmes soient inconscientes et incapables de bouger pour les agresser sexuellement ! En réalité, dans les Disney, cela ne choque que les plus relous et bien-pensants d’entre nous. Mais dans le réel conte La Belle au Bois Dormant de Basile (changé par Perrault pour les enfants), Aurore se fait violer par le prince et tombe même enceinte. Elle se réveillera quand, en lui suçant le doigt, son bébé lui retira l’épine du doigt. Nice.

4) Pocahontas : des paroles racistes

« Il n’y a rien à faire, avec ces païens d’Indiens ! C’est une race de vipères, de bons à rien ! Il faut tuer ces bêtes, d’une balle dans la tête, La vermine, moi, je l’extermine ! » ; « Puisqu’ils ne sont pas blancs, Ils sont forcément méchants ! » ; « L’homme blanc est un démon » … Et ça continue tout au long d’une chanson dont le nom est… Des Sauvages ! Plus que choquant, c’est vrai qu’en la ré-écoutant en étant adultes, cette chanson nous fait sourire : on se dit qu’une chanson aux paroles aussi racistes (même si c’est sous couvert de réalisme) n’aurait peut-être pas pu passer si elle était sortie aujourd’hui. Et dites-vous qu’en plus, la version française est beaucoup plus soft que la version originale qu’on vous laisse « enjoy » pour les bilingues d’entre vous.

5) Le Bossu de Notre-Dame : l’obsession sexuelle de Frollo envers Esmeralda

C’est probablement l’élément le plus glauque et le plus malaisant de cette liste. Tout au long du film Le Bossu de Notre-Dame, nous voyons un Claude Frollo dont l’obsession pour Esmeralda va grandissante. Une scène, même, pourrait s’apparenter à une agression : celle dont l’image ci-dessus est tirée. En effet, il tient fermement la jolie gitane contre lui et il se permet de sentir ses cheveux et de caresser son cou en la menaçant de mort comme si cela l’excitait. Il chantera même plus tard : « quand elle danse l’insolente, ses yeux de feu m’embrasent et me hantent » ; « Quelle brûlure, quelle torture, les flammes de sa chevelure dévorent mon corps d’obscènes flétrissures » ou encore « Détruis Esmeralda, qu’un rideau de feu soit son linceul ou faites qu’elle soit à moi et à moi seul » … Gênant. D’ailleurs, avant de tenter de la brûler, il lui dira qu’elle a deux choix : « le feu ou moi ? » soit se faire brûler ou devenir son esclave sexuelle. La peste ou le choléra quoi.

6) Le Roi Lion : l’inceste

Nous avons découvert cet élément en lisant un article sur Internet. Depuis, il est malheureusement difficile de l’oublier à chaque visionnage de ce Grand Classique Disney. Et pour cause : cette théorie semble véridique. En effet, selon elle, Simba et Nala sont… frère et sœur ! On vous explique : dans la jungle, il a été observé que le lion vivait généralement entouré de quelques lionnes qui formaient son petit harem. Ce qui est le cas dans Le Roi Lion : Mufasa est le seul lion entouré de lionnes. Alors qui pourrait être le père de Nala sinon lui ?! Ce qui voudrait dire que Simba tombe amoureux de sa propre sœur et aura même un bébé lionne avec elle ! La petite Kiara, que nous rencontrerons dans Le Roi Lion II : l’honneur de la tribu. Quoi qu’il en soit, si en créant ce film, la team Disney avait réellement pensé à ça, c’est vraiment extrêmement glauque !

7) Aladdin : le bisou entre Jasmine et Jafar

« Eww »… fait le petit singe Abu quand Jasmine embrasse Jafar pour détourner son attention d’Aladdin qui est en train de débarquer pour les sauver. Et il n’est pas le seul. En fait, ce qui est glauque dans cette scène (en plus du fait qu’elle soit une esclave à moitié à poil), c’est le fait que Jasmine se retrouve forcée à embrasser un homme qu’elle déteste et qui est beaucoup plus âgé qu’elle (« mais vous êtes si vieux Jafar ! » lui avait dit le sultan lorsque celui-ci lui avait demandé la main de sa fille). Ce baiser forcé est d’autant plus gênant que Jasmine est la seule princesse à embrasser un autre que son prince dans un film Disney.

8) La Princesse et la Grenouille : la première princesse noire Disney pas si noire que ça

On vous explique. Nous sommes en 2010 et c’est la révolution chez Disney : on réalise que nous avons une multitude de princesses blanches (blondes, brunes, rousses, …), une princesse asiatique, une princesse amérindienne, une princesse arabe, … Par contre, toujours pas de princesse noire ! On s’empare alors du célèbre conte russe où une princesse doit épouser une grenouille affreuse qu’elle déteste mais qui, lorsqu’il sera sur le point de mourir, l’embrassera et découvrira qu’il s’agissait en fait d’un beau prince qui avait été transformé par une méchante sorcière. Mais cette fois, gros changement : en l’embrassant, la princesse devient elle aussi une grenouille ! Original. Mais problématique : pendant les 3/4 du film, la princesse noire est un animal vert. Du coup, on ne la voit pas autant que ça sous sa forme humaine. Et c’est bien dommage sachant que les autres princesses sont, elles, « visibles » tout au long de leurs films.

9) Mulan : Shang bisexuel, premier Disney trans-friendly

Attention ! Nous préférons être clairs : nous ne considérons pas le fait que Shang puisse être bisexuel ou le fait que Mulan soit un Disney trans-friendly glauque. Selon certain.e.s, Shang serait bisexuel puisqu’il est tombé amoureux de Mulan / Ping avant de découvrir qu’il s’agissait en fait d’une femme ! De plus, Mulan est aussi le premier Disney à mettre en avant une femme qui se travestit en homme. Pire, lorsque cette théorie a été développée sur les réseaux sociaux, Disney a songé un instant à se débarrasser de Shang dans le live movie qui sortira en 2019. Puis s’est ravisé en se rendant compte que c’était un personnage trop important de l’histoire.

N’hésitez pas à nous dire si vous pensez à d’autres Disney qui vont ont perturbé en les regardant adultes !

Passionnée par les sushis, j’ai appris à maîtriser cet art en regardant mes séries télé préférées. Entre deux makis, je m’intéresse aussi à l’univers d’Harry Potter, de Disney, au cinéma et à la photographie. Sinon, est-ce que je vous ai dit que j’aimais les sushis ?
7 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *