Hazel Wood - Envoûtant, dérangeant, effrayant.

21/08/2018

Titre : Hazel Wood

Auteur : Melissa Albert

Editions : Milan

Prix : 17,90 €

Parution : 25 avril 2018

Nombre de pages : 384 pages

Genre : Young Adult/Fantastique

Résumé : "Ne t'approche sous aucun prétexte d'Hazel Wood."

Ces quelques mots laissés par la mère d'Alice juste avant son enlèvement scellent à tout jamais le destin de la jeune fille.


Hazel Wood, la résidence légendaire d'Althéa Proserpine, auteur des célèbres "Contes de l'Hinterland".
Hazel Wood, dont vient d'hériter Alice.
Hazel Wood, où Alice doit s'aventurer pour espérer sauver sa mère.
Hazel Wood, cette demeure d'où semblent s'échapper des personnages inventés par Althéa.
Hazel Wood, dont personne ne revient jamais.

Et si Hazel Wood était bien plus qu'un simple manoir ? Un leurre ? Une porte d'entrée sur l'Hinterland ?
Et si Alice était bien plus qu'une simple New-Yorkaise ? Une princesse ? Une tueuse ?

Il était une fois... Hazel Wood.

.

Je crois que tout le monde a entendu parler de ce roman tellement sa sortie VO a été plébiscitée dans les pays anglo-saxons. J’étais par conséquent très impatient de le découvrir à mon tour car en plus des nombreux avis positifs, le résumé promettait une aventure incroyable. Et pour tout vous dire, j’ai été embarqué dès la première page dans cet univers sombre, presque malsain mais ô combien original. Un grand merci donc aux éditions Milan pour leur envoi et l’excellent moment de lecture que celui-ci m’a fait passer. 

Hazel Wood n’est clairement pas un roman qui plaira à tout le monde. Je dirais même que soit on adore, soit on déteste. Et bien que je sois généralement peu réceptif à ce genre de narrations, cette fois j’ai complètement adhéré à l’histoire imaginée par Melissa Albert. L’écriture de cette dernière est travaillée tout en étant étrangement fluide. Il y a un côté onirique qui m’a rappelé Le Faiseur de Rêves de Laini Taylor que j’avais lu et également beaucoup apprécié il y a quelques mois. Une chose est sûre, il y a une véritable symbiose entre la forme et le fond, ce qui favorise indéniablement l’immersion au cœur du récit. 

L’intrigue, quant à elle, fait partie de celles qui sont assez longues à se mettre en place et ne vont jamais véritablement décoller. Attention, cela ne veut pas dire que vous allez vous ennuyer (d’autant que le roman est plutôt court), simplement ne vous attendez pas à de l’action à chaque page. Toutefois, c’est justement cette construction narrative particulière qui permet d’installer une ambiance singulière pleine de poésie et de mystère. J’ai plus d’une fois été surpris par la noirceur de l’univers : on est bien loin ici des dessins animés Disney et on se rapproche davantage des contes originels de Perrault et des frères Grimm. 
Je tiens également à souligner l’inventivité dont a fait preuve Melissa Albert en imaginant des contes macabres qui se mélangent parfaitement à l’intrigue principale. Il y a une véritable mise en abîme qui apporte un degré de lecture supplémentaire aux plus observateurs car chaque détail a son importance. 

En ce qui concerne les personnages, là encore j’ai été étonné par l’originalité de leur personnalité. Alice ne correspond absolument pas à l’image qu’on pourrait se faire d’une héroïne de romans Young Adult traditionnelle, quant à Finch, c’est surtout son développement qui m’a satisfait. L’un comme l’autre sont dénués de clichés habituels et ça fait du bien !

Pour terminer, j’aimerais évoquer la fin du roman. En effet, j’ai été surpris de constater qu’il se suffisait à lui-même et ne nécessitait pas une suite. L’intrigue est bouclée, les réponses sont données et on pourrait aisément s’arrêter là. Mais honnêtement, ce serait un énorme gâchis car le potentiel de l’univers est tout simplement incroyable. Vous imaginez donc ma joie lorsque j’ai vu qu’un deuxième tome était prévu et je peux d’ores et déjà vous dire que je suis impatient de le découvrir ! 

En somme, si vous aimez les réécritures de contes, New York, les personnages atypiques et que vous recherchez une intrigue hors du commun, n’hésitez plus et allez faire un tour à Hazel Wood…

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
2 I like it
0 I don't like it

2 Comments

  1. Et bien pour ma part je n'ai pas aimé du tout. Je l'ai eu dans une fairyLoot des mois précédents en VO et j'ai eu beaucoup de mal à accrocher. Je l'ai lu jusqu'au bout quand même mais je suis globalement déçue :) Tant pis !

    • Oui comme je l'ai dit, à mon avis ça passe ou ça casse. Pour ma part, je continue encore d'y penser ! :)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *