Asking Alexandria : Un groupe, un hommage.

11/08/2018


     Le 19 mars 2018, le groupe de métalcore américain Asking Alexandria, composé de Danny Worsnop (chant), Benjamin Bruce (guitare), Cameron Liddell (guitare), James Cassell (basse) et Sam Betley (batterie), a voyagé de Phoenix en Arizona jusqu’au Camp Schwab à Okinawa, au Japon, pour jouer devant les Marines américains se trouvant sur cette base. Le groupe a passé quelques jours en leur compagnie, partageant leur quotidien, nous offrant de magnifiques images ainsi que de belles valeurs au passage. 

     Le Camp Schwab est une base du corps des Marines des Etats-Unis d’Amérique se trouvant au Nord-Est de la préfecture d’Okinawa au Japon. Le camp abrite actuellement le 4e Régiment de la Marine ainsi qu’un bataillon de reconnaissance et d’assaut de combat. En tout, c’est 28.000 militaires qui évoluent sur cette base. Cette dernière a été créée en 1959 en l’honneur d’Albert E. Schwab, récipiendaire de la Médaille d’Honneur, tué au combat durant la bataille d’Okinawa qui se déroula du 1er avril au 22 juin 1945

     Le groupe reprend l’une de ses chansons fortes, ‘Someone, Somewhere‘, issue de leur album Reckless and Relentless sorti en 2011. Une première version acoustique de cette chanson avait été ajoutée en piste bonus sur From Death to Destiny en 2013, chantée par Benjamin Paul Bruce, guitariste du groupe. En vue de ce voyage au japon, Danny et Ben la retravaillent une fois de plus, l’adaptant quelque peu afin d’en faire une chanson ‘hommage’ : 

Even though I’m on my own
Même si je suis livré à moi-même
I know I’m not alone
Je sais que je ne suis pas seul
Cause I know there’s someone, somewhere
Car je sais qu’il y a quelqu’un, quelque part 
Praying that I make it home
qui prie pour que je rentre à la maison
[…]
It’s hard just to be strong
C’est dur d’être fort 
Not knowing if I’ve done you proud
en ne sachant pas si ce que je fais te rend fier
I like to imagine
J’aime imaginer
You smile when you hear my songs
ton sourire quand tu entends mes chansons  
 
 
« Cette chanson a été retravaillée pour célébrer et honorer ces incroyables militaires, hommes et femmes, ainsi que leur famille aux quatre coins du monde. »

« Merci pour ce que vous faites. »

Nous vous laissons un instant pour admirer ces quelques photos du groupe à la base : 

 
 
     Nous avons retrouvé un mot de Danny Worsnop sur Twitter, mot qui a été relayé sur le compte du groupe par la suite et qui explique comment les choses se sont déroulées : 
 

 

« Plus tôt cette année, Ben et Moi avons réécrit une chanson qui parlait de la difficulté d’être loin de nos êtres chers lorsque nous étions en tournée pour la dédicacer et montrer notre respect à ces militaires, hommes et femmes, vétérans et disparus, partout dans le monde. Puis, nous avons pris un vol pour Okinawa afin de passer du temps avec les troupes stationnées là-bas et faire un concert. Le voyage dans son intégralité a été filmé par @sanjayparkhphoto, qui l’a ensuite monté en une vidéo. 

Merci à vous tous servant actuellement votre pays. Continuez de mener les bonnes batailles et rentrer à la maison saufs. Merci à nos vétérans, pour votre sang, votre sueur et vos pleurs qui nous accordent une liberté et une sécurité que nous prenons trop souvent pour acquises. 

Et plus que tout, merci à tous ces héros tombés, qui ont fait cet ultime sacrifice pour leur pays et les millions d’étrangers le composant. Nous leur dédions cette journée. Prenons le temps de nous souvenir et de les honorer. »

 

 

 

 

Le clip vidéo en lui-même est disponible en libre écoute sur YouTube, accompagné d’une version acoustique de ‘Someone, Somewhere’ interprétée par Danny et Ben. Nous vous mettons le lien de cette magnifique vidéo réalisée par Sanjay Parikh juste en-dessous :  

     Pour ceux qui sont allés ou iront au bout des 6mn51 de cette vidéo, vous remarquerez que certains militaires se sont prêté au jeu, adressant un mot aux membres du groupe, en remerciements ou autres. Nous vous traduisons ce que deux/ trois d’entre eux confient à travers l’objectif  : 

«  Je voulais sincèrement remercier Asking Alexandria d’être venu jusqu’ici et d’avoir eu cette attitude envers nous, j’apprécie vraiment qu’ils aient pris le temps de venir jouer pour nous. Nous apprécions vraiment, merci beaucoup. »

« Ça sera la première fois que je verrai le groupe en personne, je suis vraiment impatient de les voir demain et de passer un moment qui déchire avec eux. »

«  Je suis vraiment excité à l’idée de voir Asking Alexandria ici, car j’aime réellement leur musique et mes enfants aiment leur musique. »

     Nous sous-estimons souvent le métier de militaire, que nous oublions vite que, sans eux, sans leur dévouement, le monde sombrerait dans un beau chaos. Qu’ils donnent de leur personne, se privent par devoir, par amour de leur patrie, par amour de leur prochain. Qu’ils sont parfois loin de chez eux, loin de leurs proches.

 Ils ont droit à tout notre respect.

Nous tenions, chez NiNeHank, à participer à cet hommage, à notre échelle, avec vous. 

« Merci à tous ces hommes et ces femmes, du monde entier,
 qui sacrifient leur temps et leur vie pour nous garder en sécurité. »
 
 
A letter home
Une lettre à la maison
And I know we don’t speak much
Et je sais qu’on ne se parle pas beaucoup
And we both know I’m not keen to
Nous savons tous les deux que je n’en ai pas très envie
But I think there’s things I’ve left unsaid
Je pense qu’il y a des choses que je n’ai pas dites
 
I’m okay, don’t worry
Je vais bien, ne t’en fais pas 
I try to be a better men
J’essaie d’être un homme meilleur
Oh God ! I try it
Oh Dieu, j’essaie. 
 
 
Someone, Somewhere
Quelqu’un, quelque part
Quand Ronnie Radke dit « Daddy should’ve never raised me on Black Sabbath! », je remercie sincèrement le mien de l’avoir fait. Née au début des années 90, j’ai grandi au son d’une vieille platine et des vinyles 33T d’AC/DC, Iron Maiden, Led Zepplin et tant d’autres encore. Passionée d’art, de littérature, de voyage et de photographie, je me suis vite rendu compte, pourtant, que sans musique, la vie n’a pas de saveur. C’est pourquoi je m’efforce, au quotidien, de faire partager cet outil qui transcende toutes les langues au monde.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *