Les Incurables - Aussi inquiétant que loufoque !

31/05/2018

3

Titre : Les Incurables

Auteur : Jon Bassoff

Editions : Gallmeister

Prix : 21,80 €

Parution : 5 avril 2018

Nombre de pages : 240 pages

Genre : Roman noir

Résumé : 1953, quelque part au fin fond de l’Amérique. Le Dr Freeman, neurologue visionnaire mais violemment contesté, est chassé de l’hôpital psychiatrique où il exerce. Il enlève son dernier patient, voué à lui servir d’assistant, et part sur les routes défendre sa méthode thérapeutique révolutionnaire : la lobotomie transorbitale. Armé d’un pic à glace et d’un marteau, Freeman est persuadé qu’aucune dépression, aucune catatonie, aucune psychose ne lui résistera. Jusqu’à ce que, dans une petite ville de l’Oklahoma, sa propre santé mentale soit mise à rude épreuve par une galerie de personnages délirants. Un prêcheur qui prend son fils pour le Messie, une jeune prostituée démente et une fratrie de gros bras manieurs de machettes se chargeront de lui rappeler qu’une foi aveugle ne peut mener qu’au désastre.

.

Je vous avoue que cette chronique est assez difficile à rédiger car c'est la première fois que je lis un roman comme celui-ci. Il ne s'agit pas vraiment d'un thriller mais, en même temps, le récit est particulièrement sombre. Il n'y a pas vraiment d'enquête et pourtant, la curiosité du lecteur est constamment titillée. Bref, Les Incurables a été une première (pour laquelle je remercie les éditions Gallmeister), laissez-moi vous expliquer pourquoi ! 

La scène d'ouverture met directement le lecteur dans le bain. C'est glauque. On assiste à une lobotomie trans-orbitale, autrement dit on t'enfonce un pic à glace sous la paupière, on frappe dessus avec un marteau jusqu'à ce qu'il touche le cerveau et puis... on gratte. Pour quoi faire me direz-vous ? Et bien afin de "soigner" le patient en effaçant ainsi toute volonté de violence (bagarre, meurtres, etc.) qui pourrait l'habiter. Le pire dans tout ça c'est que cette pratique barbare a longtemps été reconnue en psychologie comme étant fiable. Ça donne envie d'aller chez un psy, n'est-ce pas ? 

Le personnage principal, le Dr Freeman, est clairement le fil rouge de l'histoire. Viré de l'hôpital psychiatrique dans lequel il exerçait, il va s'embarquer dans la conquête des États-Unis, étant persuadé que sa méthode est révolutionnaire. Freeman est sans doute l'un des protagonistes les plus détestables que j'ai rencontrés de tout mon parcours de lecteur. Mais c'est d'autant plus effrayant lorsqu'on sait qu'il a été inspiré par un homme bien réel. 

Je pense que j'aurais pu pleinement apprécier ce roman si les différents éléments étaient mieux liés entre eux. J'ai effectivement trouvé la trame narrative assez confuse, avec notamment un bond dans le temps plutôt mal abordé. Une page on est au présent et celle d'après, on se retrouve deux ans plus tard ; un changement brusque qui m'a déboussolé. Et puis il y a eu toutes les péripéties plus loufoques les unes que les autres qui m'ont empêché de pleinement croire en ce que je lisais. Mais d'un autre côté, je me disais constamment qu'étant inspiré de faits réels, le roman avait peut-être pour objectif de démontrer l'absurdité de telles méthodes qui remontent seulement au siècle dernier ! 

En conclusion, Les Incurables est un roman intéressant de par sa base historique mais souvent mal construit dans sa narration, ce qui peut nuire à la lecture ! 

.

1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *