Chroniques de Zi #2 - Une déception

13/08/2018

3

Titre : Les Chroniques de Zi #2 - Nara

Auteur : Jean-François Chabas

Editions : Nathan

Prix : 15,95€

Parution : 5 juillet 2018

Nombre de pages : 235 pages

Genre : Fantasy, jeunesse

Résumé : Perdue au cœur des Monts Jaunes, la princesse Nara tente d'échapper à l'Ogre. Elle ne sait pas que Phelan et Turi se sont élancés sur ses pas pour tenter de la sauver. Eux ignorent que la princesse est sous le coup d'une terrible malédiction, depuis son enfance : quiconque lui apportera de l'aide la condamnera à une mort certaine… Or Phelan et Turi sont prêts à tout pour l'aider !

.

Je vous parlais il y a quelques mois déjà du premier tome des Chroniques de Zi, un roman jeunesse qui m'avait un peu laissée perplexe. Évidemment, j'attendais impatiemment la lecture du tome deux pour en découvrir plus, puisque le premier tome m'avait fait l'impression d'une introduction à l'univers de l'auteur. Bien sûr, quand j'ai su que le tome deux était disponible, je me suis empressée de le lire pour en savoir plus sur le monde de Jean-François Chabas.

Et alors, ça donne quoi ce deuxième tome des Chroniques de Zi ?

Eh bien pour être tout à fait honnête, je n'ai pas trouvé tout ce que j'attendais dans ce second roman. Rappelez-vous, dans le premier tome, nous suivions deux personnages, Phélan et Turi, partis à la recherche de la princesse Nara. Il est dit que cette dernière est entrée par mégarde sur le domaine d'un ogre invincible. Le jeune Phélan, éperdument amoureux de la princesse, ne peut se résoudre à faire son deuil et décide d'aller la sauver lui-même, accompagné de son acolyte, Turi.

La première chose dont je me suis rendu compte, c'est que j'avais finalement gardé assez peu de souvenirs du premier tome, même si je me rappelais avoir passé un bon moment lors de ma lecture. Et – tous les lecteurs le savent – il n'est jamais bon de ne pas se souvenir d'un livre que l'on a lu il y a moins d'un an. J'ai donc mis un peu de temps avant d'arriver à me plonger réellement dans le récit, le temps de me réapproprier les personnages.

Il faut dire aussi que ce tome change totalement la perspective du lecteur, puisque le personnage principal est désormais la princesse Nara. Dans l'absolu, c'est un ressort narratif que j'apprécie parce qu'il permet de surprendre le lecteur et de changer ses perspectives. Mais dans la mesure où j'avais peu de souvenirs du premier tome, je crois que j'aurais aimé avoir un peu plus de continuité entre les deux tomes – d'autant qu'il s'agit d'une série en littérature jeunesse.

Concernant l'intrigue à proprement parler, je dois bien avouer que cette fois-ci, le charme n'a pas opéré sur moi. Dans ma première chronique, je vous parlais des différences de rythme entre l'introduction de l'ouvrage et la deuxième partie, moins tournée vers l'action. Dans ce tome-ci, le rythme est plutôt constant mais ne m'a pas convenu du tout. On oscille entre des moments d'action pure et des moments d'attente.

À vrai dire, le roman m'a beaucoup fait penser – dans sa forme – à un conte où souvent les péripéties s'enchaînent sans qu'il y ait véritablement de liant entre elles. J'ai eu une impression similaire en lisant ce roman. On y voit beaucoup de péripéties, mais elles sont à mon sens trop peu exploitées et cela a pour conséquence que l'on a du mal – en tant que lecteur – à s'investir dans les personnages et à les trouver attachants.

Ici, contrairement au premier tome où j'avais trouvé les méchants particulièrement savoureux, les personnages m'ont paru un peu trop simples et trop peu développés – à la limite de la caricature. C'est peut-être une volonté de l'auteur, mais alors j'aurais souhaité que ce soit un peu plus perceptible : dans la mesure où il s'agit d'un roman jeunesse, si en tant qu'adulte je n'arrive pas à déceler la parodie, je ne suis pas persuadée que les plus jeunes y parviennent.

Enfin, dernier point qui m'a vraiment dérangé, toujours au regard du public cible de l'ouvrage, j'ai eu beaucoup de mal avec les relations entre les personnages dans le roman, et notamment les rapports entre les hommes et les femmes. Dans l'ouvrage, les hommes sont vraiment réduits à des idiots : ils sont querelleurs et se disputent à longueur de temps, sans la moindre raison, ils sont incapables d'accorder du crédit à une femme et la rabaissent en permanence – jusqu'à ce qu'ils décident qu'ils veulent l'épouser (ce qui, par ailleurs, ne les empêche pas de continuer à la rabaisser). Même Phélan, notre héros qui est éperdument amoureux de Nara, ne se comporte pas différemment.

Quant à Nara, elle n'offre pas non plus un portrait très positif de la femme puisqu'elle est assez inconséquente dans ses actes et utilise les personnages masculins en permanence, utilisant leurs faiblesses contre eux sans aucun remords. Entre des hommes stupides et des femmes manipulatrices, je dois bien avouer que j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages du roman.

En définitive, je ressors de ce second tome assez déçue, parce que j'en attendais beaucoup plus. Ayant quand même apprécié le premier tome, je pense que je lirai malgré tout la suite puisqu'en 2019 sort le troisième tome de la série.

.

1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *