Le Roi des Cendres - Un premier tome introductif mais efficace !

28/07/2018

Titre : Le Roi des Cendres

Auteur : Raymond E. Feist

Editions : Bragelonne

Prix : 25,00 €

Parution : 13 juin 2018

Nombre de pages : 480 pages

Genre : Fantasy

Résumé : Garn abritait cinq grands royaumes jusqu’à ce que le roi d’Ithrace et toute sa famille soient exécutés par l’ambitieux souverain de Sandura.

Ithrace était gouverné par les légendaires Firemane à la crinière de feu, craints par les autres monarques. Désormais, il ne reste plus que quatre grands royaumes au seuil de la guerre. Mais on raconte que le fils du dernier roi d’Ithrace a survécu et qu’il est aux mains d’une société secrète nommée Quelli Nacosti, qui s’illustre dans l’infiltration des puissants. Inquiets, les quatre rois offrent une énorme récompense en échange de sa tête.

Dans un petit village pacifique, Declan, apprenti forgeron, découvre les secrets de la fabrication du mythique acier royal. Jusqu’à ce que la guerre vienne à lui. Declan doit alors fuir et offrir ses précieuses connaissances au souverain de Marquensas, qui est peut-être le seul à pouvoir vaincre Sandura.

Pendant ce temps, dans le domaine secret de Quelli Nacosti, trois amis apprennent l’art de l’espionnage et de la mort : Donte, Hava et Hatu, à la chevelure d’un roux éclatant…

.

Je m’avance peut-être, mais il me semble que Raymond E. Feist est devenu une référence dans la fantasy adulte. Je voulais initialement commencer ma découverte de l’auteur avec sa saga incontournable des Chroniques du Krondor mais devant le nombre impressionnant de tomes, mon enthousiasme a tendance à se refroidir. C’est pourquoi, lorsque j’ai eu l’occasion de recevoir Le Roi des Cendres, je n’ai pas hésité bien longtemps. Et je peux vous dire que je suis très heureux d’avoir enfin franchi le cap ! Je me languis désormais de me plonger dans le reste de la bibliographie de l’auteur, mais en attendant je remercie les éditions Bragelonne pour leur envoi ! 

Alors clairement, on est loin ici de la fantasy Young Adult que j’ai l’habitude de lire. Le Roi des Cendres est le premier tome d’une saga complexe, riche, parfois difficile à aborder mais ô combien passionnante. Ce n’est pas le genre de romans qu’on dévore mais qu’on savoure. D’une part à cause de sa densité, des nombreuses descriptions et du faible taux de dialogues en comparaison. De l’autre à cause du style, plutôt soutenu et élaboré. 

Pour ceux qui se demandent, comme c’est souvent le cas, Le Rois des Cendres est un tome introductif. Peu d’action, beaucoup de mise en place. D’un côté, cela me semble logique. Le lecteur doit d’abord se familiariser avec l’univers créé par l’auteur, apprendre à connaître les personnages et comprendre le fonctionnement politique avant d’être complètement à l’aise. On assiste donc à une narration progressive, assez lente, au cours de laquelle l’auteur présente un à un ses protagonistes. 

On va principalement en suivre deux : Hatu et Declan. Le premier est un orphelin qui, depuis son plus jeune âge, est voué à devenir un espion tueur. Envoyé aux quatre coins du monde en mission, il est constamment au coeur d’intrigues politiques et assiste avec attention aux jeux de pouvoir. Le second est un jeune forgeron, contraint de fuir son village suite à une attaque de mercenaires. Au cours de son voyage, lui qui n’était jamais sorti de sa forge, découvre un monde en plein changement où les révoltes se multiplient et une nouvelle religion émerge…

Malgré les longueurs, j’ai adoré ma lecture qui aborde différents aspects très interessants qui vous tiennent en haleine. Personnellement, ce sont justement des sujets tels que les intrigues politiques, les manigances à la cour et les problématiques soulevées par les différentes croyances qui me passionnent en fantasy, surtout lorsqu’ils font écho à l’actualité…

En somme, j’aurais tendance à recommander Le Roi des Cendres à tous les amateurs du genre, que vous connaissiez déjà ou non l’auteur. Pour ma part, je lirai avec plaisir la suite car je me suis vraiment attaché aux personnages, sans parler de la fin qui promet un deuxième tome explosif ! 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *