Dernière danse - La fin de l'ère Mary Higgins Clark ?

09/07/2018

Titre : Dernière danse

Auteur : Mary Higgins Clark

Editions : Albin Michel

Prix : 22,50 €

Parution : 9 mai 2018

Nombre de pages : 352 pages

Genre : Suspense

Résumé : Musique, rires et flirts : on n'est pas sérieux quand on a presque dix-huit ans ! Kerry profite de l'absence de ses parents pour organiser une grande fête de fin d'année. Ce sera sa dernière danse : au petit matin, le corps sans vie de la jeune fille est retrouvé au fond de la piscine.
La thèse de l'accident écartée, la famille de Kerry doit se résigner à l'idée qu'elle a été tuée par un membre de son cercle proche. Son petit ami, avec lequel elle s'est disputée pendant la fête ? Jamie, le voisin de la famille, dont la mère retrouve une pile de vêtements mouillés dans un coin de sa chambre ? Un de ses camarades de classe ?
Aline, sa soeur aînée, qui vient juste d'être nommée conseillère d'orientation dans le lycée de Kerry, est peut-être la mieux placée pour découvrir la vérité. Mais ce sera au péril de sa vie.

.

On ne va pas se mentir, Mary Higgins Clark est devenue une auteure incontournable de la littérature à suspense qu’elle a su marquer à sa manière. Avec plus d’une cinquantaine de romans et de recueils de nouvelles à son actif, elle s’est entourée au fil du temps d’un public fidèle qui la suit depuis de nombreuses années. Cependant, et ce malgré ses premiers écrits, souvent considérés comme étant des classiques du genre, on lui reproche de plus en plus un manque d’inventivité flagrant. Là où La Nuit du renard ou La Clinique du Docteur H ont été, à l’époque, précurseurs, les derniers romans de l’auteure souffrent pourtant d’un style vieillot et d’intrigues réchauffées. En l’occurrence, Dernière danse m’a déçu pour plusieurs raisons, au point de m’interroger sur l’avenir de Mary Higgins Clark dans le monde littéraire. 

Bon, pour être honnête, je ne suis pas vraiment inquiet pour elle. Je pense qu’elle continuera à écrire tant que ses lecteurs continueront à acheter ses livres. En revanche, je ne suis pas certain que ceux-là resteront longtemps gravés dans les mémoires. Et pour cause, une écriture bien trop simpliste, parfois même laborieuse (même si pour le coup, je ne peux juger que la traduction), des histoires qui se ressemblent toutes (que ce soit dans la trame narrative ou dans la construction du récit), des personnages toujours caricaturaux et, surtout, un manque de profondeur évident qui ne convainc pas. 

Dernière danse n’échappe malheureusement pas à la règle. L’incipit est certes intrigant mais très vite on se lasse des éternels va-et-vient entre les différents suspects. C’est toujours la même chose et tout au long des 300 pages, on ne fait que tanguer entre untel et untel, pour qu’au final (surprise !) le coupable soit un autre. En lui-même, ce principe fonctionne et c’est même ce qu’on attend généralement d’un thriller. Faut-il encore que ce soit bien exécuté… Or, la résolution finale de Dernière danse arrive un peu comme un cheveu sur la soupe et est tout aussi invraisemblable que le meurtrier est prévisible. 

Vous l’aurez compris, j’aurais tendance à vous déconseiller ce roman qui se lit certes très rapidement mais qui n’en demeure pas moins décevant dans sa globalité. Quant à moi, je me demande si je ne vais pas plutôt essayer de me procurer les premiers romans de l’auteure au lieu de me jeter sur ses dernières publications !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *