Bullet For My Valentine - GRAVITY

14/07/2018

Titre : GRAVITY

Groupe : Bullet For My Valentine

Label : Spinefarm Records

Parution : 29 juin 2018

Durée : 41min37

Nombre de titres : 11

Genre : Metalcore/ Heavy Metal


Bullet For My Valentine reviennent avec leur sixième opus : Gravity ! Autant vous dire qu’il n’a pas gravité bien longtemps loin de nos oreilles ! Le 6 avril 2017, Matt Tuck (chant) annonçait sur Twitter que le groupe travaillait sur l’album à venir. Il est sorti le 29 juin dernier et nous ne nous en lassons pas !

Si BFMV nous a habitués à un style plus Heavy Metal, influencé par de grands artistes tels que Iron Maiden, Machine Head ou encore les Guns N’ Roses, leur sixième album marque un tournant dans leur registre, se voulant davantage dans une veine Métalcore évolutif dont les influences sont plus proches de Linkin Park, BMTH ou encore Asking Alexandria. Le groupe ajoute davantage de solos de guitare, mais aussi des parties travaillées en électronique.

La couverture de l’album surprend aussi par son explosion de couleurs, contrastant avec le style graphique assez sombre et marqué du groupe. Là où Venom (2015) était d’une sobriété évidente, en noir et blanc, Gravity, nous éblouit par sa légèreté et sa couleur. Le message est clair : le quatuor étire ses ailes créatives comme jamais il ne l’avait fait auparavant.

Côté son, l’album s’ouvre sur « Leap of Faith », le début est marqué par un rythme électronique accompagnant la voix de Matt qui nous raconte le début d’une histoire :

Too many cuts and too many broken bones
Trop de coupures et d’os brisés
Draining the life, burying skeletons
Drainent la vie, enterrent les squelettes
Do or Die
Fais-le ou meurs
 

Le rythme de cette première chanson est entraînant, on retrouve cette alternance de voix claire et de scream propre à BFMV, avec une impression différente cela dit : les parties électroniques plus douces rendent les moments lourds encore plus écrasants. Le refrain nous reste dans la tête, les rifs de guitare sont rapides, c’est un son lourd qui nous rappelle diaboliquement un autre tube emblématique du groupe : « Your Betrayal ».

« Over It » est le 2e titre de cet album et c’est sans doute l’un des titres les plus durs moralement, du point de vue des paroles : le groupe évoque, à travers lui, la difficulté d’aider quelqu’un qui refuse de l’être, de voir les choses en face.

I know it hurts
Je sais, ça fait mal
I tried to help to ease your pain
J’ai essayé de soulager ta douleur
[…]
You’ve only got yourself to blame
Tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même
And I can’t take this anymore
Je ne peux plus le supporter
I’m over it
Je passe à autre chose
 

Cette impuissance qui mène inexorablement à abandonner, à se résigner face à un problème qui nous dépasse. L’impact de cette chanson reste large, ouvert à bien des situations et il en résulte l’idée de faire un choix, souvent dans son propre intérêt. 

                 

« Letting you go » serait sans doute la chanson idéale pour illustrer cette tempête annonçant une rupture amoureuse. On retrouve ce thème de la passion destructrice entre deux personnes qui ne savent plus si elles s’aiment ou non, qui tend vers une fin, le genre de relation malsaine à laquelle il faut mettre un terme pour le bien de tous. Une impression de « ras-le-bol » se dégage de ce titre, ancré lui aussi dans une idée de résignation. Le groupe annonce la sortie de « Letting you go » le 18 mai 2018, un clip vidéo du titre est réalisé par la suite :

                

« Not Dead Yet » est une chanson qui se veut plus encourageante que les deux précédentes. Il est question ici de vivre pendant que l’on en a encore l’occasion, de ne pas attendre que le temps passe, mais plutôt de l’utiliser à bon escient. Elle contraste d’autant plus avec ce début d’album qui se profile avec une alternance de hauts et de bas, hésitant entre espoir et renoncement.

« The Very Last Time » est mélodique, mélancolique et poursuit avec plus de contraste l’oeuvre de « Not Yet Dead » en abordant ici aussi les thèmes de l’abandon, de la perte. On retrouve l’idée de culpabilité noyée dans un discours adressé à quelqu’un de non défini. Matt nous berce avec émotion, nous incitant à croire qu’il traverse une situation difficile « pour la toute dernière fois ». Cette chanson peut aussi compter dans les chansons « Up » que contient l’album, portant un message très fort :  nous sommes plus forts que ce que l’on veut bien croire, nous ne devons pas nous laisser briser par la vie ou les autres. Elle gravite entre les deux, assurément. 

« Piece of me » contraste et fait retomber l’album dans une vague « Down », descendante. Un texte dur, plein de reproches, illustrant le cas d’un tiers qui tente de nous briser. Le groupe pousse à la riposte :

Let it sink, don’t swim
Laisse couler, ne nage pas
I was in too deep
J’étais trop au plus bas
But I can’t let you take another piece of me
Mais je ne te laisserai pas prendre une autre part de moi
You can break me down
Tu ne peux pas me briser
 

On note aussi le solo de guitare clôturant le morceau qui lui confère un dernier moment de dureté.

« Under Again » est une très belle chanson, un appel à l’aide pour ceux qui se sentent perdus, prêts à couler. Cette chanson illustre le sentiment de lâcher prise, de s’enfoncer de plus en plus, seul, dans les ténèbres, si personne ne nous vient en aide. Là encore, on retrouve cette hésitation à se retrouver entre deux états, entre ce sentiment de désespoir et ce besoin de se retrouver : « To put me back together ». « Under Again » est l’une des chansons qui illustrent le mieux la dépression qu’a connue Matt Tuck l’an passé, une année très difficile pour le chanteur de BFMV qui a su tirer de cela des émotions et des expériences fortes que l’on retrouve dans cet album. Il y a, dans une chanson, un poids incroyable alors que le rythme la rend extrêmement simple. Un coup de cœur pour nous !

« Gavity » donne son titre éponyme à l’album. Essentiellement chantée en voix claire, c’est une des chansons « Up » de l’opus, avec « Not Dead Yet » qui illustre elle aussi le renouveau de Bullet For My Valentine dans une vague plus contemporaine.

Forgiven, forgotten
Pardonné, oublié,
Not looking for apologies
Ne pas chercher d’excuses
It feels like I’m broken
J’ai l’air d’être brisé,
But I know I’m gonna be alright
Mais je sais que je vais bien
 

On vous a pourtant dit que BFMV ouvrait ses ailes vers de nouveaux horizons musicaux. Avoir un multi-instrumentiste comme Jason joue un rôle important dans l’orientation du groupe. Le point de vue d’un musicien qui a fait son nom dans PITCHSHIFTER, KILLING JOKE et POP WILL ITSELF ne doit pas être ignoré. « Le groupe n’a jamais été aussi prêt à explorer l’inexploré », déclare Matt Tuck.

Si « Coma » commence avec une douceur et une douleur palpables, elle nous surprend également en contenant l’un des riffs les plus lourds que ce groupe ait jamais mis dans une chanson. Un véritable cri qui se révèle être un défi de taille dans leur carrière, un mouvement courageux effectué par le groupe à qui nombre de fans reprochaient de s’enliser depuis quelques années. Si Venom avait ouvert la voie à BFMV, Gravity et « Coma » mettent un point d’honneur à cette recherche de nouveauté, d’évolution.

« Don’t Need You » était déjà sorti en 2016, ayant donné suite à un clip vidéo. Le groupe a enregistré une nouvelle version pour cet opus 2018. Nous avons écouté les deux morceaux pour vous donner nos impressions : à chaud, la version 2018 semble plus lourde que la précédente, insufflant plus de hargne et de rage dans ce titre déjà explicite, impression qui reste personnelle puisqu’en comparant les deux versions après coup, elles sont très proches. Cette différence repose davantage sur le ressenti global du titre au sein de l’album que dans sa version initiale.

                    

L’acoustique dépouillée de « Breathe Underwater » capte notre oreille en une seconde et touche notre cœur tout aussi rapidement. Avec cette chanson, BFMV nous offre un côté d’eux n’ayant jamais été entendu auparavant, une véritable avalanche d’émotions, qui ne sera peut-être pas du goût de tous, mais qui aura le mérite d’intriguer. Il est clair qu’avec le batteur Jason Bowld, qui rejoint le chanteur / fondateur Matt Tuck, le pianiste Michael « Padge » Paget et le bassiste Jamie Mathias, c’est un groupe qui renaît grâce à un album qu’ils qualifient eux-mêmes de « simple ». Matt affirme par la suite que l’album est « vraiment une représentation de ce que j’ai vécu ces deux dernières années, malheureusement… mais maintenant, j’en suis sorti. ».

Une chose est sûre, chez NiNeHank, nous ne sommes pas près de les perdre de vue ! Un très bon album dans l’ensemble, des émotions et de belles révélations. Si les Bullet gardent les éléments faisant leur réussite, ils ont su prendre des risques et ajouter des sonorités encore jamais utilisées par le groupe, un album important pour Matt Tuck qui nous touche. Pari tenu. 

Le groupe sera en concert à Paris le 6 novembre 2018 avec deux groupes que nous aimons beaucoup également : Nothing More et O Mice&Men.

La curiosité vous poussera-t-elle à nous rejoindre lors de cette unique date en France ?

Retrouvez également un article plus détaillé reprenant diverses interviews de Matt Tuck concernant la sortie de cet album. Des révélations, des explications quant aux thèmes, aux textes, relevant d’événements vécus par Matt lui-même. L’utilisation de sonorités synthétiques, etc. 

On vous dit tout juste ici : 

Matt Tuck nous livre les secrets de « Gravity »

.

Quand Ronnie Radke dit « Daddy should’ve never raised me on Black Sabbath! », je remercie sincèrement le mien de l’avoir fait. Née au début des années 90, j’ai grandi au son d’une vieille platine et des vinyles 33T d’AC/DC, Iron Maiden, Led Zepplin et tant d’autres encore. Passionée d’art, de littérature, de voyage et de photographie, je me suis vite rendu compte, pourtant, que sans musique, la vie n’a pas de saveur. C’est pourquoi je m’efforce, au quotidien, de faire partager cet outil qui transcende toutes les langues au monde.
2 I like it
0 I don't like it

One Comment

  1. you are actually a good webmaster. The website loading velocity is amazing. It seems that you are doing any distinctive trick. In addition, The contents are masterpiece. you've done a excellent process on this subject!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *