Dividing Eden - Un premier tome idéal pour les débutants !

13/07/2018

Titre : Dividing Eden

Auteur : Joelle Charbonneau

Editions : Milan

Prix : 15,90 €

Parution : 6 juin 2018

Nombre de pages : 312 pages

Genre : Fantasy/Young Adult

Résumé : Lorsque leur père le roi et leur frère aîné meurent, les jumeaux Carys et Andreus doivent s'affronter dans une série d'épreuves pour déterminer lequel des deux régnera sur le royaume d'Eden.
Eux qui n'ont jamais pensé à accéder au pouvoir et qui ont passé toute leur vie à se protéger mutuellement se retrouvent en concurrence pour la première fois. Andreus bénéficie du soutien du Conseil, Carys de celui du peuple. Impossible a priori de les départager, mais, dans l'ombre, chacun intrigue pour voir son favori monter sur le trône.
Malgré leur attachement, s'engage une bataille sans merci entre le frère et la sœur. Jusqu'où sont-ils capables d'aller pour obtenir la couronne ? Peuvent-ils continuer à se faire confiance ? Doivent-ils écouter les conseils de ceux qui, prétendument pour leur bien, les éloignent l'un de l'autre ?

.

J’aimerais commencer cette chronique en parlant de Joelle Charbonneau. J’avais beaucoup entendu parler d’elle au moment de la sortie de sa trilogie L’élite et j’étais alors persuadé qu’il s’agissait d’une auteure francophone. Or, j’ai appris récemment qu’elle était américaine ! Le savoir ne change strictement rien à mon ressenti mais j’ai cru bon de le mentionner car il est vrai que la sonorité de son nom peut porter à confusion. 
En ce qui concerne le roman, il s’adresse vraiment à un public débutant en fantasy. Les amateurs du genre peuvent évidemment le lire mais la narration plutôt classique est susceptible de les décevoir. Pour ma part, Dividing Eden m’a fait passer un très bon moment pour lequel je remercie les éditions Milan. 

Le gros point positif de cette histoire est le style de Joelle Charbonneau. Il est à la fois fluide, dénué de descriptions laborieuses, tout en étant riche et efficace. Les chapitres sont assez longs mais ils sont toujours parfaitement équilibrés entre action, découverte de l’univers et approfondissement de l’intrigue. Cette dernière est d’ailleurs solide, sans fausses notes, bien qu’elle demeure un brin « banale » et manque souvent d’originalité. C’est justement pourquoi un grand lecteur de fantasy risque de s’ennuyer, contrairement à un débutant. 

D’autre part, les personnages introduits au fur et à mesure de l’histoire ont chacun un rôle spécifique à jouer. En ce sens, ils sont assez linéaires et manquent d’approfondissement. A part une ou deux surprises, la plupart des protagonistes ont donc gardé le même rôle du début à la fin…
Carys et Andreus, quant à eux, m’ont agréablement étonné bien que j’ai trouvé l’évolution de ce dernier trop précipitée. Le roman aurait franchement gagné à faire 200 à 300 pages de plus, aussi bien pour complexifier l’intrigue et creuser les personnages qu’exploiter davantage l’univers.

En règle générale, j’ai trouvé que tout allait trop rapidement. Le projet de base est vraiment intéressant mais la façon de le développer est malheureusement simpliste. Je suis néanmoins curieux de voir ce que l’auteure a prévu pour la suite car la fin, plutôt inattendue, laisse présager une conclusion explosive et pleine de révélations ! Beaucoup de mystères entourent encore le destin des deux héros et je suis franchement impatient de découvrir le sort qui leur est réservé.

En conclusion, j’aurais tendance à vous recommander Dividing Eden si vous n’êtes pas familiers avec le genre ou si, tout simplement, vous souhaitez passer un agréable moment sans vous prendre la tête. Dans un cas comme dans l’autre, ce premier tome saura sans aucun doute combler vos attentes !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
1 I like it
0 I don't like it

4 Comments

  1. Je ne vois pas en quoi le terme débutant convient dans cette critique. Les lecteurs qui se dirigent vers la fantasy, même s’ils ne sont pas adeptes du genre, ont le droit à une intrigue complexe!!!!! Dire que le roman s’adresse à un public jeune me paraît plus pertinent....

    • Alors je ne suis pas d'accord avec toi :) Si tu n'as jamais lu de fantasy, je ne te conseillerais pas de te lancer dans du Martin ou du Hobb par exemple ;) Et Dividing Eden ne s'adresse pas forcément à un public jeune, au contraire. Donc je maintiens que ce roman est destiné à des lecteurs débutants en fantasy dans le sens où l'intrigue est plutôt classique (et risque donc de sembler peu originale pour un accro du genre) mais efficace.

  2. Une maison d’edition Jeunesse, un auteur de littérature jeunesse ou pour adolescents... ce roman m’a tout l’air de s’adresser à un public jeune ou jeune adulte. :) Je réitère une intrigue « classique » (on devrait plutôt dire convenue) ne signifie pas lecteur débutant dans un genre. Au contraire il faut être exigeant pour captiver un lecteur! Et personnellement je recommande au contraire Terry Pratchett ou Lovecraft, les maîtres de la fantasy, pour commencer dans le genre ;)

    • Je pense pas qu'on n'arrivera à se mettre d'accord :)
      Je n'ai jamais lu les auteurs que tu cites et leurs oeuvres ne me tentent pas spécialement. Pourtant, j'adore la fantasy. Et quand j'ai commencé à découvrir le genre, j'ai débuté par des romans plus accessibles (tel que celui-ci). Ça n'a rien à voir avec l'exigence. Quand tu ne maîtrises pas un sujet, tu y vas en douceur. Le but n'est pas d'assommer un lecteur débutant avec de la fantasy complexe mais de lui montrer ce que ce genre peut proposer.
      Par rapport à Dividing Eden, si tu le conseilles à une personne qui ne connaît rien à la fantasy, ce sera un bon moyen de savoir si elle aimera d'autres romans plus complexes dans le même genre. Un adulte peut totalement lire ce roman et l'apprécier, il n'est selon moi pas destiné à la jeunesse même si l'univers est moins bien exploité que d'autres.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *