Sous nos yeux - Un début prenant mais une fin décevante !

25/06/2018

Titre : Sous nos yeux

Auteur : Cara Hunter

Editions : Bragelonne

Prix : 20,00 €

Parution : 16 mai 2018

Nombre de pages : 331 pages

Genre : Thriller

Résumé : Alerte enlèvement : la petite Daisy Mason, 8 ans, a disparu lors d’une fête, donnée dans le jardin de ses parents. Elle était déguisée en pâquerette : elle portait une robe, des collants et des chaussures vertes, ainsi qu’une coiffe avec des pétales blancs. Et personne n’a rien vu.

L’inspecteur Adam Fowley, qui prend en charge l’enquête, sait bien que, dans 90% des cas, c’est un proche qui a fait le coup. Il a lui-même perdu un fils, Jake, quelques mois plus tôt. Or, la famille de Daisy compte son lot d’étranges individus : sa mère fait ce qu’elle peut pour préserver les apparences, son père se montre systématiquement sur la défensive, et le petit frère ne dit pas un mot…

Le vernis de respectabilité si cher à ce quartier de la classe moyenne s’effrite peu à peu sous la pression de l’enquête, des rumeurs et des réseaux sociaux. Les Mason, famille modèle, préfèrent parfois le mensonge par omission à la vérité, et des secrets inavouables sont sur le point d’éclater…

.

Comme beaucoup de lecteurs de thrillers, lorsque je vois une phrase d’accroche du même genre que celle présente sur la couverture de Sous nos yeux (« Cara Hunter met la barre très haut ! Le retournement final tient du génie.« , John Marrs), je suis évidemment intrigué. Ce type de promesses entraîne forcément une grosse attente et alors c’est quitte ou double, soit ça passe, soit ça casse. Et malheureusement dans ce cas de figure précis, ce n’est pas vraiment passé pour ma part. Je remercie néanmoins les éditions Bragelonne pour leur envoi.

Malgré mon avis mitigé, je reconnais qu’il y a du bon dans ce roman ; la structure narrative, notamment. Les chapitres sont courts et l’écriture très fluide. L’histoire démarre dès la première page sans longueurs inutiles, plongeant immédiatement le lecteur dans le vif du sujet. S’enchaînent alors interactions, interrogatoires et flashbacks, où les protagonistes sont suspectés tour à tour au fur et à mesure que de nouveaux éléments sont mis en lumière. Une chose est sûre, je n’ai vu ni le temps ni les pages défiler au cours des quelques heures nécessaires pour terminer ce roman hautement addictif. 

Le background de l’enquêteur principal, Adam Fowley, fait également partie des points positifs. Son histoire personnelle est dévoilée petit à petit jusqu’à la révélation finale qui apprend au lecteur le drame qu’il a dû traverser. Un moment plutôt émouvant, je l’avoue. J’aurais en revanche aimé en apprendre davantage sur ses nombreux collègues qui, pour le coup, ne m’ont absolument pas marqué. 

Tout le suspense de l’intrigue repose intégralement sur la disparition de Daisy et sur l’identité du ou des responsable(s) de celle-ci. Comme je vous l’ai dit plus haut, le lecteur change d’opinion sur les personnages pratiquement à chaque page, ce qui, en soi, est une manière efficace de rythmer le récit. Ces romans, en règle générale, ont une qualité qui peut rapidement se transformer en défaut : le dénouement. C’est effectivement celui-ci que nous retenons et qui va déterminer notre avis final, peu importe notre ressenti tout au long de la lecture. D’autant qu’une phrase d’accroche comme celle-ci ajoute un espoir supplémentaire et place, effectivement, la barre très haut. Or, le twist de Sous nos yeux est loin d’être aussi exceptionnel qu’on nous le promet. Je dirais même qu’il est peu crédible et arrive comme un cheveu sur la soupe, en laissant un goût amer dans la bouche lorsqu’on referme le livre. L’idée de base était plutôt bonne mais malheureusement mal exécutée. Beaucoup trop d’éléments demeurent inexpliqués et les nombreuses facilités proposées par l’auteure gâchent le potentiel initial.

En conclusion, Sous nos yeux n’est clairement pas un thriller qui restera gravé dans ma mémoire. J’aurais toutefois tendance à le recommander à ceux qui ne sont pas spécialement habitués au genre et souhaitent simplement se plonger dans une histoire addictive qui les tiendra en haleine du début à la fin.

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *