Les Fantômes d'Achille Plume - Un roman jeunesse tout en fraîcheur

30/05/2018

Titre : Les Fantômes d'Achille Plume

Auteur : Katherine et Florian Ferrier

Editions : Sarbacane

Prix : 10,90€

Parution : 7 février 2018

Nombre de pages : 192 pages

Genre : Jeunesse, aventure, fantastique

Résumé : Achille vit avec sa mère et Athénaïs, le fantôme d’une jeune fille qu’il considère comme sa meilleure amie.

Hé oui, Achille est capable de voir les fantômes ! Il a même appris à se servir de ce don pour se livrer à une activité très spéciale : les libérer de leur attache terrestre afin de leur permettre de rejoindre Fantombres, la mystérieuse cité spectrale.

Car les fantômes vivent parmi nous, piégés dans les objets du quotidien – cuillère, taille-crayons, etc. Il y a les ferromêlés, les rocjoints, les calcibrouillés, …

Mais un soir, un éclair rouge s’attaque à Achille et Athénaïs. L’étrange phénomène est une déclaration de guerre : Orcus, majesté diabolique de Sombrenfer, a décidé d’anéantir Fantombres…

.

Comme d’habitude, je jette toujours un œil aux publications de Sarbacane que j’apprécie tout particulièrement. Dernièrement, j’ai jeté mon dévolu sur Les Fantômes d’Achille Plume. J’ai toujours un petit faible pour les romans fantastiques pour la jeunesse et j’ai trouvé la couverture beaucoup trop mignonne. Forcément il fallait que je voie ça de plus près !

Et alors, Les Fantômes d’Achille Plume, ça donne quoi ?

J’ai trouvé très mignonne cette petite histoire tout en légèreté.

Je mentirais si je disais que j’ai été complètement happée par ma lecture, puisque j’avoue que j’ai eu un petit peu de mal à m’investir vraiment dans l’intrigue. Néanmoins, j’ai trouvé le personnage d’Achille tellement attachant que j’ai quand même lu le roman d’une traite !

Achille était un petit garçon un peu timide mais somme toute comme tout le monde, jusqu’au jour où il découvre dans une vieille cuillère toute défraîchie le fantôme d’une jeune fille décédée il y a plusieurs siècles : Athénaïs. Cette dernière lui explique la situation : lorsque les gens passent de vie à trépas, leur âme est aspirée dans l’objet le plus proche d’eux au moment de leur mort. Tant qu’un être humain bien intentionné ne frotte pas l’objet en question tel le fameux génie de la lampe d’Aladdin, l’esprit du défunt y est emprisonné. L’amitié entre Achille et Athénaïs s’accompagne donc très vite d’une mission : libérer le plus d’esprits possible afin qu’ils puissent rejoindre la ville des fantômes libres : Fantombres. À leur niveau, Achille et Athénaïs deviennent les héros de bien des esprits jusque-là coincés dans une épée, une chope…

J’ai beaucoup aimé la dynamique entre Achille et Athénaïs, où la « jeune » fille fait preuve de bien plus de maturité que notre jeune héros. Il faut dire qu’elle a au moins deux siècles de plus que lui ! Régulièrement tout au long du roman, Athénaïs comprend les choses plus vite qu’Achille ou laisse entendre qu’elle n’a pas tout dit à Achille. Imaginez-vous avoir plusieurs siècles et avoir pour seul ami et confident un jeune garçon d’une dizaine d’années : lui diriez-vous tout ?

Paradoxalement, j’ai malgré tout regretté que le lecteur n’ait pas de réponse à certaines questions qu’il se pose (au même titre qu’Achille). En effet, à plusieurs reprises il est question de la manière dont Athénaïs a pu mourir pour que son esprit soit enfermé dans un ustensile aussi improbable qu’une petite cuillère. Les auteurs ont vraiment piqué ma curiosité et j’aurais souhaité en apprendre un peu plus sur eux ! Mais peut-être qu’ils prévoient d’autres aventures avec nos héros et que cette information sera importante plus tard… ?

Enfin, j’ai beaucoup aimé le twist final, même si je l’avais deviné ! Je n’en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir !

En somme, j’ai passé un très bon moment avec ce petit roman tout doux, pour lequel je me suis beaucoup plus investie dans les personnages que dans l’aventure !

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *