Lumières sur : Ice Nine Kills !

02/08/2018

     Ice Nine Kills est un groupe de metalcore américain, originaire de Boston dans le Massachusetts. Spencer Chamas et Jeremy Schwartz forment le groupe en 2006 alors qu’ils sont encore au lycée. Le groupe mêle des sonorités pop-punk, emo, post-hardcore et ska qui se transforment par la suite en metalcore expérimental. 

     Le nom du groupe provient d’une substance appelée ice-nine, du roman de science-fiction Cat’s Cradie de Kurt Vonnegut. En soutien à leur premier EP, The Burning, le groupe effectue plusieurs concerts en jouant notamment avec I See Stars. En 2008, le groupe est invité à jouer avec des groupes plus connus tels que As I lay Dying, A Day To Remember ou encore Paramore. 

     Mi-2009, Jeremy Schwart quitte le groupe, ne supportant plus le poids des tournées et le temps passé sur la route. Spencer reste alors le dernier membre du groupe original et recrute d’anciens membres de Remember Tomorrow. Dès lors, le son du groupe se transforme en metalcore expérimental. 

     Les membres actuels de Ice Nine Kills sont donc Spencer Chamas (chant, clavier), Justin DeBlieck (chant, guitare solo, claviers), Justin Morrow (guitare rythmique) et Conor Sullivan (batterie). 

     Depuis sa création, Ice Nine Kills compte trois EP et quatre albums studios sortis entre 2007 et 2015. Safe Is Just a Shadow (2010) contient une piste, ‘The People Under the Stairs’, dont le clip vidéo s’inspire d’Inglorious Basterds, un film de Quentin Tarantino avec Brad Pitt, Mélanie Laurent, Christopher Waltz se déroulant en Europe durant l’occupation allemande de 1940. Le Lieutenant Aldo Raine forme un groupe de soldats, juifs américains, qui tente d’éliminer les hauts dignitaires du troisième Reich. 

     On peut voir dans ‘The Fastest Way To A Girls Heart Is Through Her Ribcage’, issu de ‘The Predator Becomes The Prey’ (2014), un petit côté rétro à la Grease, mauvais garçon, blouson en cuir et coiffure gominée, agrémenté à la sauce vampire. Un clip dont on ne se lasse pas ! 

      Plus tard, en 2013, le groupe sort le single ‘The Product of Hate’ dont les fonds ont été reversés aux victimes du double attentat du Marathon de Boston. Leur album ‘Every Trick In The Book’ (2015) contient trois chansons phare : ‘The Nature of the Beast’ / ‘Me, Myself & Behind’ et ‘Hell in the Hallways’

     Le groupe revient en 2018 avec un cinquième album, ‘The silver Scream’, dont deux chansons sont dévoilées pour le moment : ‘Thank God it’s Friday’ et ‘The American Nighmare’. Le côté visuel du groupe n’est assurément pas en reste avec ces deux nouvelles chansons qui nous offrent également deux clips vidéos dignes d’un court-métrage.

Nous vous laissons y jeter un oeil : 

      Dans cette première partie, Spencer se confie à un thérapeute, lui parle de ce rêve récurrent qu’il fait et qui l’affecte au point de ne plus pouvoir fermer l’œil. Il rêve d’une fille qui ressemble à la réceptionniste : elle est jeune, fragile et il s’inquiète pour elle. Il y a une entité, fortement inspirée de Freddy Krueger, qui hante ses rêves et se trouve être capable de la blesser. Le clip débute avec une conférence traitant du suicide juvénile puis nous suivons le calvaire de cette jeune fille, c’est un mini film d’horreur avec une excellente bande son qui se présente à nos yeux !  

     La dimension visuelle du groupe accompagne à merveille le changement de style propre au metalcore expérimental. Le scream laisse place au chant clair, puis à des parties lyriques à plusieurs voix et des chuchotements qui donnent au tout une atmosphère effrayante à souhait. Un mélange détonnant, qui nous laisse une très bonne impression !

   La seconde partie s’ouvre sur Spencer qui revient voir ce thérapeute une seconde fois. Son rêve évolue, il lui avoue se voir, lui et son groupe, dans ce rêve. L’action se déroule près d’un lac où les étudiants disparaissent, sauvagement mutilés les uns après les autres, attaqués par une autre entité très proche du personnage de Jason (Vendredi 13). Le thérapeute y voit une amélioration dans le sens où les protagonistes survivent, grossière erreur. Spencer réclame des somnifères, le thérapeute le met en garde contre l’addiction tout en ayant un doute sur la véracité de ses rêves, et si cette entité tueuse n’était autre que Spencer, au final ? 

     Une question à laquelle nous brûlons d’impatience d’obtenir une réponse ! Une troisième partie verra le jour à l’automne 2018 ! Nous vous rappelons également que l’album ‘The Silver Scream’ est prévu pour le 5 octobre ! 

Vous avez hâte ? Nous, oui ! 

Quand Ronnie Radke dit « Daddy should’ve never raised me on Black Sabbath! », je remercie sincèrement le mien de l’avoir fait. Née au début des années 90, j’ai grandi au son d’une vieille platine et des vinyles 33T d’AC/DC, Iron Maiden, Led Zepplin et tant d’autres encore. Passionée d’art, de littérature, de voyage et de photographie, je me suis vite rendu compte, pourtant, que sans musique, la vie n’a pas de saveur. C’est pourquoi je m’efforce, au quotidien, de faire partager cet outil qui transcende toutes les langues au monde.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *