Madame Pylinska et le secret de Chopin - Un beau conte initiatique

03/05/2018

Titre : Madame Pylinska et le secret de Chopin

Auteur : Eric-Emmanuel Schmitt

Editions : Albin Michel

Prix : 13,50€

Parution : 5 avril 2018

Nombre de pages : 120 pages

Genre : Littérature contemporaine

Résumé : En suivant les cours de la tyrannique Madame Pylinska, le jeune Eric Emmanuel cherche à comprendre le mystère de la musique de Chopin. La Polonaise a de surprenantes façons d’expliquer le génie du musicien et la leçon de piano devient peu à peu apprentissage de la vie et de l’amour. Dans le cadre de "Le cycle de l’invisible", un conte initiatique plein d’émotion, d’intelligence et d'humour.

.

Un grand merci aux éditions Albin Michel pour la découverte de cette belle histoire, remplie de tendresse et d’humanité.

 

Conte merveilleux, roman autobiographique, quête initiatique, on ne saurait définir ce dernier livre d’Eric-Emmanuel Schmitt qui, grâce à cette étrangeté du genre, se présente comme un récit court et original, suspendu hors du temps.

Et pourtant, il est bien question de temporalité dans cette histoire qui semble remonter aux premiers âges de l’auteur. S’agit-il vraiment du jeune Eric-Emmanuel Schmitt ? Ou cet Eric-Emmanuel est-il un double narratif de l’auteur ? La réponse importe finalement peu, en dehors d’une potentielle quête de vérité établie par le lecteur.

Là réside la magie du conte : on se laisse embarquer dans une histoire sans contextualisation du récit ou des personnages. Seul importe le message véhiculé par les actions et les émotions que comporte le récit.

Personnage central, Madame Pylinska est mise à l’honneur dans cette histoire qu’elle participe à rendre sublime. Elle-même hors du temps, féerique bien qu’humaine, on se demande si on a affaire à un être de chair et d’os ou bien à un fantôme, une conscience qui éveillerait le jeune Eric-Emmanuel à l’exercice de la musique.

Convaincue par le grand intérêt du narrateur pour Chopin, Madame Pylinska s’engage à lui fournir des leçons de piano qui lui permettront d’atteindre ce que sa prédisposition pour le compositeur lui refusait jusqu’à présent : l’agilité et le talent pour porter dignement cette musique si particulière qu’est celle de Chopin.

Pari risqué, immense défi, Madame Pylinka est prête à tout pour transmettre son amour pour Chopin à cet homme si corpulent, si peu agile mais à qui elle compte bien insuffler un vent de liberté et de délicatesse. Face à cette femme au caractère bien trempé, le jeune Eric-Emmanuel ne sait comment se comporter. Doit-il réellement faire tous les exercices d’entraînement qu’elle lui ordonne ? Même s’ils lui paraissent peu orthodoxes ?

Tout comme lui, on découvre les méthodes peu traditionnelles de Madame Pylinska dans l’apprentissage de l’instrument. Qui aurait cru que le jeu du narrateur s’améliorerait par le simple fait de se promener en observant les oiseaux ? Qui aurait cru que faire l’amour à une femme rendrait le toucher d’un pianiste si délicat ?

Et pourtant, grâce à ces gestes dérisoires, le grand et montagneux Eric-Emmanuel découvre le secret de la beauté si tendre et délicate de la musique de Chopin que, finalement, il parvient à reproduire, à son échelle. Et, au-delà du jeu pianistique, c’est le secret de la vie que Madame Pylinska a transmis à son élève : le secret de sa réussite.

A travers ce conte magique, délicat mais intense, Eric-Emmanuel Schmitt rend hommage à une femme magique, inexplicable, qui par sa grande humanité, sa générosité et son originalité, lui a montré le chemin vers le bonheur, celui d’être soi-même.

 

Un conte initiatique entre réel et onirisme qui, en même temps que le narrateur, nous dévoile avec tendresse le secret de la musique de Chopin et celui de notre identité. Une seule envie nous traverse après avoir refermé ce court texte : se laisser bercer par les notes de Chopin.

.

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture (et la pierre philosophale pour les plus chanceux) !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *