Love, Simon : un touchant message d'espoir

26/06/2018

Titre : Love, Simon

Réalisateur : Greg Berlanti

Avec : Nick Robinson, Jennifer Garner, Josh Duhamel, Kate Langford, Alexandra Shipp, Logan Miller, Keiynan Lonsdale, Jorge Lendeborg Jr., ...

Genre : Drame, Romance, Comédie

Durée : 1h49

Nationalité : Américain

Sortie : 27 juin 2018

Résumé : On mérite tous une première grande histoire d’amour. Pourtant pour le jeune Simon, c’est compliqué. Il a une vie normale, dans une famille qu’il adore, et est entouré d’amis extraordinaires, mais il garde pour lui un grand secret : personne ne sait qu’il est gay et il ne connaît pas l’identité de son premier coup de cœur, avec qui il communique en ligne. Alors que son secret est menacé d’être révélé, la vie de Simon bascule dans une aventure aussi drôle que bouleversante... Ses amis prendront alors une place essentielle pour l’aider à changer sa vie et découvrir le premier amour.

Avant même sa sortie en France, Love, Simon faisait déjà beaucoup parler de lui. Le monde entier était en émoi face à ce petit phénomène et de grandes stars comme Xavier Dolan avaient dit sur leurs réseaux sociaux à quel point ce film les avait touchés et expliquaient l’importance du message dont il se faisait porteur. Et en effet, derrière son univers édulcoré et adolescent, Love, Simon est en réalité un joli conte plein d’émotions et d’espoir. 

Ce film est à la fois réaliste et complètement fictionnel, drôle et émouvant. Love, Simon réussit à la fois à être cliché et à détruire certains autres clichés. Au début, entre les pom-pom girls, les personnages caricaturaux, les rumeurs adolescentes, on se demande ce qu’on fait là. Puis lorsque l’on entre dans le vif du sujet, on est agréablement surpris. Il détruit les stéréotypes du gay un peu « folasse » qui parle et marche de façon efféminée. Je pense notamment à cette scène où Simon recherche sur Google « comment s’habiller comme un gay » et qui d’abord essaie des tenues moulantes, beaucoup trop près du corps, et qui finalement continue de s’habiller comme avant. Parce qu’en soi, il n’a pas changé. Il est toujours lui et ça ne fait pas de lui une personne moins homosexuelle. 

En revanche, j’ai trouvé qu’il manquait de réalisme. Cela arrive mais il est rare qu’un coming out (d’autant plus lorsqu’il est forcé) se passe aussi bien que dans Love, Simon. En France, l’association Le Refuge, qui vient en aide aux homosexuel.le.s qui ont été chassé.e.s de chez eux après leur coming out, a récemment déclaré que depuis leur existence, ils avaient dû recueillir plus de 70.000 jeunes LGBTQ+. Aux États-Unis, il existe encore aujourd’hui des camps de déconversion où on apprend à ces personnes-là à « redevenir » hétéros en tentant de les pousser à être dégoûtés par ce qu’elles sont… 

Puis on comprend finalement que le but de Love, Simon n’est pas d’être réaliste. Il ne montre pas comment les gens réagissent face à un coming out (forcé ou non) mais comment les gens devraient réagir. Et c’est en ça qu’il est très beau et très touchant. C’est un véritable message d’espoir qui est envoyé aux jeunes et aux parents et d’ailleurs, beaucoup de jeunes et de parents plutôt réticents ont déclaré que voir ce film avait complètement changé leur vision des choses et leur vie. L’intrigue est joliment ficelée et le message est sublimement envoyé. Je pense notamment à ce dialogue qui m’a beaucoup marquée :

Simon : I’m gay (Je suis gay).

Abby : Oh.

Simon : Are you surprised ? (Ça t’étonne ?)

Abby : No.

Simon : Then you knew ? (Donc tu savais ?)

Abby : No.

Simon : But you aren’t surprised ? (Mais tu n’es pas étonnée ?)

Abby : No.

Et malgré tout cela, le film n’entre jamais dans le pathos et c’est précisément ce qui fait sa force. L’humour y est omniprésent et on rit aux éclats au moins tous les quarts d’heure. Cette scène où des adolescents annoncent à leurs parents leur hétérosexualité est particulièrement drôle. Love, Simon est porté par de supers acteurs, que ce soit des pointures qui n’ont plus rien à prouver comme Jennifer Garner et Josh Duhamel, ou les plus jeunes que l’on découvre comme Alexandra Shipp (Abby Suso) ou Logan Miller (Martin Addison), ou ceux que l’on revoit comme le héros Nick Robinson (Jurrasic World, Everything Everything), Kate Langford (13 Reasons Why) et Miles Heizer (13 Reasons Why). Mais mon petit coup de cœur, c’est Natasha Rothwell dans le rôle de la prof tellement blasée qu’elle en est hilarante. Chacune de ses scènes m’ont tuée de rire. Particulièrement une qu’elle conclut avec une punchline bien sentie (« C’est à cause de gens comme vous que je ne veux pas d’enfants ») et qui la rend épique. Même le personnage de Martin, qui pourrait être l’une de ceux que l’on déteste le plus, arrive à être attachant. Au final, ce film ne fait que ressortir nos bons sentiments. On ressent parfois de la peine ou de l’indignation, mais à aucun moment on ne ressent de la haine. 

Love, Simon est un beau film à la fois touchant et drôle au message beau et plein d’espoir. On en ressort avec une envie d’éclabousser le monde de bienveillance, de tolérance et d’amour. À voir et à faire voir au plus grand nombre.

.

Passionnée par les sushis, j’ai appris à maîtriser cet art en regardant mes séries télé préférées. Entre deux makis, je m’intéresse aussi à l’univers d’Harry Potter, de Disney, au cinéma et à la photographie. Sinon, est-ce que je vous ai dit que j’aimais les sushis ?
6 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *