Nous sommes Bob, tome 1 - De la science-fiction à l'état pur

27/07/2018

3

Titre : Nous sommes Bob, tome 1 : Nous sommes Légion

Auteur : Dennis E. Taylor

Editions : Bragelonne

Prix : 17,90€

Parution : 13 juin 2018

Nombre de pages : 384 pages

Genre : Science-fiction

Résumé : Bob Johansson vient de vendre son entreprise d’informatique et a hâte de pouvoir enfin profiter de la vie. Tant de lieux à visiter, de livres à lire et de films à voir... Il est donc un peu injuste qu’il se fasse écraser en traversant la rue. Lorsque Bob revient à lui, un siècle plus tard, c’est pour découvrir que les « congelés » n’ont aucun droit, et qu’il appartient désormais au gouvernement. Téléchargé dans un ordinateur, il est pressenti pour devenir l’IA aux commandes d’une sonde interstellaire destinée à la recherche de planètes habitables. Les enjeux sont considérables. S’il refuse cet honneur, on l’éteindra, et un autre prendra sa place. S’il accepte, il deviendra une cible de choix. Au moins trois autres puissances tentent d’être les premières à envoyer leur sonde, et tous les coups sont permis. Pour Bob, l’endroit le plus sûr, c’est dans l’espace, le plus loin possible de la Terre. C’est du moins ce qu’il croit. Parce que l’univers regorge de mauvaises surprises, et les intrus sont mal vus. Très mal vus...

.

Le gros point positif de ce roman réside dans son humour. Bob est quelqu’un d’optimiste malgré le fait que sa vie ne soit pas drôle et qu’il doive surmonter quelques épreuves sentimentales. Même après sa mort (qui n’est pas un spoil puisque c’est l’élément déclencheur de cette histoire), il reste positif et franchement drôle. Rien ne l’arrête, même si les gens en face de lui ne sont pas particulièrement réceptifs. Personnellement je suis très friande de ce genre d’humour avec beaucoup d’autodérision donc j’ai passé un bon moment.

Cela étant dit, les choses prennent un tournant beaucoup plus sérieux très rapidement et malheureusement, c’est à partir de ce moment-là que j’ai un peu décroché. Je ne suis, à la base, pas fan de science-fiction mais l’histoire me semblait vraiment intéressante. Le problème, c’est qu’une partie du roman est très technique, avec non seulement du vocabulaire pointu mais aussi des tournures de phrases assez compliquées à comprendre. On a plus l’impression de lire une notice qu’une fiction et ça n’est pas forcément agréable. Après, c’est parce que je ne m’y connais absolument pas en ingénierie ou ce qui se déroule dans l’espace mais ceux qui s’y intéressent trouveront chaussure à leur pied.

J’aurais aussi aimé en savoir un peu plus sur la manière dont le monde est soudainement devenu une théocratie mais c’est sans doute mon côté historienne qui ressort. On a une version très condensée qui nous est délivrée dans la première moitié du livre mais je pensais qu’on en apprendrait plus. Ça ne change rien à l’histoire cependant, je souhaitais juste vous en faire part.

La seconde moitié du roman est un peu plus lente bien qu’intéressante puisqu’on passe d’un seul point de vue (Bob) à plusieurs points de vue (les différentes versions de Bob) qui sont tous uniques, même si à la base ils sont tous Bob. Leurs personnalités sont toutes intéressantes, parfois drôles, parfois moins et ils ont tous une intrigue différente, de sorte que ça n’est pas répétitif et que chaque personnage a son importance. En revanche, c’était un peu trop lent pour moi.

Globalement, c’est un roman de science-fiction accessible même aux amateurs comme moi qui n’y connaissent rien, malgré certaines parties techniques. C’est drôle, ça se lit facilement et l’auteur trouve sans arrêt quelque chose de nouveau à intégrer à son histoire, ce qui est agréable. On pourrait croire que c’est un roman davantage drôle que sérieux mais ne vous fiez pas aux apparences, il s’agit d’un pur roman de science-fiction très largement comparé à Seul sur Mars d’Andy Weir qui peut plaire à n'importe quel public. 

.

1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *