GLOW, saison 2 : encore mieux que la saison 1 !

18/07/2018

Titre : GLOW

Créée par : Carly Mensch, Liz Flahive

Avec : Alison Brie, Betty Gilpin, Sydelle Noel, Marc Maron, Kate Nash, Chris Lowell, ...

Format : 30 minutes

Diffusion : Netflix

Genre : Comédie, Drame

Résumé : Ruth Wilder, une actrice en mal de notoriété, trouve dans le monde du lycra et des paillettes du catch féminin une dernière chance de se faire un nom. Obligée de travailler avec douze marginales d'Hollywood, Ruth est aussi en concurrence avec Debbie Eagan, ancienne actrice de soap.

GLOW a fait son retour sur Netflix le 29 juin dernier, et quel retour ! C’est un réel plaisir de retrouver les femmes fortes et puissantes des Glorious Ladies Of Wrestling. Les sujets sont encore plus forts que dans la saison 1 et forcément, c’est encore plus prenant et plus fou à regarder : viols et agressions sexuelles dans le milieu du show biz, drogue, l’introduction d’un personnage gay avec une nouvelle catcheuse intéressante et attachante, l’homosexualité et le SIDA dans les années 80, le quotidien difficile des mères célibataires, le divorce, le mariage blanc, … Tous ces sujets sont abordés et contrairement à ce que ça a l’air, ce n’est pas du tout un fourre-tout. Ils sont bien traités même s’ils ne le sont pas en profondeur. Peut-être dans la saison 3 ? 

Cette fois, la saison 2 ne tourne pas uniquement autour de Ruth (Alison Brie). Tous les autres personnages sont beaucoup plus développés que dans la saison précédente. Mon petit coup de cœur, c’est Tammé (Kia Stevens), aka « The Welfare Queen » (en français, « La Reine des Aides Sociales » – oui c’est de l’humour noir, oui c’est du racisme, mais c’est p*ta*n de drôle). On la découvre sous un nouveau jour et elle se révèle être extrêmement touchante et émouvante. Derrière cette grande femme imposante, mordante et drôle, se cache en réalité une mère célibataire fière de son fils et très attachante. D’autres personnages, comme Debbie (Betty Gilpin) ou Sam (Marc Maron), sont surprenants : on les déteste puis on les aime, on les aime puis on les déteste. Et c’est précisément la belle réussite de GLOW : les personnages principaux sont tellement humains. Ils ne sont ni gentils ni méchants, ils sont réalistes avec leurs défauts et leurs qualités. Du coup, il est facile de s’identifier à eux. D’autres sont plus caricaturaux mais participent à l’humour du show, qui reste une comédie malgré un côté dramatique plus développé cette saison.

Il y a un épisode qui m’a particulièrement marqué et plu. Pour les fans de rétro et/ou des années 80, c’est un bijou. Il s’agit de l’épisode 8. Cet épisode a été tourné intégralement en 4/3 avec la qualité des années 80, les effets spéciaux, la musique et la façon sitcom de l’époque. C’est une pépite. A mon sens, c’est même le fleuron de la saison. C’est magique. Pour le coup, il n’y a pas de mise en abîme : nous ne regardons pas une série qui met en scène une série. Nous avons réellement regardé un vrai épisode de GLOW, comme le regarderait un téléspectateur américain lambda dans les années 80 ! Et c’est incroyable de voir la folie de l’époque. C’est fou mais c’est à mourir de rire de voir quels étaient les us et coutumes des séries à ce moment. C’est coloré et c’est pétillant. On adore.

Dans cette saison, il y a encore plus de scènes de catch. Et elles sont particulièrement réussies et très esthétiques, encore plus que dans la saison 1. D’ailleurs, dans la première saison, nous avions cette frustration d’avoir dû attendre jusqu’au dernier épisode pour les voir complètement habillées et maquillées comme des catcheuses. Cette fois, chaque épisode a sa scène. C’est très beau à voir.

On sent toujours et même encore plus la pâte Orange Is The New Black. Comme dans la première série, plus on avance dans le temps, plus c’est profond et plus il y a de drames. De plus, des triangles amoureux se forment, rendant le tout encore plus passionnant à suivre. Et tout cela va crescendo au fil de la saison. GLOW se termine en beauté mais surtout avec une grosse ouverture qui nous fait sincèrement espérer qu’il y aura une saison 3. Surtout que les deux créatrices ont récemment déclaré avoir déjà le scénario de la saison 3 en tête et même des idées pour d’autres futures saisons ! De plus, GLOW a été nommée dans plusieurs catégories pour les Emmy 2018 dont « Meilleure série comique » et « Meilleure actrice secondaire » pour Betty Gilpin (qui joue Debby). On attend donc plus que le feu vert de Netflix… 

.

Passionnée par les sushis, j’ai appris à maîtriser cet art en regardant mes séries télé préférées. Entre deux makis, je m’intéresse aussi à l’univers d’Harry Potter, de Disney, au cinéma et à la photographie. Sinon, est-ce que je vous ai dit que j’aimais les sushis ?
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *