La Main de l'Empereur #1 - Une lecture mitigée

22/06/2018

Titre : La Main de l'Empereur #1

Auteur : Olivier Gay

Editions : Bragelonne

Prix : 7,90€

Parution : 16 mai 2018

Nombre de pages : 476 pages

Genre : Fantasy

Résumé : Rekk est gladiateur, puis soldat dans l'armée impériale.

Dans le bourbier des jungles Koushites, il se fait repérer par l'empereur, devient son instrument pour soumettre les barbares et son bras armé pour toutes les basses oeuvres.

Il devient un homme craint et haï, dont la réputation ne cesse de grandir.

Mais sa légende lui échappe et ses proches en subissent les conséquences.

.

Cela fait déjà un moment que j’entends parler d’Olivier Gay et que j’ai envie de me pencher sur ses romans. Comme j’allais aux Imaginales cette année, j’ai surtout lu de la fantasy et des littératures de l’imaginaire à partir de mi-avril. J’avais vu que les éditions Bragelonne avaient sorti le premier tome de La Main de L’empereur en version poche et l’occasion était trop belle pour la laisser passer. Ni une, ni deux, j’ai donc ajouté ce roman à la looongue liste des livres que j’avais prévu de lire avant de me rendre aux Imaginales – sans trop savoir à quoi m’attendre puisque j’avais bien plus entendu parler d’Olivier Gay pour ses récits à destination des adolescents.

Evidemment, vous me voyez venir à des kilomètres : je n’ai pas vraiment eu le temps de lire tous les livres que j’avais prévu de lire avant les Imaginales. Je ne sais pas à quoi ça tient, mais je suis perpétuellement persuadée que je vais arriver sans problème à lire une énorme pile de livres en un temps ridiculement court. Pire encore, quand je n’ai pas au moins 4 livres sous le coude pour un weekend, je commence presque à angoisser de ce que je vais pouvoir lire après. Mon côté écureuil très certainement.

Toujours est-il que c’est quasiment un mois plus tard que prévu que j’ai tourné la dernière page de La Main de l’Empereur.

Et alors ça donne quoi ?

Tout d’abord, il convient de planter un peu le décor. La Main de l’Empereur est le premier tome d’un diptyque qui met en scène les débuts d’un personnage d’une autre de ses séries : Les Épées de Glace. Cependant, il n’est pas nécessaire d’avoir lu cette première série pour se pencher sur La Main de l’Empereur, les deux sagas se déroulant dans le même univers mais – si j’ai bien compris – sur des temporalités différentes.

De mon côté, j’ai directement lu La Main de l’Empereur en me disant que je m’intéresserais à l’autre cycle plus tard si j’appréciais ce diptyque : effectivement, je n’ai rencontré aucun problème de compréhension au niveau de l’univers ou des personnages, et tout est suffisamment clair pour s’y lancer en novice.

Concernant le roman à proprement parler, je dirais qu’il a – nécessairement – les défauts de ses qualités. Visiblement, Rekk, le héros, est un personnage très très apprécié par les lecteurs et suffisamment complexe pour utiliser son histoire comme intrigue d’un cycle annexe. Cependant, n’ayant pas lu la première série, j’avoue de pas avoir ressenti cette joie de retrouver un personnage que l’on avait apprécié précédemment et d’en découvrir plus sur lui. De fait, je ne me suis pas réellement investie dans le personnage de Rekk, ce qui a du sens dans la mesure où le lecteur est censé déjà être attaché à lui.

À l’inverse, comme je n’avais pas lu la série originelle, je n’avais aucune idée de quels personnages allaient être importants (ou vivants !) dans la suite de l’histoire, j’y suis donc entrée sans aucune attente, ce qui je pense a été un vrai plus pour moi.

Au niveau de la plume d’Olivier Gay, je l’ai trouvée simple mais efficace. L’action est décrite de manière très visuelle, parfois même cinématographique et les pages se tournent toutes seules.

Et pourtant, j’ai eu du mal à me sentir happée par l’intrigue. Pourtant j’ai lu beaucoup de chroniques très positives de lecteurs ravis de retrouver Rekk. Je ressors donc assez mitigée de ma lecture et j’espère accrocher un peu plus avec la série originelle qu’avec celle-ci.

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *